• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

6 livres à lire pour mieux comprendre la censure et le totalitarisme

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Les compagnies de médias sociaux ont entrepris une purge sans précédent des conservateurs et des dissidents idéologiques de leurs plateformes. Voici 6 livres à lire absolument pour comprendre ce qui se passe.

6- Brave New World – par Aldous Huxley (1932)

MEILLEUR DES MONDES (LE): HUXLEY, ALDOUS, CASTIER, JULES: 9782266283038:  Books - Amazon.ca

“Brave New World” se déroule en 2540 de notre ère, que le roman identifie comme l’année AF 632. AF signifie “after Ford”, car la chaîne de montage d’Henry Ford est vénérée comme un dieu ; cette époque a commencé lorsque Ford a présenté son modèle T. Le roman examine une société futuriste, appelée l’État mondial, qui tourne autour de la science et de l’efficacité. Dans cette société, les émotions et l’individualité sont conditionnées dès le plus jeune âge et il n’y a pas de relations durables car “chacun appartient à l’autre” (une maxime commune de l’État mondial)”, d’après Britannica.

“Situé loin dans l’avenir, le Brave New World d’Aldous Huxley dépeint un monde où les “contrôleurs” ont réalisé ce qu’ils croient être la société idéale. Grâce à des percées scientifiques et génétiques, la race humaine a été amenée à la perfection : les humains ont des rôles préétablis dans la société et chacun remplit heureusement son rôle. Bernard Marx, lui, est différent. Il est dégoûté par le comportement prédestiné de ses pairs et a un fort désir de se libérer des pressions sociales, ce qui l’a conduit à partir en voyage pour visiter l’une des rares réserves sauvages restantes – des lieux où la vie ancienne, imparfaite et défectueuse continue encore”, de Harpers Collins.

Citation tirée de Brave New World :

“Un État totalitaire vraiment efficace serait celui dans lequel le tout-puissant exécutif des patrons politiques et leur armée de gestionnaires contrôlent une population d’esclaves qui n’ont pas à être contraints parce qu’ils aiment leur servitude.

Aldous Huxley, le meilleur des mondes

5- Fahrenheit 451 – par Ray Bradbury (1953)

RAY BRADBURY - Fahrenheit 451 - Science-fiction & Fantastique - LIVRES -  Renaud-Bray.com - Livres + cadeaux + jeux

“Fahrenheit 451, roman dystopique, publié pour la première fois en 1953, qui est considéré comme peut-être la plus grande œuvre de l’auteur américain Ray Bradbury et qui a été salué pour sa position contre la censure et sa défense de la littérature comme nécessaire à la fois à l’humanité des individus et à la civilisation”, de Britannica

“Guy Montag est un pompier. Son travail consiste à détruire la plus illégale des marchandises, le livre imprimé, ainsi que les maisons dans lesquelles elles sont cachées. Montag ne remet jamais en question la destruction et la ruine que ses actions produisent, retournant chaque jour à sa vie fade et à sa femme, Mildred, qui passe toute la journée avec sa “famille” télévisuelle. Mais lorsqu’il rencontre une jeune voisine excentrique, Clarisse, qui lui fait découvrir un passé où les gens ne vivaient pas dans la peur et un présent où l’on voit le monde à travers les idées des livres au lieu du bavardage insensé de la télévision, Montag commence à remettre en question tout ce qu’il a toujours connu”, de Simon & Schuster

Citation de Fahrenheit 451 :

“Si vous ne voulez pas qu’un homme soit malheureux politiquement, ne lui donnez pas deux côtés à une question pour l’inquiéter ; donnez-lui en un. Mieux encore, ne lui en donnez aucune. Qu’il oublie que la guerre existe. Si le gouvernement est inefficace, qu’il est lourdement chargé et qu’il est fou d’impôts, mieux vaut que ce soit tout cela que les gens s’inquiètent pour lui. La paix, Montag. Donnez aux gens des concours qu’ils gagnent en se souvenant des paroles de chansons plus populaires ou des noms des capitales des États ou de la quantité de maïs que l’Iowa a fait pousser l’année dernière. Encadrez-les de données non combustibles, choquez-les avec tant de “faits” qu’ils se sentiront bourrés, mais absolument “brillants” d’informations. Ils auront alors l’impression de réfléchir, de bouger sans bouger. Et ils seront heureux, parce que les faits de ce genre ne changent pas”.

Ray Bradbury, Fahrenheit 451

4- Les origines du totalitarisme – par Hannah Arendt (1951)

SYSTEME TOTALITAIRE LE : LES ORIGINES DU TOTALITARISME NE: Amazon.ca:  ARENDT,HANNAH: Books

“La réputation d’Arendt en tant que penseur politique majeur a été établie par ses Origines du totalitarisme (1951), qui traitait également de l’antisémitisme, de l’impérialisme et du racisme du XIXe siècle. Arendt considérait la croissance du totalitarisme comme le résultat de la désintégration de l’État-nation traditionnel. Elle a affirmé que les régimes totalitaires, par leur poursuite du pouvoir politique brut et leur négligence des considérations matérielles ou utilitaires, avaient révolutionné la structure sociale et rendu la politique contemporaine presque impossible à prévoir”, de Britannica.

“Les origines du totalitarisme commencent avec la montée de l’antisémitisme en Europe centrale et occidentale dans les années 1800 et se poursuivent avec un examen de l’impérialisme colonial européen de 1884 au début de la première guerre mondiale. Arendt explore les institutions et les opérations des mouvements totalitaires, en se concentrant sur les deux véritables formes de gouvernement totalitaire de notre époque – l’Allemagne nazie et la Russie stalinienne – qu’elle reconnaît adroitement comme étant les deux faces d’une même pièce, plutôt que sur les philosophies opposées de la droite et de la gauche. De ce point de vue, elle aborde l’évolution des classes en masses, le rôle de la propagande dans le traitement du monde non totalitaire, l’utilisation de la terreur et la nature de l’isolement et de la solitude comme conditions préalables à la domination totale”, extrait de HMH Books.

Citations tirées de Les origines du totalitarisme :

“Le sujet idéal du régime totalitaire n’est pas le nazi convaincu ou le communiste convaincu, mais les personnes pour lesquelles la distinction entre les faits et la fiction (c’est-à-dire la réalité de l’expérience) et la distinction entre le vrai et le faux (c’est-à-dire les normes de la pensée) n’existent plus”

” […] Dans un monde incompréhensible et en perpétuel changement, les masses étaient arrivées au point où elles allaient, en même temps, croire tout et rien, penser que tout était possible et que rien n’était vrai. …] La propagande de masse a découvert que son public était prêt à tout moment à croire au pire, aussi absurde soit-il, et ne s’opposait pas particulièrement à être trompé parce qu’elle considérait de toute façon chaque déclaration comme un mensonge. Les dirigeants totalitaires des masses fondaient leur propagande sur l’hypothèse psychologique correcte selon laquelle, dans de telles conditions, on pouvait faire croire un jour aux gens les déclarations les plus fantastiques, et croire que si le lendemain on leur donnait une preuve irréfutable de leur fausseté, ils se réfugieraient dans le cynisme ; au lieu de déserter les dirigeants qui leur avaient menti, ils protesteraient qu’ils savaient depuis le début que la déclaration était un mensonge et admireraient les dirigeants pour leur habileté tactique supérieure”.

Hannah Arendt, Les origines du totalitarisme (1951)

3- La ferme des animaux – par George Orwell (1945)

GEORGE ORWELL - La Ferme des animaux - Romans étrangers - LIVRES -  Renaud-Bray.com - Livres + cadeaux + jeux

“Animal Farm”, satire anti-utopienne de George Orwell, publiée en 1945. L’une des plus belles œuvres d’Orwell, c’est une fable politique basée sur les événements de la révolution bolchevique russe et la trahison de la cause par Joseph Staline. Le livre concerne un groupe d’animaux de basse-cour qui renversent et chassent leurs maîtres humains exploiteurs et mettent en place une société égalitaire qui leur est propre. Finalement, les chefs intelligents et épris de pouvoir des animaux, les cochons, renversent la révolution. Concluant que “tous les animaux sont égaux, mais certains animaux sont plus égaux que d’autres” (avec son addendum au septième commandement des animaux : “Tous les animaux sont égaux”), les porcs forment une dictature encore plus oppressive et sans cœur que celle de leurs anciens maîtres humains”, de Britannica

“M. Jones de Manor Farm est tellement paresseux et ivre qu’un jour il oublie de nourrir son bétail. La rébellion qui s’ensuit sous la direction des porcs Napoléon et Boule de neige amène les animaux à prendre le contrôle de la ferme. S’engageant à éliminer les terribles inégalités de la cour de ferme, la Ferme des animaux, rebaptisée, est organisée au profit de tous ceux qui marchent à quatre pattes. Mais au fil du temps, les idéaux de la rébellion sont corrompus, puis oubliés. Et quelque chose de nouveau et d’inattendu émerge. . .

Animal Farm – l’histoire d’une révolution qui a mal tourné – est la brillante satire de George Orwell sur l’influence corrompue du pouvoir”, de la maison d’édition Penguin Random House.

Citation de Animal Farm :

“Si la liberté signifie quelque chose, c’est le droit de dire aux gens ce qu’ils ne veulent pas entendre.”

George Orwell, Ferme des animaux

2- L’archipel du Goulag – par Alexandre Soljenitsyne (1973-75)

ARCHIPEL DU GOULAG (L'): SOLJENITSYNE, ALEKSANDR ISAEV: 9782757843260:  Books - Amazon.ca

“L’archipel du Goulag, histoire et mémoire de la vie dans les camps de prisonniers en Union soviétique par le romancier russe Alexandre Soljenitsyne, publié pour la première fois à Paris sous le titre Arkhipelag Gulag en trois volumes (1973-75). Le mot Goulag est l’acronyme russe de l’agence gouvernementale soviétique qui supervisait le vaste réseau de camps de travail. Soljenitsyne a utilisé le mot “archipel” comme métaphore pour désigner ces camps, qui étaient dispersés dans la mer de la société civile comme un chapelet d’îles s’étendant “du détroit de Béring presque jusqu’au Bosphore”.

L’archipel du Goulag est un récit exhaustif et convaincant basé sur les huit années passées par Soljenitsyne lui-même dans les camps de prisonniers soviétiques, sur les récits d’autres prisonniers engagés dans sa mémoire photographique pendant sa détention, ainsi que sur des lettres et des sources historiques. L’ouvrage représente la tentative de l’auteur de compiler un dossier littéraire et historique sur l’utilisation complète mais profondément irrationnelle de la terreur par le régime soviétique contre sa propre population. Témoignage des atrocités staliniennes, L’archipel du goulag a dévasté les lecteurs en dehors de l’Union soviétique par ses descriptions de la brutalité du régime soviétique. Le livre a donné un nouvel élan aux critiques du système soviétique et a amené de nombreux sympathisants à remettre en question leur position”, de Britannica.

“Vaste toile de camps, de prisons, de centres de transit et de police secrète, d’informateurs, d’espions et d’interrogateurs mais aussi d’héroïsme quotidien, L’archipel du Goulag est le grand chef-d’œuvre d’Alexandre Soljenitsyne. Basé sur les témoignages de quelque 200 survivants, et sur le souvenir des onze années passées par Soljenitsyne lui-même dans les camps de travail et en exil, il raconte l’histoire de ceux qui, au cœur de l’Union soviétique, se sont opposés à Staline, et pour qui la clé de la survie ne réside pas dans l’espoir mais dans le désespoir”, extrait de Penguin Books.

Citation de l’archipel du Goulag :

“Si seulement tout était si simple ! Si seulement il y avait quelque part des gens malfaisants qui commettent insidieusement de mauvaises actions, et s’il suffisait de les séparer du reste d’entre nous et de les détruire. Mais la ligne de démarcation entre le bien et le mal traverse le cœur de chaque être humain. Et qui est prêt à détruire un morceau de son propre coeur ?

Alexandre Soljenitsyne, L’archipel du goulag 1918-1956

1- 1984 – par George Orwell (1949)

1984 (Version française): ORWELL, GEORGE: 9782070368228: Books - Amazon.ca

“Le livre se déroule en 1984 en Océanie, l’un des trois États totalitaires en guerre perpétuelle (les deux autres sont l’Eurasie et l’Eastasie). L’Océanie est gouvernée par le Parti du contrôle total, qui a fait subir un lavage de cerveau à la population pour qu’elle obéisse aveuglément à son chef, Big Brother. Le Parti a créé un langage de propagande appelé Newspeak, qui vise à limiter la libre pensée et à promouvoir les doctrines du Parti. Ses mots incluent la double-pensée (croyance en des idées contradictoires simultanément), qui se reflète dans les slogans du Parti : “La guerre est la paix”, “La liberté est l’esclavage” et “L’ignorance est la force”. Le Parti maintient le contrôle grâce à la police de la pensée et à une surveillance continue”, de Britannica.

“Winston Smith travaille pour le ministère de la Vérité à Londres, chef-lieu de la piste d’atterrissage n°1. Big Brother regarde fixement chaque affiche, la Police de la Pensée découvre chaque acte de trahison. Lorsque Winston trouve l’amour avec Julia, il découvre que la vie n’a pas besoin d’être ennuyeuse et abrutissante, et s’éveille à de nouvelles possibilités. Malgré les hélicoptères de la police qui planent et tournent en rond au-dessus de leurs têtes, Winston et Julia commencent à interroger le Parti ; ils sont attirés par la conspiration. Pourtant, Big Brother ne tolère pas la dissidence – même dans l’esprit. Pour ceux qui ont des pensées originales, ils ont inventé la salle 101. . .

1984 est la vision terrifiante de George Orwell d’un avenir totalitaire dans lequel tout et tous sont esclaves d’un régime tyrannique”, extrait de Penguin Books.

Citations de 1984 :

“Maintenant, je vais vous donner la réponse à ma question. C’est celle-ci. Le Parti cherche le pouvoir uniquement pour lui-même. Nous ne sommes pas intéressés par le bien des autres, nous sommes uniquement intéressés par le pouvoir, le pouvoir pur. Vous comprendrez bientôt ce que signifie le pouvoir pur. Nous sommes différents des oligarchies du passé en ce sens que nous savons ce que nous faisons. Tous les autres, même ceux qui nous ressemblaient, étaient des lâches et des hypocrites. Les nazis allemands et les communistes russes étaient très proches de nous dans leurs méthodes, mais ils n’ont jamais eu le courage de reconnaître leurs propres motifs. Ils prétendaient, peut-être même croyaient-ils, qu’ils avaient pris le pouvoir contre leur gré et pour un temps limité, et que tout près de nous se trouvait un paradis où les êtres humains seraient libres et égaux. Nous ne sommes pas comme ça. Nous savons que personne ne s’empare jamais du pouvoir avec l’intention de l’abandonner. Le pouvoir n’est pas un moyen, c’est une fin. On n’établit pas une dictature pour sauvegarder une révolution, on fait la révolution pour établir la dictature. L’objet de la persécution est la persécution. L’objet de la torture est la torture. L’objet du pouvoir est le pouvoir. Maintenant vous commencez à me comprendre”

“Chaque archive a été détruite ou falsifiée, chaque livre réécrit, chaque photo repeinte, chaque statue et chaque bâtiment de rue renommé, chaque date modifiée. Et le processus se poursuit jour après jour et minute après minute. L’histoire s’est arrêtée. Rien n’existe, sauf un présent sans fin dans lequel le Parti a toujours raison”.

George Orwell, 1984
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles