• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Crise énergétique : l’euro à parité avec le dollar US

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Pour la première fois en près de 20 ans, l’euro est à parité avec le dollar américain. La monnaie a perdu beaucoup de sa valeur dans les derniers mois à cause de la guerre en Ukraine, des insécurités énergétiques occasionnées et de l’inflation.

À l’opposé, le rouble russe a majoré sa valeur et est devenue la monnaie la plus performante au monde[1], ce qui exprime bien le rapport de force de la Russie face aux sanctions. En effet, il semblerait que les sanctions portent davantage préjudice à l’Europe et à la croissance occidentale en général plutôt qu’à la Russie.

Particulièrement dans le secteur énergétique, l’Occident se retrouve dans une impasse. Les sanctions lui imposent de couper tout approvisionnement en hydrocarbures provenant de Russie, mais tous ses projets de développement énergétiques sont bloqués par l’agenda sans carbone des gouvernements et les pressions des groupes écologistes.

Dans les derniers jours, c’est même la crise diplomatique entre Kiev et Ottawa au sujet de la livraison par le Canada de turbines destinées à l’entretien du gazoduc Nord Stream 1 en Allemagne, qui est opéré par le géant russe Gazprom. L’Allemagne, encore fortement dépendante du gaz russe, craint que la Russie ne ferme le robinet trop brusquement en cas de tergiversations de la part de l’ouest, causant d’inévitables pannes dans le pays. Or l’Ukraine tient mordicus à ce que les sanctions soient appliquées avec zèle.

À tout le moins, on apprenait récemment que pour la première fois de l’histoire les États-Unis étaient devenus les principaux exportateurs de gaz naturel en Europe, surpassant finalement la Russie[2]. C’est donc dire que le revirement énergétique européen vers l’ouest est en bonne marche.

Mais est-ce-que ce sera assez pour véritablement affaiblir l’intimidante Russie, qui prévoit simplement rediriger ses exportations vers la Chine, sa voisine ayant des besoins énergétiques absolument gargantuesques? Tout indique que loin de l’affaiblir, nous sommes simplement en train de consolider un bloc continental eurasiatique fort en s’affaiblissant au passage.


[1] J. Orgaz, C. « Guerre Ukraine – Russie : comment le rouble est devenue la monnaie la plus performante au monde malgré les sanctions ». BBC. https://www.bbc.com/afrique/monde-61652075

[2] Normand, F. « Les Américains exportent désormais plus de gaz en Europe que les Russes ». Les Affaires. https://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/ressources-naturelles/les-americains-exportent-plus-de-gaz-en-europe-que-les-russes/634347

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Philippe Sauro-Cinq-Mars