• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Comment faire pour relancer le Parti libéral du Québec ?

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Le 1er octobre 2018, le vénérable Parti libéral du Québec (PLQ) a subi sa pire dégelée de son histoire. Il a fait élire seulement 31 députés et obtenu 25 % des voix. Il faut souligner que c’est vraiment la majorité historique francophone qui a tourné le dos au PLQ. Comment expliquer cette affligeante défaite après quinze ans au pouvoir ? Allons voir cela de plus près.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Le 1er octobre 2018, le vénérable Parti libéral du Québec (PLQ) a subi sa pire dégelée de son histoire. Il a fait élire seulement 31 députés et obtenu 25 % des voix. Il faut souligner que c’est vraiment la majorité historique francophone qui a tourné le dos au PLQ. Comment expliquer cette affligeante défaite après quinze ans au pouvoir ? Allons voir cela de plus près. 

À mes yeux, le Parti libéral du Québec a perdu les dernières élections pour trois raisons. 

Tout d’abord, après quinze ans de règne libéral, les Québécois avaient soif de changement. Alors, ils ont décidé d’accorder un mandat majoritaire à la CAQ. Les électeurs québécois ont jugé que cette dernière représentait une solution de rechange valable aux libéraux. Ainsi, le gouvernement Couillard fut victime du désire de renouveau de l’électorat. 

Ensuite, durant les deux premières années de leur mandat, les libéraux ont dû mettre en place un plan crédible de rigueur budgétaire (et pas d’austérité) afin d’éliminer le déficit que lui avait laissé l’administration Marois. Il faut constater que le gouvernement Couillard a livré la marchandise. Cependant, cela a créé un grand mécontentement dans la population. Cette dernière n’a pas apprécié le fait qu’il coupe dans les services publics.    Cela a fait mal aux troupes libérales et elles en ont payé les conséquences le 1er octobre 2018. 

Subséquemment, sous le leadership de M. Couillard, le PLQ a fait un grand virage vers le multiculturalisme. Depuis 2014, le Parti libéral du Québec est une formation politique profondément multiculturelle. Selon cette doctrine, c’est la société d’accueil qui doit s’intégrer aux minorités. Les Québécois francophones rejettent cette idéologie. Mais, l’ancien premier ministre n’acceptait pas le point de vue des nationalistes sur cette question. La preuve, ce dernier a osé traiter de racistes et de xénophobes ceux qui critiquaient (dont François Legault) la hausse du seul d’immigration et qui prônaient un nationalisme décomplexé. Donc le chef libéral méprisait les nationalistes québécois, car ceux-ci préconisent une véritable politique de laïcité de l’État et se préoccupent de l’avenir du français et de l’intégration des immigrants. Donc, durant le règne de M. Couillard, le PLQ a tourné le dos à la majorité francophone. En conséquence, cette dernière l’a sanctionné en votant massivement pour la CAQ en octobre 2018. 

Également, le PLQ a perdu son titre de parti de l’économie aux mains de la CAQ. Depuis la nuit des temps, le Parti libéral du Québec, surtout sous Bourassa, était la formation politique de l’économie. C’est lui qui a fait bâtir les grands barrages hydroélectriques à la Baie-James. Or, sous Couillard, le PLQ est devenu obsédé par la religion verte. Le gouvernement Couillard s’est opposé aux projets d’exploitation des ressources naturelles. Cela aurait pu enrichir notre province. On avait l’impression que le PLQ voulait être plus vert que QS. Cela a permis à la CAQ de se positionner comme le parti de l’économie et on connaît la suite.   

 Donc, si le PLQ veut redevenir une véritable force politique et aspirer au pouvoir, il va devoir faire deux choses. Premièrement, un virage nationaliste modéré est nécessaire pour reconquérir une partie des francophones.[1]  En d’autres mots, il doit redevenir un parti nationaliste comme dans le temps de Robert Bourassa. 

Ensuite, l’économie doit redevenir le cheval de bataille des libéraux. Ces derniers devraient promouvoir l’exploitation des ressources naturelles afin de créer de la richesse, tout en respectant l’environnement. En conséquence, le PLQ doit revenir au centre, sinon il va se condamner à la marginalité politique. 

En terminant, la CAQ domine complètement la scène politique québécoise et ce n’est pas sain pour la démocratie québécoise. Il faut qu’un parti d’opposition puisse le concurrencer. À mes yeux, le PLQ est le seul qui pourrait faire ce travail. C’est pour cela que le Québec a besoin d’un Parti libéral fort et en santé afin de proposer une alternative crédible à la CAQ. Est-ce que les libéraux peuvent réussir cela ? Seul le temps nous le dira. 


[1] Il devrait accepter la Loi 21 sur la laïcité et être plus actif dans la défense du français.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Portez vos masques sans rouspéter, comme des zombies !

Je ne suis pas le plus fort en français, mais je veux dire ce que je pense. Sur les masques, notamment. Comme on semble vivre une période bizarre et difficile, il y a certaines choses que je voudrais comprendre. Pourquoi la majorité des gens sont-ils encore muets comme des zombies ?

  • Nouvelles semblables
Margerite blais François Legault

Marguerite Blais mérite le respect

D’entrée de jeu je le dis ; Marguerite Blais, tout comme le gouvernement de François Legault, a une part de responsabilité politique pour la situation que vivent les CHSLD. C’est la CAQ qui gouverne depuis près de deux ans. Ça ne nous permet pas pour autant d’ignorer la lourde responsabilité des gouvernements libéraux précédents, même si ce n’est pas non plus une excuse pour ne pas agir.

Les Conservateurs ont travaillé pour vous, pour le Québec!

Depuis cinq ans, Justin Trudeau tente de faire croire que les sénateurs nommés par son gouvernement depuis 2015 sont indépendants de toute influence politique de sa part et celle de son caucus. C’est plutôt un autre exemple de manipulation de la réalité que seul notre premier ministre actuel tente d’imposer à la population.

PCC LOGO

Reporter la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, oui ou non? 

Le Parti libéral du Québec a suspendu sa course à la chefferie et le Parti québécois l’a reportée aussi. Pourquoi le Parti conservateur du Canada s’obstine-t-il à poursuivre sa course, qui passe inaperçue de toute façon? Pour l’heure, la population du Canada doit composer avec le confinement, la distanciation sociale, l’encadrement des enfants, les fermetures de commerces, les pertes d’emploi et un moral en dents de scie. N’est-ce pas assez? A-t-elle envie, en ce moment, d’écouter des débats sur les oléoducs? A-t-elle la tête à entendre des gens s’obstiner sur le programme de l’un ou de l’autre? Je ne crois pas.

  • Autres articles de Simon Leduc

La longue et pénible agonie du Parti Québécois — de 1995 à aujourd’hui

Une politique d’exploitation des ressources naturelles (tout en respectant l’environnement, serait rafraichissante pour le Parti Québéçois au lieu de s’opposer idéologiquement à tout projet en ce sens. Cela permettrait à la nation québécoise de devenir riche et prospère. Avec cet argent, le PQ pourrait prôner une baisse du fardeau fiscal des Québécois, qui sont les plus taxés en Amérique du Nord.

Qui est John A. Macdonald ?

Il était avocat de formation. Il a commencé à apprendre le métier très jeune, à l’âge de 15 ans, dans un cabinet d’un prestigieux avocat de Kingston. Ce dernier est doué dans ce domaine et à l’âge 19 ans, il décide d’ouvrir son cabinet dans la ville de son enfance.