• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Entrevue avec Adrien Pouliot

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Il y a un an, Éric Duhaime était couronné chef du Parti conservateur du Québec. Sous sa gouverne, le PCQ est devenu une force politique dans la Belle province. Comment expliquer la montée fulgurante de ce parti de droite? Québec Nouvelles s’est entretenu avec l’ancien chef du parti, Adrien Pouliot.

Ce dernier a été le chef de la droite québécoise de 2013 à 2018. Après la fusion de l’ADQ avec la CAQ en 2011, Adrien Pouliot se cherchait une formation politique pour faire avancer ses idées de droite libérale. Il s’est vite rendu compte que le PLQ et la CAQ ne voulaient rien savoir de ses orientations politiques. Alors, l’homme d’affaires a décidé de briguer la chefferie du PCQ. IL est devenu chef de ce tiers parti en 2013.

« Lors de mon passage au leadership du PCQ, j’estime avoir bâti ses fondations et je l’ai laissé en bonne santé financière », explique Adrien Pouliot en entrevue à Québec Nouvelles. Malheureusement, ce dernier n’avait pas la notoriété nécessaire pour faire progresser davantage le parti.

Quand Éric Duhaime est devenu chef du PCQ en avril 2021, M. Pouliot savait que le potentiel de croissance du PCQ était réel sous le leadership de l’ancien conseiller politique. « Éric avait le charisme, la notoriété, l’expérience et des talents de débatteur et de rassembleur pour permettre à notre parti de faire sa place dans le paysage politique québécois », affirme-t-il. Il ne faut pas oublier que le recrutement de Claire Samson a été très bénéfique pour le PCQ. « Avec une élue à l’Assemblée nationale, cela a permis à Éric d’augmenter sa visibilité et cela a été déterminant pour lui dans sa longue route vers la représentativité parlementaire », déclare-t-il.

Sous sa gouverne, le PCQ obtient 15% des voix. Selon M. Pouliot, les conservateurs québécois vont élire des députés à l’Assemblée nationale le 3 octobre. « Je suis convaincu que les portes du Parlement de Québec vont s’ouvrir pour le PCQ et ce sera grâce au travail acharné M. Duhaime et des militants », martèle-t-il.

Est-ce qu’Adrien Pouliot va porter les couleurs du PCQ aux prochaines élections? Le principal intéressé est encore en réflexion, « Je n’ai pas pris de décision encore à cet effet. Je suis impliqué dans l’association de comté de Mont-Royal-Outremont où je demeure. Cependant, si je décide de ne pas revenir en politique active, j’ai bien l’intention d’aider le futur candidat de mon comté lors de la campagne électorale », mentionne-t-il.

L’ancien chef du PCQ s’intéresse beaucoup à la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada. Ce dernier appuie ouvertement Pierre Poilievre. « Je soutiens M. Poilievre car c’est un vrai conservateur. Il adhère aux principes du libéralisme classique1 et cela me plaît énormément », explique M. Pouliot.

Selon lui, Pierre Poilievre va remporter la course, car son avance sur Jean Charest est considérable. Mais, les gros défis du député de l’Ontario seront d’unifier le parti et de modérer son discours afin de faire une percée dans les banlieues de Toronto. « Pierre Poilievre sera le prochain premier ministre s’il réussit à surmonter ces deux obstacles », conclut-il.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

TRUMP : La justice américaine sous pression

Le ministère américain de la Justice est sous pression pour fournir une explication plus complète de la perquisition du FBI dans le domaine de Donald

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Simon Leduc

Le retour du clivage souverainiste

De 1960 à 2018, les débats politiques québécois ont été monopolisés par le déchirant combat envers les indépendantistes et les fédéralistes. Tous les autres enjeux,

Pierre Hugues Boisvenu appuie Jean Charest

Jean Charest peut compter sur plusieurs appuis importants auprès des conservateurs québécois, dont le sénateur Pierre Hugues Boisvenu. Le sénateur appuie l’ancien chef conservateur pour

Je soutiens Jean Charest

La course à la chefferie du Parti conservateur du Canada sera passionnante, car elle oppose deux bons candidats, Pierre Poilievre et Jean Charest. Le premier