• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La majorité des Canadiens s’opposent aux athlètes transgenres dans les sports féminins

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par Caitlin Rose Morgante

Avec les Jeux olympiques de Tokyo qui battent leur plein, le débat sur les athlètes transgenres a atteint un niveau record, mais selon un récent sondage, il est clair que les Canadiens s’opposent à la participation d’athlètes transgenres nés de sexe masculin dans les sports féminins.

Cette conclusion est tirée d’un nouveau sondage commandé par l’Institut Macdonald-Laurier (IML).

Selon le sondage, 56 % des répondants croient qu’il est “juste” que les hommes et les femmes participent à des compétitions séparément. 18 % croient que c’est “mal” qu’il y ait des catégories distinctes pour les hommes et les femmes.

En outre, 62 % des Canadiens estiment qu’il est “injuste” que des athlètes transgenres nés de sexe masculin participent à des compétitions sportives féminines, alors que 15 % pensent que c’est “juste”.

Le sondage de l’IML a été analysé par le sondeur canadien Conrad Winn. Winn estime que les gouvernements et les décideurs doivent prêter une attention particulière aux résultats de ce sondage.

“Les gouvernements font d’innombrables choses qui affectent les vies – de la santé et des dépenses militaires aux impôts et aux routes. Mais il y a peu de choses qui résonnent avec la personne moyenne plus que le sport, le sexe et le genre”, a déclaré Winn.

“Les administrateurs sportifs et les dirigeants gouvernementaux doivent prêter attention aux sondages qui reflètent ce qui peut intéresser les gens. Ces résultats d’études d’opinion méritent d’être pris en compte lorsque les responsables politiques cherchent les bonnes réponses.”

Lors d’un webinaire de l’IML concernant le sondage, Emma Hilton, biologiste du développement de l’Université de Manchester, a déclaré que “les femmes ont besoin d’une catégorie sportive protectrice parce que, très franchement, sans catégorie protectrice, les femmes ne gagneraient rien.”

“Il existe des dizaines, des centaines de milliers de différences physiques entre les hommes et les femmes et, de toute évidence, elles entraînent des différences fonctionnelles et de performance”, a déclaré Hilton. “Ces différences de performance créent des écarts athlétiques. Les hommes peuvent courir 10 % plus vite, ils peuvent sauter 20 % plus longtemps, ils peuvent lancer 50 % plus loin, ils peuvent soulever 65 % plus lourd et ils peuvent frapper 160 % plus fort que les femmes.”

Aux Jeux olympiques de Tokyo, la toute première athlète olympique transgenre Laurel Hubbard a concouru en haltérophilie. Hubbard est biologiquement un homme, s’identifie comme une femme et a pu concourir contre d’autres femmes.

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC