• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

COVID-19 (Coronavirus) – Panique ou fumisterie?

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Covid-19 Coronavirus

De toute ma vie, je n’ai jamais vécu une situation semblable. Lors de l’épidémie de HiN1, nous avions dû aller se faire vacciner dans des lieux de rassemblement, mais c’était pour la bonne cause nous disait-on. Tout doucement, nous avons entendu parler de la Chine, avec sa population de 1.5 milliards d’habitants, d’où provenaient les premiers malades, puis la Corée, l’Iran et  l’Italie. Nous cherchions à nous rassurer, prétextant que cette contagion ne se rendrait pas chez-nous. Mais voilà que le Coronavirus frappe à la porte. 

Hier, débutait le salon Chasse et pêche et plein air de Québec.  Peu de clients s’y sont présentés et tout au long de la journée, les rumeurs s’accumulaient.  Puis, le gouvernement a donné l’ordre d’évacuer le personnel de la SEPAQ puis ceux de la Sûreté du Québec.  À 18h 30, une voix ténébreuse nous annonçait la fermeture définitive du salon. Lorsque cela affecte tes passions, tu commences à prendre le tout au sérieux. Je ne peux pas croire que l’effondrement de la bourse, la fermeture des frontières, l’annulation de presque tous les grands évènements mondiaux, les congrès et  la suspension d’événements sportifs soient un coup monté. Si c’était le cas, ce serait le plus gros canular du monde. Mais la question demeure, qui croire?

Si le virus est plus dangereux pour certaines personnes et que les personnes âgées sont plus à risque, pourquoi ne pas avoir pris de mesures plus concrètes ?   Demain, la vie s’arrête et une certaine inquiétude s’installe et pour les uns, c’est littéralement la panique. Les émissions sur les survivalistes, qui viennent de débuter à la télévision, donneront t-elles raison à ces supposé fous? Allons-nous résister à la panique ou prendrons-nous individuellement nos responsabilités.   Où, commettrons-nous l’erreur de jouer à l’indifférence ou la nonchalance intellectuelle?

Nos aïeux ont vécu des crises.  La grippe espagnole qui a sévi au Québec, mais qui a épargné un petit village de la Basse-Côte-Nord du nom de Piastre Bay aujourd’hui Baie JoanBetz. Le vétérinaire de l’endroit a pris les armes et a interdit aux bateaux de ravitailler ses côtes. Ce vétérinaire, devenu médecin, passait à la fumée chacune des lettres ou paquets qu’il allait lui même chercher aux bateaux ravitailleurs. Aucun cas de grippe espagnole parmi les gens qui habitaient ce village.  Alors que dans le reste du Québec, les gens mourraient par milliers. 

Les gouvernements prennent-ils des mesures trop drastiques?

Selon certains animateurs  de radio, le gouvernement et la presse augmentent le sentiment de crainte, mais moi je préfère un remède de cheval plutôt qu’un diachylon sur une plaie béante. Nous critiquions les arrivées de vols venus d’outre-mer et qui n’avaient aucun contrôle.  Mais depuis, aujourd’hui nous critiquons les mesures préventives plus restrictives. Nous avons élus des personnes pour prendre des décisions, mais nous déblatérons sur les choix des spécialistes. 

Il en coûtera des milliards à travers le monde pour endiguer cette épidémie devenue pandémie. L’économie s’enfonce, les pertes s’accumulent, des vies seront chamboulées et les pertes économiques seront catastrophiques. À qui tout cela pourrait servir? Les personnes qui croient à la théorie du complot inventeront des scénarios loufoques afin de se convaincre. Quoi qu’il en soit, nous sommes désormais dans la pire crise de notre histoire moderne, jamais je n’ai vécu  de situation semblable et nous verrons qui participera à l’effort collectif dans le but de sauver le plus de gens possible. N’ayez pas peur, soyez vigilant, ne cédez pas à la panique et planifiez votre vie. Sommes-nous assez mature pour vivre dans une société d’entraide, de partage et de résilience? L’homme nous démontrera assez rapidement que même dans la pire situation, sa petitesse d’esprit est plus nocive qu’un virus.  

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
Solidarité Covid-19

La solidarité qu’osse ça donne

Dans mon ancienne vie de syndicaliste, j’ai participé à des dizaines de manifestations de toutes sortes. Immanquablement, j’ai scandé le mot « solidarité » à chaque fois, des centaines de fois. Ce mot qui sortait de ma bouche par automatisme est reconnu dans toutes les organisations ouvrières à travers le globe. Je connaissais sa définition certes, mais jamais l’action d’être solidaire ne s’était manifestée comme elle le fait depuis le début de cette crise sanitaire qui ne laisse personne indifférent.

PCC LOGO

Reporter la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, oui ou non? 

Le Parti libéral du Québec a suspendu sa course à la chefferie et le Parti québécois l’a reportée aussi. Pourquoi le Parti conservateur du Canada s’obstine-t-il à poursuivre sa course, qui passe inaperçue de toute façon? Pour l’heure, la population du Canada doit composer avec le confinement, la distanciation sociale, l’encadrement des enfants, les fermetures de commerces, les pertes d’emploi et un moral en dents de scie. N’est-ce pas assez? A-t-elle envie, en ce moment, d’écouter des débats sur les oléoducs? A-t-elle la tête à entendre des gens s’obstiner sur le programme de l’un ou de l’autre? Je ne crois pas.

ainées

Crise du COVID-19 : restez chez vous !!!

Depuis le début de la pandémie, le premier ministre François Legault et le directeur de la santé publique du Québec Horacio Aruda ont clairement dit que les personnes âgées de 70 ans et plus étaient les plus à risque face à cette nouvelle maladie. C’est pour cette raison que le gouvernement a demandé à ces personnes de rester chez eux afin de ne pas contracter le virus et le propager aux autres.

Clown Coronavirus

L’humour au temps du coronavirus

Comme plusieurs, ma page Facebook affiche de nombreuses blagues depuis que la pandémie de la
COVID-19 a frappé aux portes du Québec. Des clips, des MEME, en veux-tu en voilà, évidemment le
degré de drôlerie dépend beaucoup de l’état d’esprit qui est le vôtre au moment de les consulter, il y a
du bon et beaucoup de moins bon.

  • Nouvelles semblables
Médias

Critiquer les médias au temps du coronavirus

Depuis le début de la crise du coronavirus, nous, les Québécois, avons la chance (oui la chance) d’avoir un premier ministre qui ne compte pas ses heures ni les efforts que cela demande de recevoir et d’assimiler rapidement un flot énorme d’informations, pour nous donner l’heure juste en toute transparence, avec la bonhommie qui le fait apprécier d’une vaste majorité d’entre nous, toutes couleurs politiques confondues.

Solidarité Covid-19

La solidarité qu’osse ça donne

Dans mon ancienne vie de syndicaliste, j’ai participé à des dizaines de manifestations de toutes sortes. Immanquablement, j’ai scandé le mot « solidarité » à chaque fois, des centaines de fois. Ce mot qui sortait de ma bouche par automatisme est reconnu dans toutes les organisations ouvrières à travers le globe. Je connaissais sa définition certes, mais jamais l’action d’être solidaire ne s’était manifestée comme elle le fait depuis le début de cette crise sanitaire qui ne laisse personne indifférent.

Printemps

Un printemps sous la menace d’un coronavirus

Il y a quelques semaines, nous étions au Mexique pour nos vacances annuelles. Nous attendions le nouveau printemps sous le soleil sans toutefois nous douter de ce que nous réservait l’avenir. Jamais nous n’aurions imaginé un tel scénario dramatique. Le printemps est en effet arrivé, mais les terrasses et les restos sont vides. Le soleil brille dans le ciel, mais peu de gens sont dans les rues pour en profiter.

ainées

Crise du COVID-19 : restez chez vous !!!

Depuis le début de la pandémie, le premier ministre François Legault et le directeur de la santé publique du Québec Horacio Aruda ont clairement dit que les personnes âgées de 70 ans et plus étaient les plus à risque face à cette nouvelle maladie. C’est pour cette raison que le gouvernement a demandé à ces personnes de rester chez eux afin de ne pas contracter le virus et le propager aux autres.

  • Autres articles de Claude Roy
Futur des canadiens

L’incertitude, la confusion et la réalité

Pour ceux et celles qui vivent la situation, qui en subissent les inconvénients et qui envisagent la dure réalité qui attend la pandémie, c’est une toute autre réalité. Une certaine confusion persiste sur la gravité de la situation et les mesures imposées afin d’éviter le pire. Nos habitudes sont chamboulées, nos voisins et amis vivent une situation perturbante et souvent terrifiante. Nous ne souhaitions pas connaître ce genre de situation pour la fin de notre vie.