• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Effacer nos monuments historiques c’est effacer l’histoire du monde

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Depuis un certain temps, plusieurs personnes bienpensantes s’en prennent aux monuments historiques qui ont marqué l’évolution des hommes et des femmes.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Depuis un certain temps, plusieurs personnes bienpensantes s’en prennent aux monuments historiques qui ont marqué l’évolution des hommes et des femmes.

Plusieurs centaines de personnes ont marqué l’histoire, façonné le Nouveau Monde et se sont inscrites dans les livres d’histoires. Que ce soit pour la découverte de l’Amérique, la conquête de certains pays ou pour une revendication territoriale, le monde n’oubliera jamais ces héros.

La cause des noirs est la pierre angulaire de ce mouvement de foule chaotique. Un malheureux évènement, causé par la stupidité et l’intolérance d’un seul homme, a mis à feu et à sang des villes toutes entières. Nous dénonçons collectivement les pages d’histoire afin que des groupes spécifiques obtiennent justice et réparation.

L’histoire est écrite avec de l’encre rouge. Elle rappelle les bons et mauvais moments de notre monde moderne. Ignorer son histoire c’est comme un tsunami qui avale tout sur son passage et que nous devrons reconstruire des villes entières. Mais, chaque année, nous devrons commémorer cet évènement tellement le désastre a été horrifiant.

De tout temps, il y a eu de l’esclavagiste. Les historiens l’ont observé lors de fouilles, de découvertes et d’études sur les différents sujets. Nous ne pouvons pas bruler les livres d’histoire. Nous ne devons pas ignorer les horreurs. Nous devons nous en gaver afin de ne pas reproduire de telles ignominies. La statue, le monument, le mémorial ou la toile ne sont que l’extension de l’histoire mise en évidence pour nous rappeler notre devoir de se souvenir. L’histoire qu’elle nous livre est empreinte de joie ou de douleur, de mépris ou d’erreurs, de fierté ou de domination. Si les noirs ont été de tout temps stigmatisés par des comportements honteux, l’histoire leur donne raison aujourd’hui. Combien d’équipes professionnelles ne pourraient avoir leur place au panthéon de la gloire sans la présence de ces mêmes noirs autrefois esclaves.

Déboulonner des statues, arracher la tête de ces souvenirs de bronze ou les pigeons les affublent d’excréments ne changera rien à l’histoire. Les livres ne bruleront jamais et l’histoire restera ainsi pour toujours. Nous changeons des noms de rue parce que la personne honorée a déplu à un groupe spécifique. Notre tolérance et notre bon sens sont désormais aux mains des contestataires qui revendiquent le droit de détester.

Nous avons le devoir de nous souvenir pour ne pas recommencer les mêmes inepties. Nous avons le droit de dire haut et fort que nous ne sommes pas d’accord avec les actes reprochés, mais, nous ne pouvons et ne devons pas ignorer le passé si douloureux qu’il a pu être.  

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Crise du coronavirus chinois : mais où se cache l’opposition à Québec ?

Comme vous tous, je me demande jusqu’où va aller cette hystérie collective, assez bien fomentée (il faut dire) par les élus en place, eh oui les mêmes que le peuple a élus en leur faisant confiance pour bien les représenter. Et cela inclut les partis d’opposition, qui sont minoritaires, mais sont censés scruter à la loupe les actions du parti au pouvoir.

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Claude Roy

COVID-19 : Les CHSLD du Québec vont devoir payer le prix

Le monde s’est effondré, la vie a basculé ; la mort s’est répandue et avec elle une vague de programmes sociaux plus attrayants et couteux. Nous avons pleuré la mort des personnes en foyers pour ainés ou en CHSLD du Québec.

La masque : la face cachée de la peur !

Partout la mort, la peur, le désarroi, l’incompréhension et l’insoutenable ont déferlé sur le Québec. Une valse de convois funéraires, un manque de sacs mortuaires, des portes tournantes de la mort et des yeux dans lesquels se voient l’effroi et la douleur.