• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La censure de l’internet ne passe pas

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Twitter Canada a déclaré au gouvernement canadien que son plan de régulation des ”discours haineux” (lire ici, des discours pas assez woke) était digne de la Chine. Connaissant l’admiration de Justin Trudeau pour le régime, il l’a sans doute pris pour un compliment.

C’est la première fois que Twitter commente les tentatives d’encadrement de l’internet par Ottawa. Devant ce backlash, le gouvernement a récemment annoncé qu’il retarderait la mise en place de son projet et procéderait à de nouvelles consultations.

Avec Elon Musk dans les parages, la liberté triomphera.

Québec Nouvelles

Twitter s’oppose particulièrement à la proposition de création d’un commissaire à la sécurité numérique, qui aurait le pouvoir de bloquer l’accès à des sites Web spécifiques. Merci Twitter de nous éviter de nouveaux fonctionnaires !

Le gouvernement veut faciliter la vie aux dénonciateurs compulsifs de ”discours haineux” avec son commissariat. N’y a-t-il pas déjà assez de censure comme cela sur les réseaux sociaux ?

« Le « signalisation » sera utilisé comme une tactique politique. Comme on l’a vécu lors des récentes élections fédérales canadiennes, une approche générale du signalement entraînera la censure », a écrit la représentante de Twitter. « Tout au long de la campagne électorale, les partis politiques et leurs responsables ont tenté de faire « signaler » le contenu comme « préjudiciable » dans le but de le retirer du discours public ou de marquer des points politiques.

Le gouvernement fédéral a publié en février un rapport résumant les commentaires reçus. Ce rapport indique que les réponses ont été largement négatives.

« Exiger une demande d’accès à l’information ne devrait pas être la norme », a-t-il déclaré.

Les critiques des propositions du gouvernement sont venues de nombreuses sources, notamment des fournisseurs de services Internet, des défenseurs de la vie privée et des groupes représentant les communautés marginalisées que les mesures sont censées aider.

Les documents comprennent une lettre de quatre pages de la Sex Workers of Winnipeg Action Coalition dans laquelle le groupe avertit que les propositions pourraient mettre la vie des travailleuses du sexe en danger en provoquant un filtrage excessif des sites Web liés au sexe et en limitant la capacité des travailleuses à opérer en toute sécurité.

Le Conseil national des musulmans canadiens (NCCM) a écrit qu’il appuie le cadre général du projet de loi et que la haine en ligne constitue une menace existentielle pour les Canadiens. Mais il a averti qu’il devrait probablement s’opposer publiquement au projet de loi à moins que les sections liées au contenu terroriste ne soient supprimées.

Le PDG du NCCM, Mustafa Farooq, a déclaré jeudi que son organisation se félicitait de la récente décision du gouvernement de retarder le plan en faveur de davantage de consultations.

“Nous espérons au moins que le processus aboutira à quelque chose de positif”, a-t-il déclaré.

“Nous sommes d’accord avec et soutenons les grands principes qui sous-tendent la proposition : une concentration sur les systèmes et les processus, une portée limitée pour définir les catégories de contenu illégal et l’utilisation de rapports de transparence pour mesurer le succès”, a écrit Steve de Eyre, directeur de TikTok Canada. politiques publiques et affaires gouvernementales. “Cette législation a le potentiel d’être à la fois efficace et à l’épreuve du temps, tout en échappant aux pièges de l’encouragement à la surmodération générale.”

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

État d’urgence : l’Alberta poursuit Trudeau !

Un tribunal fédéral a accordé à l’Alberta le statut d’intervenant pour soutenir l’Association canadienne des libertés civiles et le Fonds constitutionnel canadien dans leur contestation

Bonis à la SAQ, souriez c’est vous qui payez

Alors que les sociétés d’État n’ont aucune compétition, les dirigeants s’octroient des bonis de performance. Lors de l’exercice financier 2020-21, les cadres de la Société

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles