• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

C’est fait, Joe Biden est président !

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
C’est après un long suspense sur la volonté de Trump de quitter le pouvoir que finalement Biden a réussi à être reconnu président-élu par Donald Trump et à être inauguré le 20 janvier.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

C’est après un long suspense sur la volonté de Trump de quitter le pouvoir que finalement Biden a réussi à être reconnu président-élu par Donald Trump et à être inauguré le 20 janvier. Petite humiliation pour la communauté QAnon qui était dans un délire de croire Donald Trump infaillible et donc impossible à sortir du pouvoir. Certains d’entre eux commencent à « défroster » ce qui est une bonne chose d’ailleurs. Tout d’abord, entendons-nous pour ne plus jamais revivre ça. Essayer de se maintenir ou accéder au pouvoir par la force est quelque chose qui est inacceptable. Il ne faut pas banaliser la portée du coup en relations publiques qu’un rejet du processus électoral cause. Maintenant que Joe Biden est président, il faut observer les changements qui semblent se dessiner. Sur la scène internationale, Biden semble moins unilatéraliste et plus à même de consulter les différents pays impactés par ses décisions. Il ne semble pas pour le moment annoncer de grand changement international par rapport à l’ère Trump.

Je pense d’ailleurs que l’arrivée au pouvoir de Joe Biden est un cadeau empoisonné pour la gauche radicale. Une fois Donald Trump éjecté du pouvoir, elle perd de sa pertinence aux yeux de ceux qui lui ont permis d’étendre son influence. Plusieurs comptes liés à l’extrémisme gauchiste violent ont d’ailleurs été fermés le 21 janvier sur Twitter. Timing assez équivoque d’ailleurs. En plus, tous ceux qui d’habitude ne sont peu ou pas politisés et qui étaient devenus actifs en raison de l’arrivée au pouvoir de Donald Trump vont peu à peu se démobiliser. En plus, le fait que Trump a été plus ou moins éjecté de la scène médiatique est une excellente nouvelle pour la droite nationaliste. Rendons-nous en compte, 2 des principales épines dans le pied de ce mouvement, soit l’ombre de Donald Trump et les négociations houleuses sur le Brexit sont désormais à conjuguer au passé. Je pense donc que les conditions sont bonnes pour qu’on voie les mouvements nationalistes en Europe recommencer à émerger, surtout si l’administration Biden cause des guerres de changement de régime dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, qui elles-mêmes causeraient des vagues migratoires et des problèmes de terrorisme qui profiteraient donc aux nationalistes. Toutefois, on peut craindre que les gouvernements européens cessent leur politique de plus en plus autonomiste par rapport aux États-Unis. Ça va être un sujet qui risque de causer une divergence entre l’Allemagne, proaméricaine, et la France, proautonomiste européenne. D’ailleurs le départ prochain de Merkel du pouvoir risque de rebattre les cartes en Europe, le nouveau chancelier allemand aura fort à faire pour regagner le statut de « dirigeant de fait de l’Europe » que Merkel avait su gagner et qu’Emmanuel Macron tentera d’aller chercher, surtout si sa campagne de réélection pour le printemps 2022 se déroule bien.

Ce sera tout pour le moment. N’étant pas devin, je dois attendre comme tout le monde les prochaines décisions de l’administration Biden. Je les commenterais avec plaisir en temps voulu.

Aidez-nous à garder quebecnouvelles.info gratuit et indépendant en faisan un petit don de 2 $ aujourd’hui !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

TRUMP : La justice américaine sous pression

Le ministère américain de la Justice est sous pression pour fournir une explication plus complète de la perquisition du FBI dans le domaine de Donald

  • Nouvelles semblables

Opinion | Les géants du web, Wall Street et les milliardaires soutiennent Joe Biden, mais la gauche ne semble pas s’en soucier

La gauche a toujours revendiqué son opposition farouche aux gros capitaux et aux élites de Wall Street comme un point clé de leur lutte pour l’égalité et l’équité, mais cette élection est différente. Cette fois-ci, la gauche semble être fière du fait que Joe Biden, le candidat ultime de l’establishment, ratisse de gros sous auprès de puissants donateurs.

  • Autres articles de Benoit Khézami

PSPP chef du Parti Québéçois : rien ne changera

Paul St-Pierre Plamondon est le nouveau chef péquiste. Il a fait sa campagne sur une ligne sociale-démocrate et nationaliste, essayant d’aller chercher ce qui composait jadis la coalition gagnante du Parti Québécois, un mélange qui, aujourd’hui, inclurait des gens comme François Legault et Manon Massé dans la même équipe.

L’histoire n’est pas une série policière

Une société saine ne peut pas faire de son histoire une série de crimes à expier. Toutes les sociétés saines tirent des leçons de leurs histoires, notamment afin d’éviter de répéter les erreurs du passé.

Qu’est-ce que la « vraie » démocratie ?

La démocratie est un concept qui est souvent utilisé dans le cadre de discussions politiques et philosophiques. Officiellement, toutes les nations de la Terre sont démocratiques, du moins selon leur propre gouvernement.