• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Jonathan Hamel | Réplique aux attaques médiatiques de Geneviève Pettersen

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par Jonathan Hamel, à titre personnel

Dans sa chronique du 10 septembre dernier, Madame Pettersen y allait d’une diatribe revancharde à mon endroit en utilisant des amalgames douteux et en y impliquant des personnes et des organisations qui n’ont rien à voir dans le « conflit » en question. Une mise au point est nécessaire.

Culture Internet 101

Dans un tweet du 5 septembre, Madame Pettersen disait « Tu veux pas montrer ton passeport vaccinal, mais t’as aucun problème à flasher ta carte Costco. ». J’ai cité le tweet en y ajoutant la mention « Imagine être aussi conne ». Sans égard au fait que je considère l’expression tout à fait appropriée dans le contexte, celle-ci est en réalité une traduction directe du « meme » anglophone « Imagine Being This Dumb » couramment utilisé dans la culture Internet. Il est surprenant de voir qu’une personnalité actuelle et branchée comme Madame Pettersen est incapable de saisir la subtilité de cette banale boutade numérique. Notons au passage le mépris évident qu’a Madame Pettersen pour la classe moyenne en utilisant le symbole de « la carte Costco ». Venant d’une privilégiée qui n’a subi aucune conséquence financière dans cette crise, c’est assez indécent mais révélateur.

Démagogie et demi-vérités

Soyons clair, traiter une personne de « conne » n’est pas axiomatiquement misogyne. Madame Pettersen le sait très bien mais elle utilise sciemment cette expression pour qu’elle soit accolée à ma personnalité publique. La bonne vieille tactique de la culture de l’annulation (Cancel Culture). Il est d’ailleurs intéressant de noter le contraste entre le personnage public que projette Madame Pettersen (femme cultivée et fonceuse) et sa vrai personnalité mise au jour par son papier : une adolescente faible et revancharde qui refuse de débattre sur le fond, qui s’offusque d’un rien en se posant en victime et qui utilisent des moyens disproportionnés pour se venger. Notons qu’à la suite de cette chronique fondée sur un fatras de demi-vérités, je me suis retrouvé forcé de remettre ma démission à une femme influente qui n’a par ailleurs jamais eu l’occasion d’entendre ma version au préalable.

Crise Sanitaire

Il est normal et souhaitable que certaines personnes puissent émettre des critiques face aux autorités. Être sceptique par rapport à ces mesures liberticides qui, soit dit en passant affectent disproportionnément les jeunes, et s’inquiéter face aux dérapages potentiels ne signifie pas d’être « complotiste ». Surtout lorsque 18 mois de données contredisent la plupart des affirmations alarmistes propagées par certains médias. Oui, j’ai été critique à l’égard de certains médecins nouvellement élevés au statut de vedettes médiatiques et non « des travailleurs de la santé » dans son ensemble comme l’affirme faussement Madame Pettersen dans son texte.

Geneviève Pettersen est le symbole même d’une génération égarée; elle a passé sa jeunesse à protester pour la liberté d’expression, contre la mondialisation et les multinationales pour finalement vouloir censurer les dissidents et ériger des compagnies pharmaceutiques au rang d’icône populaire. Pour reprendre les paroles d’Alexandre Soljenitsyne : « Comment l’Ouest a-t-il pu décliner, de son pas triomphal à sa débilité présente ? »

Qui est le sombre personnage maintenant ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

TRUMP : La justice américaine sous pression

Le ministère américain de la Justice est sous pression pour fournir une explication plus complète de la perquisition du FBI dans le domaine de Donald

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Jonathan Hamel

Jonathan Hamel : Je ne vois pas Trump faire pire qu’en 2016.

Contrairement à 2016, les électeurs américains connaissent maintenant le risque d’une présidence Trump. Au-delà des tweets et des bourdes de protocole, la catastrophe annoncée ne s’est pas matérialisée. D’ailleurs, une majorité d’Américains se considèrent en meilleure position qu’il y a 4 ans.