• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

L’administration plante tente d’effacer l’héritage Canadien-français

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Tout récemment, la fameuse métropole de notre province du Québec, à savoir Montréal, vient de fêter ses 378 années d’existence. À première vue, cette célébration semble plutôt ordinaire, pour ne pas dire banale. Cependant, de ce dit anniversaire, un élément particulièrement choquant retient notre attention, digne d’une sombre entreprise de réingénierie sociale. Afin de symboliser l’anniversaire, Valérie Plante a publié une vidéo qui cherche à retracer le parcours historique de la métropole. Or, ce parcours en question est un pur fantasme ; il n’a jamais existé dans la réalité. L’historien en question, relatant un récit complètement artificiel et désincarné, est en fait un mercenaire à la solde de la gauche progressiste. Derrière ce couvert de neutralité opère donc une idéologie qui cherche à réécrire l’histoire.  

Tout d’abord, le mercenaire ne se démarque certainement pas par sa subtilité ; le Canada-français est tout simplement inexistant de cette trajectoire historique. Il faut vraiment avoir un incroyable culot pour relater l’histoire de la métropole sans aborder ne serait-ce que minimalement le peuple fondateur de Montréal. Puisque la mairesse omet volontairement la vérité, alors il est bon de la rappeler bien clairement ; la ville de Montréal est le fruit de l’aventure française en Amérique du Nord. La France, qui était à cette époque un Royaume, avait entrepris une colonisation effective des terres en question, en toute logique d’expansion politique. La colonisation était à la fois synonyme d’évangélisation des Autochtones à la doctrine catholique mais aussi afin d’obtenir des bénéfices économiques.

C’est donc le Royaume de France, de par sa volonté de croissance, qui a éventuellement engendré la métropole qu’est Montréal. Cette fécondation représente la fondation de Montréal. Pourtant, avec Valérie Plante au pouvoir, accompagné de son larbin historien-missionnaire, Montréal est progressivement en train d’être purifié de son héritage Canadien-français. De plus en plus, la gauche progressiste cherche à transformer l’histoire afin de soumettre la réalité à sa vision idéologique du monde. Pour Valérie Plante, Montréal est une théâtre d’une utopie, celle d’une communion multiculturaliste, sans peuple fondateur ni identité commune. Heureusement, l’histoire véritable est tenace, elle résiste et s’accroche à la réalité.

En tant que citoyen lucide, il faut impérativement s’inquiéter de cette transformation du réel. On le voit bien, Valérie Plante tente de purifier l’héritage Canadien-français dans un récit complètement fantasmé et désincarné, délaissant volontairement la fondation même de la métropole. Montréal, tout comme le Canada de Justin Trudeau, tend de plus à plus à devenir le laboratoire d’une expérience multiculturaliste inquiétante, où on cherche à effacer l’apport des peuples fondateurs afin de les déraciner de force. Le Canada-français doit peu à peu s’effacer, comme s’il n’avait au fond jamais existé. L’héritage français, à la source même de notre parcours historique, doit être purifié par l’idéologie de la gauche progressiste, déracinée et cosmopolite.

Cette volonté de réécrire l’histoire nous rappelle les heures sombres de notre histoire, où la réalité perd de son sens et se voit soumise à l’idéologie du moment. Ainsi, face à ce désir de purifier nos racines, l’heure de la résistance a sonné. Il n’y a absolument aucune raison d’avoir honte de notre héritage civilisationnel, qui n’est pas un fardeau mais bien une richesse. La gauche progressiste entend valoriser toutes les cultures du monde, même les plus hostiles à notre encontre, à l’exception de la culture fondatrice de la métropole. Dans ce cas, l’ouverture à l’Autre est en fait une négation de l’existence. L’historien-missionnaire, mandaté par Valérie Plante, n’est que le reflet d’une idéologie qui entend impunément transformer le réel. Pourtant, tôt ou tard, la gauche progressiste se heurtera à la résistance du peuple.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

CHSLD : De Charybde en Scylla ! Sortez les gens de là !

L’expression « De Charybde en Scylla » nous vient de la mythologie grecque (L’Odyssée, Ulysse). Il s’agissait de deux monstres et en naviguant dans un certain passage, tu évitais le premier pour te ramasser avec l’autre.

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Félix Racine
Trudeau le Clown

Le clown qui cherchait à acheter des votes

Il était une fois un clown qui, miraculeusement, aura réussi à se hisser jusqu’au sommet de l’appareil gouvernemental du pays, tout en étant sur le fond un pur idiot. Balbutiant dans un français incompréhensible, incapable de comprendre la réalité sommaire, force est de constater qu’il occupe un trône bien trop grand pour lui. Le clown ne doit le mérite de sa réussite politique qu’à un seul facteur ; le sang. Si ce n’était de Pierre-Elliot Trudeau, alias « just watch me », le clown serait resté dans sa zone de confort, c’est à dire les pitreries. Qu’un tel homme gouverne un pays demeure une énigme insurmontable.

Quel avenir pour Dominique Anglade?

C’est désormais officiel, bien qu’en aucun cas surprenant : Dominique Anglade est couronnée cheffe du Parti libéral du Québec, une victoire honorable sachant qu’elle est la