• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

DROGUES DURES : des conseillers municipaux de Victoria appellent à la décriminalisation

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Deux conseillers municipaux de Victoria, en Colombie-Britannique, font pression sur le gouvernement fédéral pour réglementer un « approvisionnement sûr » en drogues dures et décriminaliser la possession.

Les conseillères Marianne Alto et Sarah Potts ont récemment présenté une motion qui doit être débattue lors d’une réunion de la commission jeudi prochain.

Dans leur motion, les deux conseillères demandent « que le maire, au nom de la ville de Victoria, écrive au ministre fédéral de la santé pour demander au gouvernement du Canada de déclarer la crise des surdoses comme une urgence nationale de santé publique ».

La motion demande un « plan d’action pancanadien en matière d’overdose » qui pourrait éventuellement inclure « une réglementation légale des drogues illicites pour assurer un approvisionnement sûr en alternatives pharmaceutiques aux drogues toxiques de la rue, et la décriminalisation pour l’usage personnel ».

Selon les dernières données nationales sur la crise des opioïdes, il y a eu exactement 17 602 décès dus à la toxicité des opioïdes depuis janvier 2016.

Les mesures de confinement liées à la COVID, imposées par le gouvernement, exacerbent le problème. Selon le gouvernement du Canada, « 1 628 décès apparents dus à la toxicité des opioïdes sont survenus entre avril et juin 2020, ce qui représente le plus grand nombre de décès trimestriels depuis le début de la surveillance nationale en 2016 ».

Victoria rejoint ainsi plusieurs autres grandes villes canadiennes qui ont appelé à la décriminalisation ces derniers mois.

Mme Alto a déclaré à True North qu’elle n’avait pas connaissance d’une collaboration entre les gouvernements ou les conseillers locaux pour faire pression en faveur de la décriminalisation.

« Je suis au courant que certains conseillers de Saanich envisagent des motions similaires, mais je n’ai pas été en contact avec eux », a déclaré Alto. Saanich est une communauté voisine de Victoria.

Mardi, les conseillers municipaux de Montréal Marvin Rotrand et Christian Arsenault ont présenté une motion similaire, demandant au gouvernement fédéral d’émettre une exemption légale pour la simple possession de drogue.

À la fin de l’année dernière, le conseil municipal de Vancouver a voté à l’unanimité une motion demandant à Ottawa de faire de même. Si cette demande est acceptée, Vancouver sera la première ville d’Amérique du Nord à dépénaliser la possession de drogues de rue.

Selon Mme Alto, Vancouver a plus d’options que Victoria en la matière et elle ne pense pas que la décriminalisation à Vancouver créerait un précédent pour les autres villes de la Colombie-Britannique.

« Vancouver a sa propre charte, qui lui permet de prendre des mesures que les autres municipalités de Colombie-Britannique ne peuvent pas prendre », a déclaré Mme Alto à True North.

Malgré le large soutien en faveur de la décriminalisation parmi les défenseurs de la santé publique et les gouvernements locaux, certains avertissent que les effets sur la sécurité publique ne sont pas clairs.

Selon un rapport de juillet 2020 de l’Association canadienne des chefs de police (ACCP), l’impact que la décriminalisation pourrait avoir sur les communautés reste obscur.

« Bien que la recherche sur la décriminalisation existe ailleurs, elle a été menée principalement dans une optique de santé publique plutôt que de sécurité publique. Les impacts potentiels de la décriminalisation de toutes les drogues sur le maintien de l’ordre au Canada sont inconnus », a déclaré l’ACCP.

Pour l’instant, le gouvernement fédéral n’a pas pris d’engagement sur la question de la décriminalisation. Bien que les libéraux se soient montrés favorables à l’idée de fournir aux villes comme Vancouver un approvisionnement contrôlé en drogues, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que son gouvernement ne considère pas la décriminalisation comme une solution à la crise des opiacés.

Un texte de tnc.news.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC