• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

« Deuxième génocide arménien », un sénateur québécois interpelle le gouvernement que le conflit en Artsakh s’intensifie

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Un sénateur québécois demande au gouvernement de condamner la Turquie et l’Azerbaïdjan alors que les Arméniens sont confrontés à un nettoyage ethnique dans la République autoproclamée de l’Artsakh.

Jeudi, le sénateur conservateur Leo Housakos a présenté une motion demandant au gouvernement de reconnaître l’Artsakh et de condamner l’agression turco-azerbaïdjanaise dans le conflit.

« Alors que nous observons la Semaine des anciens combattants, qui précède le jour du Souvenir, nous nous rappelons toutes les fois où le Canada et les Canadiens ont pris parti contre le type d’agression non provoquée et injustifiée que nous voyons dans l’Artsakh », a déclaré M. Housakos à True North.

« Malheureusement, le premier génocide arménien n’a pas été reconnu assez tôt. Si les dirigeants mondiaux étaient intervenus plus tôt, il aurait pu être évité. Nous disons toujours, “Plus jamais ça”, et pourtant nous sommes là, encore une fois ».

La République d’Artsakh, également connue sous le nom de Haut-Karabakh, est une région qui s’est séparée de l’Azerbaïdjan en 1994. Bien qu’il soit considéré comme un territoire azerbaïdjanais en vertu du droit international, l’Artsakh est ethniquement arménien à 99,7 % et possède son propre gouvernement.

En septembre, les combats reprennent, la Turquie intervenant en faveur de l’Azerbaïdjan. Depuis octobre, des centaines de civils ont été tués et plus de la moitié de la population de l’Artsakh a été forcée de fuir ses maisons — ce qui fait craindre que l’État ne soit rayé de la carte.

Housakos affirme que les récentes actions prises contre les Arméniens de l’Artsakh pourraient aboutir à un « second génocide arménien » et que le Canada doit reconnaître ce qui se passe immédiatement.

La Turquie, membre de l’OTAN, a largement utilisé des drones et des mercenaires contre les forces arméniennes. L’Arménie a accusé les forces azerbaïdjanaises et turques de crimes de guerre pour leur conduite.

En octobre, l’Arménie a affirmé avoir trouvé des composants de fabrication canadienne sur un drone turc utilisé pour bombarder l’Artsakh.

Le Canada a suspendu le commerce de technologie militaire avec la Turquie, craignant qu’elle ne soit utilisée dans le conflit. La Turquie a répondu en accusant le Canada d’hypocrisie.

Housakos déclare qu’en plus de la condamnation, le Canada doit reconnaître l’indépendance de l’Artsakh et refuser à la Turquie la technologie militaire canadienne à l’avenir.

« Le gouvernement Trudeau devrait l’appeler pour ce qu’il est, en langage clair. Ils devraient reconnaître pleinement l’indépendance de l’Artsakh et son droit inaliénable à l’autodétermination », a-t-il déclaré.

« Et si nous ne voulons plus de sang sur les mains des Canadiens, Justin Trudeau doit arrêter de s’agenouiller devant le président Erdogan et s’assurer qu’il n’accordera plus de dérogation à notre interdiction des exportations militaires canadiennes qui sont utilisées pour tuer des Arméniens innocents ».

Un article de tnc.news.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC