• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

GNL Saguenay: une solution québécoise pour freiner la demande en charbon de l’Asie

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La population d’Asie est actuellement en pleine croissance et risque de doubler dans la prochaine décennie. Malheureusement, le charbon est toujours de loin la source d’énergie la plus utilisée dans cette partie du monde.

Le Québec peut directement aider les pays d’Asie en remplaçant leur consommation de charbon par notre gaz naturel ce qui diminuerait considérant leur émission de gaz à effet de serre.

Les pays asiatiques ont présentement une dépendance au charbon pour la production de leur électricité ce qui donne au Québec une opportunité de faire sa place dans ce marché et d’avoir un impact environnementale à l’échelle mondiale.

Un tel projet créerait plusieurs emplois bien payés dans la région du Saguenay et des retombées économiques estimées dans les milliards.

L’exportation du gaz naturel vers l’Asie est une nouvelle approche non négligeable dans la lutte contre les réchauffements climatiques.

Selon les études indépendantes du CIRAIG (Un centre de recherche basé à Polytechnique et à l’UQAM), le projet GNL Saguenay a le potentiel de réduire les émissions mondiales de GES de 28 millions de tonnes par années.

De plus, l’utilisation d’hydroélectricité pour alimenter les usines tel que prévu dans GNL Saguenay permet d’éviter la production d’émissions de GES. Il s’agira du premier site de liquéfaction au monde alimenté en hydroélectricité. Le Québec bénéficie de la production la plus verte par rapport aux usines des autres pay

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de québec nouvelles
Suède

La Suède combat la COVID-19… sans confinement !

En Suède, les autorités publiques ont décidé d’agir dans le sens contraire. Le gouvernement suédois n’a pas demandé à sa population de se confiner chez eux. Les écoles, les restaurants et les bars demeurent à ce jour ouverts malgré la pandémie. Le premier ministre du pays Stefan Lofven a dit que les Suédois sont des adultes responsables et qu’il ne fallait pas céder à la panique et aux rumeurs.