• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La ministre Hajdu fait obstacle à la divulgation des dossiers du laboratoire de Winnipeg et de l’espionnage Chinois

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

La ministre libérale de la Santé Patty Hajdu a une fois de plus refusé de remettre les documents relatifs au licenciement de deux scientifiques d’un laboratoire fédéral de maladies infectieuses à Winnipeg.

Selon le Blacklock’s Reporter, lors d’une réunion du Comité des relations Canada-Chine, Mme Hajdu a refusé à plusieurs reprises de divulguer des informations sur l’incident, affirmant que la publication des documents pourrait nuire à la sécurité nationale du Canada.

Les membres du comité de l’opposition ont insisté à plusieurs reprises auprès du gouvernement libéral pour qu’il divulgue les informations relatives aux scientifiques fédéraux Keding Chang et Xiangguo Qiu.

“Vous ne voulez pas être franc au sujet des erreurs du gouvernement, de l’atteinte à la sécurité nationale et peut-être de la façon dont vous mettez en danger la sécurité de notre pays”, a déclaré lundi le député conservateur John Williamson.

“Je dirais que votre insistance à faire présenter des documents d’une manière qui ne protège pas la sécurité est exactement cela, mettre la sécurité nationale du Canada en danger. Je vous demanderais si vous avez la cote de sécurité appropriée pour pouvoir examiner les documents”, a répondu M. Hajdu.

“Vous n’aviez aucune idée de qui vous laissiez entrer dans ce laboratoire. C’est pour cela que vous faites de l’obstruction”, a poursuivi M. Williamson.

Le couple, qui travaillait au Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg, a été accusé d’avoir partagé des échantillons de virus Ebola et Henipah avec l’Institut de virologie de Wuhan, en Chine. Le 20 janvier, ils ont été licenciés du laboratoire et des rapports ont depuis affirmé que la GRC est incapable de localiser le couple.

M. Hajdu a également indiqué qu’il n’y avait “aucun lien” entre le départ des deux scientifiques du laboratoire et leur décision de partager les échantillons avec la Chine.

Au début du mois, des courriels internes obtenus par Blacklock’s Reporter ont également révélé que les collègues de Keding et de Xiangguo avaient tiré la sonnette d’alarme au sujet du transfert du virus et des collaborations avec la Chine.

Dans un courriel, l’ancien directeur scientifique, le Dr Matthew Gimlour, a déclaré qu’il était “préoccupé” par les liens étroits entre les chercheurs et la Chine.

“Ils nous demandent du matériel en raison de la collaboration avec le Dr Qiu”, peut-on lire dans un courriel du personnel.

“Historiquement, il a également été plus facile d’obtenir du matériel chez nous que dans les laboratoires américains.”

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles