• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

L’art de trébucher dans sa « prime jaquette »

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Le 15 avril dernier, nous avons eu droit à un cri du cœur de notre gouvernement, suppliant littéralement nos médecins spécialistes et omnipraticiens de nous venir en aide. Une aide humanitaire comme ils prodiguent parfois dans les pays du tiers monde. Nos CHSLD représentent malheureusement le tiers monde présentement.

Nous en sommes là ? Vraiment ? Notre premier ministre doit faire un appel, un cri du cœur à nos médecins ? C’est exactement ce à quoi le gouvernement à du se résoudre cette semaine. Un appel au « sens du devoir » à nos médecins autant spécialistes qu’omnipraticiens.

En préambule, très court promis, extrait du serment d’Hippocrate tel que prononcé aujourd’hui : « En qualité de membre de la profession médicale, je prends l’engagement solennel de consacrer ma vie au service de l’humanité ; je considèrerai la santé et le de mon patient comme ma priorité ; bienêtre je respecterai l’autonomie et la dignité de mon patient ; je veillerai au respect absolu de la vie humaine ».

« De consacrer ma vie au service de l’humanité ». Avouons-le aucune notion de salaire ou rétribution n’est mentionnée. Pourtant, aujourd’hui, il m’a semblé très important pour la présidente de la FMSQ, Diane Francoeur, de mentionner le 211 $ de l’heure que coutera chaque médecin spécialiste qui viendra en aide à l’humanité dans nos CHSLD.

Je dois l’avouer, en tant que coordonnatrice aux communications et ancienne attachée politique, j’y ai vu une bourde monumentale. Vraiment. Parce que ce que nous retenons présentement comme message c’est que nos médecins spécialistes, leur « prime de risque », leur « prime jaquette » nous couteront 211 $/h par médecin. Il n’y a certes pas de prix pour offrir la dignité aux patients des CHSLD, nos ainés, ceux qui ont contribué à bâtir notre société, mais était-ce nécessaire de même en parler ?

Depuis quelques années, les Québécoises et Québécois jugent la rémunération des médecins comme couteuse, voire trop grosse et faramineuse. La FMSQ avait la chance de paraitre humaine et non seulement que des négociations et encore plus de demandes de rémunération, bien sûr, de bons médecins ça se paie. Mais était-ce nécessaire d’en parler alors que l’entente avait déjà été négociée ? C’était la chance pour nos médecins de devenir les sauveurs ! Parce que oui, ils ont le pouvoir de nous guérir, de nous faire vivre plus longtemps et ils feront la différence sur le terrain, au front. Mais ce que l’on nous a montré, ce sont plutôt des égos qui ne changeront pas de culottes d’incontinence à moins de 211 $/h et vont-ils vraiment le faire ? Plusieurs personnes en doutent. Bref, j’espère que nos journalistes répondront à l’invitation de Diane Francoeur et la suivront dans son périple dans cette hécatombe que sont présentement nos CHSLD.

La série Épidémie de TVA nous présentait le portrait d’un chargé de communications ultra chiant et condescendant, mais je crois sincèrement que dans « l’épisode » Covid-19 du 15 avril 2020, il aurait été fort utile à la FMSQ.

Ça va bien aller…

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Un échec TOTAL du « gouvernemaman »

AVIS : Les disciples du « gouvernemaman » sont particulièrement invités à en faire la lecture, mais sont priés d’essayer de faire preuve de jugement pour une fois.

  • Nouvelles semblables

COVID-19 : Les CHSLD du Québec vont devoir payer le prix

Le monde s’est effondré, la vie a basculé ; la mort s’est répandue et avec elle une vague de programmes sociaux plus attrayants et couteux. Nous avons pleuré la mort des personnes en foyers pour ainés ou en CHSLD du Québec.

  • Autres articles de Julie Landreville

COVID-19 — Les dommages collatéraux du confinement…

La solitude pour certain, la vie de famille transformée pour d’autres, des couples à bout de nerfs, d’autres qui se redécouvrent enfin, des ainés seuls plus que jamais, des enfants négligés, des femmes battues, des gens agonisants à l’hôpital séparés des leurs, nos « anges gardiens au front » qui ont choisi de devenir utiles plus que jamais au détriment de leur famille… Certaines vies qui se brisent, des familles démunies, des milliers de gens qui ne savent pas s’ils retrouveront leur gagne-pain. Tellement de dommages collatéraux.

Sommes-nous des esprits malléables?

Durant les dernières semaines, on nous a littéralement programmé à la peur. Nous devions avoir peur afin de nous convaincre de respecter les nouvelles règles

Monogamie Legault

L’amour au temps de la Covid-19 : Quand l’état franchit le seuil de la chambre à coucher

La semaine dernière fut plutôt riche en matière de dérapages. La distanciation sociale étant à privilégier, qu’en est-il des couples qui n’habitent pas la même demeure ? Mon fil d’actualité ainsi que quelques nouvelles m’ont amené à réfléchir à ce confinement, aux limites de l’État ainsi qu’au gros bon sens qui devrait prévaloir.

Dr Horacio Arruda

Pourquoi aimons-nous autant le Dr Horacio Arruda ? 

On va se le dire, nous aimons tous le Dr Arruda. Les Québécoises et Québécois que nous sommes l’aiment d’amour ! Mais pourquoi nous l’aimons autant ? Tout simplement parce qu’il y a des leadeurs et des gestionnaires. Pourquoi certains politiciens, certaines personnalités nous attirent davantage ? Parce qu’ils ont des traits de personnalité qui mobilisent, animent et qui ont pour effet de nous amener à adhérer à une vision commune. La leur en occurrence.