• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

CBC peut conserver sa division controversée selon les règles du CRTC

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

OTTAWA – Le CRTC affirme que la CBC peut conserver sa publicité de contenu de marque controversée, jugeant qu’elle «reste pertinente» pour le budget de l’organisation financée par le gouvernement fédéral malgré les sérieuses préoccupations exprimées par les syndicats des médias, les groupes de défense et des centaines de ses propres journalistes.

Dans une décision renouvelant la licence de radiodiffusion de la Société Radio-Canada et Société Radio-Canada jusqu’en 2027, le régulateur fédéral a statué qu’il ne limiterait pas les activités de CBC Tandem, la division de contenu de marque de l’organisation.

« Les activités génératrices de revenus de l’initiative Tandem s’inscrivent dans l’approche générale qui a été adoptée avec Radio-Canada dans le passé et sont conformes au contexte dans lequel Radio-Canada finance actuellement ses opérations. Cette approche globale demeure pertinente, particulièrement à la lumière du modèle de financement de Radio-Canada », lit-on dans la décision du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

«Ainsi, le Conseil conclut qu’il ne devrait pas limiter les activités commerciales de la SRC plus qu’elles ne le sont déjà.»

Le contenu de marque est une publicité conçue pour avoir l’apparence, la lecture ou le son presque identique à un reportage produit par un média. Il est généralement identifié comme « contenu payant » ou « contenu sponsorisé » et est devenu de plus en plus courant dans les médias privés tels que le National Post, le Globe and Mail et le New York Times.

La décision de mardi a été applaudie par CBC, qui affirme avoir des directives de journalisme “plus strictes” que les autres organes de presse “pour assurer une séparation claire entre notre journalisme et le contenu commercial”.

Mais cela a été fustigé comme une “honte” et une “déception” par d’anciens dirigeants d’organisations, des syndicats de journalistes et des défenseurs de la radiodiffusion publique.

La décision du CRTC intervient malgré son propre aveu qu’il a entendu des préoccupations importantes de la part d’une foule d’experts, de syndicats de journalistes et de groupes de l’industrie au sujet du diffuseur public produisant son propre contenu de marque lors des audiences en 2021.

En fait, les seuls groupes qui ont exprimé leur soutien à CBC Tandem étaient l’Association canadienne des annonceurs et le radiodiffuseur public lui-même, selon la décision.

“Plusieurs intervenants … ont exprimé leur inquiétude que Tandem puisse brouiller la frontière entre un programme et une publicité, ce qui pourrait créer de la confusion pour le public”, lit-on dans la décision, citant des témoignages de divers syndicats de médias et groupes d’intérêt public.

D’autres groupes, comme le Quebec Community Group Network, ont plaidé que Tandem “pourrait avoir un impact sur l’indépendance et l’intégrité journalistiques de Radio-Canada et, ultimement, que l’initiative pourrait miner la crédibilité du radiodiffuseur public”.

Mais CBC, qui reçoit chaque année 1,2 milliard de dollars de financement du gouvernement fédéral, a déclaré au régulateur que la perte des revenus générés par la publicité et Tandem la mettrait dans une «situation financière intenable».

Dans un communiqué, le porte-parole de CBC, Leon Mar, a déclaré que le diffuseur était d’accord avec la décision et a confirmé que Tandem restait en activité.

«En décembre 2020, après un examen approfondi des directives sur le contenu de marque à CBC et Radio-Canada, nous avons publié des lignes directrices qui renforcent et clarifient les frontières entre notre contenu journalistique et la publicité, afin qu’il n’y ait pas de confusion entre les deux», a déclaré Mar.

CBC a déjà promis que le contenu de marque n’apparaîtra que sur les plateformes numériques, qu’aucun personnel éditorial ne sera jamais impliqué dans sa création ou sa publication, et que tout ce contenu sera clairement étiqueté et visuellement distinct du contenu éditorial régulier et ne comportera pas le diffuseur logo.

Dans sa décision de mardi, le CRTC a reconnu les inquiétudes des critiques concernant la “confusion potentielle” des auditoires de CBC concernant le contenu de marque “étant donné que ce contenu, de par sa nature même, se confond avec d’autres contenus, en particulier sur les plateformes Web”.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Nègres blancs d’Amérique : abolissons le CRTC !

ÉDITORIAL/Québec Nouvelles s’oppose vivement à la position du CRTC d’exiger des excuses de Radio-Canada pour l’utilisation du mot ”nègre” en onde alors que l’invité prononçait

Les pompiers pyromanes de Radio-Canada

Il y a quatre jours, on apprenait que le CRTC avait émis un blâme envers Radio-Canada pour une mention en 2020 du titre du livre

Grève chez Agropur, Vache alors !

Deux millions de litre de lait ont été jeté en quelques jours en raison d’un conflit de travail à la fromagerie d’Agropur. Les employés de

Occident à risque : le piège ukrainien

Avec l’annonce d’une bonification de l’aide canadienne à l’Ukraine et du renforcement de la présence de l’OTAN en Europe de l’est ces derniers jours, notre

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles

Nègres blancs d’Amérique : abolissons le CRTC !

ÉDITORIAL/Québec Nouvelles s’oppose vivement à la position du CRTC d’exiger des excuses de Radio-Canada pour l’utilisation du mot ”nègre” en onde alors que l’invité prononçait

Grève chez Agropur, Vache alors !

Deux millions de litre de lait ont été jeté en quelques jours en raison d’un conflit de travail à la fromagerie d’Agropur. Les employés de