• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La vaccination obligatoire n’est plus raisonnable selon les syndicats

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Alors que les poursuites judiciaires se poursuivent à travers le Canada au sujet de la constitutionnalité des mesures pandémiques, trois syndicats du secteur public fédéral ont déclaré qu’ils défendraient désormais leurs membres contre les mandats de vaccination en cours du gouvernement Trudeau.

L’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), l’Association canadienne des employés professionnels (ACEP) et l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) ont tous déposé des griefs contre le gouvernement fédéral au nom de leurs membres, comme l’a rapporté le Poste nationale.

Ensemble, les trois syndicats représentent plus de 300 000 fonctionnaires. Selon le Conseil du Trésor, 1 828 d’entre eux avaient été contraints à un congé sans solde à la fin mars.

La politique de vaccination du gouvernement Trudeau pour les employés fédéraux – annoncée pour la première fois le 6 octobre de l’année dernière – exige que tous les fonctionnaires aient au moins deux vaccins Covid « qu’ils télétravaillent, travaillent à distance ou sur place ».

La politique était cependant en place pour son premier examen semestriel prévu le 6 avril. Le but de l’examen est que le directeur des ressources humaines du gouvernement réévalue la politique de vaccination, qui est sujette à modification en fonction de l’évolution des circonstances. .

Les responsables syndicaux ont déclaré qu’il n’y avait eu aucune nouvelle de cet examen et qu’il était moins raisonnable que jamais de suspendre les fonctionnaires non vaccinés qui travaillent – ​​ou peuvent travailler – à domicile.

« Non seulement ils ne nous ont pas donné de poste, mais ils ne nous ont pas fait savoir quand ils allaient proposer un poste », a déclaré la présidente de l’IPFPC, Jennifer Carr. “Nous avons eu un appel (mardi), et ils ne peuvent toujours pas nous donner de date provisoire.”

Comme presque tous les syndicats du Canada, l’IPFPC, l’AFPC et l’ACEP affirment qu’ils appuient les vaccins Covid et reconnaissent que la grande majorité de leurs membres ont reçu les vaccins requis (le Conseil du Trésor affirme qu’environ 99 % des travailleurs fédéraux l’ont fait).

Ils soulignent, cependant, que le fait d’exiger qu’une infime minorité de personnes qui n’ont pas été vaccinées ET qui n’ont pas besoin de se rendre dans un bureau pour travailler ne devrait pas être contraint de quitter le travail.

« Nous continuons à soutenir la vaccination. Mais étant donné… l’assouplissement des restrictions liées à la COVID et l’évolution du paysage, nous sommes d’avis que la politique actuelle de l’employeur est déraisonnable. Ces membres peuvent travailler à domicile.

Le président de l’ACEP, Greg Phillips, a accepté.

“Mes membres sont essentiellement tous des employés de bureau”, a-t-il déclaré. “Depuis deux ans, seul un nombre statistiquement insignifiant de personnes a effectivement dû se rendre au bureau.”

“Ce que nous disons, c’est que si vous devez vous rendre au bureau, vous devez être vacciné, autant que si vous allez dans une zone de construction, vous devez porter des chaussures à embout d’acier.”

Quant à la réponse du gouvernement fédéral, le porte-parole du Conseil du Trésor, Alain Belle-Isle, a déclaré qu’un examen est actuellement en cours, mais a également insisté sur le fait « qu’il n’y a aucune obligation de mettre à jour la politique tous les 6 mois ».

Ce n’était pas suffisant pour les trois syndicats, dont les griefs demandent au Tribunal fédéral des relations du travail d’exiger que le gouvernement autorise les employés suspendus à travailler à domicile, ainsi que de les indemniser pour la perte de salaire depuis le 6 avril.

“Ils doivent examiner d’autres mesures de santé et de sécurité appropriées”, a ajouté Carr. “Encore une fois, le travail à domicile en fait partie, ainsi que le maintien des personnes hors de contact, mais aussi les taux de ventilation, l’espacement et le masquage, le cas échéant.”

Cette semaine, True North a publié une enquête sur les récentes décisions d’arbitrage concernant les mandats de vaccination, compilées par le cabinet d’avocats du travail Mathews Dinsdale.

L’enquête a conclu en reconnaissant que “les circonstances entourant la pandémie changent constamment, et donc le caractère raisonnable des mesures peut également changer”, mais aussi qu'”il est clair que l’assouplissement des restrictions n’a pas influencé l’opinion des arbitres que COVID-19 est toujours un une menace suffisamment importante pour le lieu de travail pour justifier des politiques de vaccination obligatoires.

En Colombie-Britannique, un avocat représente maintenant plus de 200 membres syndicaux contre les syndicats qui, selon eux, ne les ont pas défendus contre les mandats de vaccination qui les ont forcés à quitter leur emploi.

Source : https://tnc.news/2022/05/22/federal-public-sector-unions-say-vax-mandate-now-is-unreasonable/?fbclid=IwAR3V2X7LjLH4X5llD0UGZ0avl7mpRtmhTBoVnLxGtmfIgH1gxOtXae7sWBw

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Nègres blancs d’Amérique : abolissons le CRTC !

ÉDITORIAL/Québec Nouvelles s’oppose vivement à la position du CRTC d’exiger des excuses de Radio-Canada pour l’utilisation du mot ”nègre” en onde alors que l’invité prononçait

Les pompiers pyromanes de Radio-Canada

Il y a quatre jours, on apprenait que le CRTC avait émis un blâme envers Radio-Canada pour une mention en 2020 du titre du livre

Grève chez Agropur, Vache alors !

Deux millions de litre de lait ont été jeté en quelques jours en raison d’un conflit de travail à la fromagerie d’Agropur. Les employés de

Occident à risque : le piège ukrainien

Avec l’annonce d’une bonification de l’aide canadienne à l’Ukraine et du renforcement de la présence de l’OTAN en Europe de l’est ces derniers jours, notre

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles

Nègres blancs d’Amérique : abolissons le CRTC !

ÉDITORIAL/Québec Nouvelles s’oppose vivement à la position du CRTC d’exiger des excuses de Radio-Canada pour l’utilisation du mot ”nègre” en onde alors que l’invité prononçait

Grève chez Agropur, Vache alors !

Deux millions de litre de lait ont été jeté en quelques jours en raison d’un conflit de travail à la fromagerie d’Agropur. Les employés de