• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Biden nomine un opposant à la liberté d’expression à son équipe de transition

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

En novembre, Richard Stengel a été nommé chef d’équipe de l’Agence américaine pour les médias mondiaux. À de nombreuses reprises, Stengel a plaidé en faveur de lois visant à restreindre le premier amendement.

En novembre, le New York Post a rapporté que Joe Biden avait nommé Richard Stengel dans son équipe de transition.

Richard Stengel a été nommé chef d’équipe de l’Agence américaine pour les médias mondiaux, l’agence fédérale américaine qui “supervise les réseaux de médias de service public qui fournissent des nouvelles et des informations impartiales dans les pays où la presse est restreinte“.

L’agence comprend Voice of America, les réseaux de radiodiffusion du Moyen-Orient et Radio Free Europe/Radio Liberty.

L’année dernière, M. Stengel a rédigé un article d’opinion dans le Washington Post, qui traitait de la nécessité de lois sur les “discours de haine”. L’article était intitulé “Why America needs a hate speech law” (Pourquoi l’Amérique a besoin d’une loi sur les discours de haine).

Dans l’article, Stengel a écrit : “Lorsque j’étais journaliste, j’ai adoré l’affirmation du juge Oliver Wendell Holmes Jr. selon laquelle la Constitution et le Premier Amendement ne visent pas seulement à protéger “la liberté de pensée pour ceux qui sont d’accord avec nous, mais la liberté pour la pensée que nous détestons”.

“Mais en tant que fonctionnaire du gouvernement voyageant à travers le monde pour défendre les vertus de la liberté d’expression, j’ai pu constater que notre norme du Premier Amendement est une aberration. Même les diplomates arabes les plus sophistiqués avec lesquels j’ai eu affaire n’ont pas compris pourquoi le Premier Amendement permet à quelqu’un de brûler un Coran. Pourquoi, m’ont-ils demandé, voudriez-vous protéger cela ?”

Poursuivant, “le Premier Amendement protège la “pensée que nous détestons”, mais il ne devrait pas protéger les discours haineux qui peuvent provoquer la violence d’un groupe contre un autre.”

“Tous les discours ne sont pas égaux. Et là où la vérité ne peut pas chasser le mensonge, nous devons ajouter de nouvelles balises. Je suis pour la protection de la “pensée que nous haïssons”, mais pas des discours qui incitent à la haine”.

On ne sait pas très bien comment une loi visant à limiter ce que Stengel appelle “les discours incitant à la haine” pourrait être appliquée dans les tribunaux.

Comme l’écrit Glen Greenwald, un journaliste américain renommé pour sa défense du droit de libre-expression, dans son dernier article sur les efforts pour “criminaliser le discours” :

“il s’agit de la demande rejetée par la Cour suprême des États-Unis dans deux arrêts marquants : sa décision unanime de 1969 dans l’affaire Brandenburg v. Ohio, qui a annulé la condamnation pénale d’un dirigeant du KKK qui avait utilisé un discours pour menacer de violence des responsables politiques, et l’arrêt de 1982 dans l’affaire Claiborne contre NAACP, également unanime, dans lequel la Cour a estimé que le premier amendement interdit d’imposer une responsabilité à quelqu’un pour les actes criminels prétendument “inspirés” par son discours (cet arrêt protégeait les responsables de la NAACP contre les tentatives de l’État du Mississippi de les tenir responsables des actes violents que leurs discours enflammés en faveur du boycott auraient incités)”.

En mai dernier, Richard Stengel, en tant qu’analyste de MSNBC, a fait valoir que le premier amendement “ne protège pas les faux discours sur un virus ou les faux discours qui mettent en danger la santé de vos utilisateurs”.

En direct à la télévision, Stengel a déclaré : “Le Premier Amendement ne protège pas les faux discours sur un virus ou les faux discours qui mettent en danger la santé de vos utilisateurs”. Et au fait, Facebook et Twitter ont fait tomber les choses, mais ils doivent être encore plus vigilants à ce sujet, et Google doit être encore plus vigilant sur ce qu’il priorise dans ses résultats de recherche. Ils doivent donner la priorité aux informations factuelles dans leurs résultats de recherche, plutôt qu’aux théories de conspiration émotionnelles et incendiaires qui attirent l’attention des gens”.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles