• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le Canada doit redevenir un leader du secteur de l’énergie

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Le Canada doit faire preuve de leadership et toutes les provinces et territoires doivent s’unir en tant que pays pour soutenir notre secteur de l'énergie, compte tenu de son importance relative pour l’ensemble de l’économie canadienne.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Le Canada doit faire preuve de leadership et toutes les provinces et territoires doivent s’unir en tant que pays pour soutenir notre secteur de l’énergie, compte tenu de son importance relative pour l’ensemble de l’économie canadienne.

Dans le cas contraire, le Canada continuera de voir son secteur de l’énergie prendre du retard par rapport aux États-Unis et à d’autres grandes puissances, perdant ainsi sa position traditionnelle de puissance énergétique mondiale forte, fondée sur le libre marché. 

Malgré les effets de la pandémie sur les prix mondiaux du pétrole, le Canada continue d’être un fournisseur d’énergie pour les États-Unis. Le Canada est toujours le plus grand partenaire énergétique des États-Unis, mais il est à la traîne par rapport à son voisin du sud en matière de sécurité énergétique pour son propre marché domestique.

Le Canada est une formidable puissance énergétique et jouit du statut de troisième plus grande réserve de pétrole au monde et de cinquième producteur de gaz naturel au monde. Toutefois, cela n’est pas aussi pertinent si les acteurs politiques dilapident cette richesse inexploitée ou la vendent dans des conditions et à des prix sous-optimaux.

Cela n’a pas toujours été le cas. Dans le secteur de l’énergie, il devrait y avoir le même niveau d’urgence nationale et de nécessité de mettre en place un bon dosage de politiques publiques. Le Canada est en retard sur les États-Unis en matière de politique énergétique et a perdu beaucoup de terrain par rapport à eux en ce qui concerne le développement de l’énergie pétrolière et gazière. Au fil du temps, par une conception délibérée de la politique, les États-Unis sont passés du statut de premier client de l’exportation du pétrole brut et du gaz naturel du Canada à celui de premier concurrent dans le même domaine.

Mais ce n’est pas seulement la faute des Américains qui n’ont agi que dans leur propre intérêt économique national. Dans notre propre pays, les acteurs politiques agissaient d’une manière qui portait atteinte à nos intérêts énergétiques nationaux. 

Avant l’épidémie de COVID-19, les Canadiens ne connaissent que trop bien la frustration des entreprises énergétiques canadiennes de ne pas pouvoir vendre notre pétrole brut en dehors des États-Unis. Notre pays était devenu un marché captif pour les États-Unis et vendait à des prix inférieurs à ceux que le Canada pouvait obtenir sur le marché international. En matière d’avantages économiques, les marchés américains n’étaient que trop heureux de permettre à cette situation déséquilibrée de perdurer.

Les environnements politiques font une grande différence. Le Canada doit agir de la même manière au nom du secteur de l’énergie. Le Canada et les États-Unis ont connu des environnements politiques différents en matière de développement énergétique. Aux États-Unis, le propriétaire des terres possède les hydrocarbures sous la propriété — alors qu’au Canada, et dans la plupart des autres juridictions, le gouvernement possède les droits miniers souterrains. Les États-Unis disposent également d’un vaste réseau d’infrastructures qui peut gérer un secteur énergétique en expansion.

Avec tous les projets de pipelines bloqués au Canada, il est clair que le Canada et les États-Unis ont divergé dans leurs économies énergétiques en développement. Parmi toutes les nouvelles axées sur COVID-19 presque 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, les Canadiens peuvent avoir besoin d’un rappel préalable de l’environnement de la politique énergétique.

Notre premier ministre nous avait assuré verbalement que plusieurs projets de pipelines essentiels allaient être réalisés, mais les actions du gouvernement ont raconté une autre histoire. Le gouvernement libéral a présenté le projet de loi C-48, une loi qui imposait un moratoire sur la circulation des pétroliers sur la côte nord de la Colombie-Britannique. Ce projet de loi a anéanti tout espoir pour les projets d’oléoducs qui visaient à transporter le pétrole brut de l’Alberta, enclavée dans les terres, vers la côte du Pacifique par un seul port. Puis, bien sûr, le gouvernement a présenté le projet de loi C-69, une loi controversée qui était bien intentionnée en termes de rationalisation et de raccourcissement du processus d’évaluation des projets individuels, mais qui a fini par créer moins de clarté et plus de possibilités de méfaits juridiques.

Le gouvernement fédéral a également donné une réponse tiède lorsque l’Alberta et la Colombie-Britannique ont entamé une guerre de mots interprovinciale au sujet de certains projets de pipelines. Le gouvernement a laissé mourir en deuxième lecture à la Chambre des communes le projet de loi S-245, qui visait à affirmer l’autorité fédérale sur les pipelines interprovinciaux et à ouvrir la voie à une action fédérale. Le gouvernement fédéral n’est pas non plus intervenu lorsque le premier ministre du Québec a déclaré aux provinces de l’Est qu’aucun pipeline ne passerait par le territoire québécois.

La divergence de politique entre le Canada et les États-Unis dure depuis un certain temps. Un chroniqueur du Financial Post a déclaré en 2015 que depuis 2010, les États-Unis avaient construit l’équivalent de dix pipelines Keystone XL. Bien que le président Obama ait fini par opposer son véto au projet Keystone XL, son administration était relativement ouverte à la construction de nouveaux pipelines.

Selon l’Association of Oil Pipe Lines (AOPL), basée aux États-Unis, entre 2009 et 2013, plus de 8 000 miles de pipelines de transmission de pétrole ont été construits aux États-Unis. A titre de comparaison, les 875 miles que TransCanada voulait faire poser dans les États du Montana, du Dakota du Sud et du Nebraska pour le projet Keystone XL.

Dans l’ensemble, il a été beaucoup plus facile pour les entreprises américaines de construire des pipelines pour réduire les goulets d’étranglement dans le secteur de l’énergie. La Maison-Blanche a également assoupli la règlementation sur le forage en mer afin d’accélérer la production.

Bien qu’il y ait toujours une certaine opposition locale aux projets de pipelines, au niveau des États, l’opposition est principalement liée au transport du pétrole brut par rail, et non par pipeline. En ce sens, la discussion au sud de la frontière est plus avancée, car le public et les politiciens comprennent que les pipelines sont le moyen le plus sûr de transporter le pétrole et le gaz.

Les Canadiens doivent en tirer les leçons.

En outre, notamment sous la présidence de M. Trump, on a assisté à une explosion de l’exploitation du gaz naturel aux États-Unis. Cette administration a ouvert de vastes étendues de terres fédérales au développement énergétique et est reconnue comme ayant joué un rôle déterminant dans la « révolution du gaz de schiste » qui a permis d’accroître les réserves de pétrole et de gaz aux États-Unis, conduisant le pays vers l’indépendance énergétique. L’administration Trump a modifié la règlementation permettant le développement du gaz naturel par fracturation hydraulique (ou « fracking »). Le ministère de l’Intérieur a également travaillé à permettre aux communautés amérindiennes de mieux utiliser les ressources énergétiques sur les terres tribales amérindiennes, au profit de ces communautés appauvries.

L’environnement politique et les mesures d’incitation sont importants. Les entreprises privées sont des acteurs rationnels et s’engagent dans l’exploration et l’investissement énergétiques, à la recherche de bonnes infrastructures, de règlementations et de politiques fiscales.

Les États-Unis — en grande partie sous l’actuel président, mais sous d’autres présidences — sont devenus une superpuissance énergétique plus proche de l’indépendance énergétique que jamais, tandis que le Canada — sous ce gouvernement libéral — est devenu un pays à la traîne en matière d’énergie, où les investissements énergétiques ont fui vers les États-Unis et d’autres pays.

Ce changement important est en grande partie dû au plan énergétique « America First » adopté par la présidence Trump. L’avocate Alicia Quesnel de Burnet, Duckworth et Palmer a écrit que le plan déclare la « domination énergétique américaine » comme un « objectif stratégique économique et de politique étrangère des États-Unis » et cherche à « déclencher une révolution énergétique » en exploitant « 50 billions de dollars de réserves de schiste, de pétrole et de gaz naturel, plus des centaines d’années de réserves de charbon propre ».

Pendant ce temps, au sud de la frontière, l’administration Trump a accéléré l’exploration pétrolière et gazière en modifiant les taux de redevance pour les concessions pétrolières et gazières sur les terres fédérales, ainsi qu’en changeant la règlementation sur l’eau pour la fracturation sur les terres indiennes fédérales et tribales. Le ministère de l’Intérieur a également accéléré le rythme des enchères de pétrole en hautes mers et a réduit les taux de redevance afin que davantage de sociétés énergétiques puissent entrer sur le marché.

Tableau 1

(Source: U.S. Energy Information Administration, Short-Term Energy Outlook)

Tableau 2

(Source : U.S. Energy Information Administration, Short-Term Energy Outlook)

Dans le même temps, le Canada, le Québec et certaines provinces maritimes avaient imposé des moratoires sur les activités de fracturation, malgré l’existence avérée de vastes réserves de gaz naturel non exploitées, notamment au Nouveau-Brunswick. Aujourd’hui, certains gouvernements provinciaux, notamment au Nouveau-Brunswick, ont ouvert des discussions sur la fracturation. Ces discussions semblaient être au point mort et, avec COVID-19, ne sont plus dignes d’intérêt.

Ce n’est évidemment pas la faute du gouvernement fédéral, mais il ne serait pas préjudiciable que le gouvernement fédéral encourage ou incite les provinces à accepter des opérations de fracturation limitées.

Si une partie de l’explosion énergétique aux États-Unis peut s’expliquer par de meilleures technologies et méthodes, une grande partie peut être attribuée aux changements règlementaires et politiques, ainsi qu’au leadership transformationnel. L’administration Trump a également délivré un permis présidentiel au Keystone XL, après que le président Obama ait refusé un tel permis en arguant que le projet n’était pas dans l’intérêt des États-Unis. Cependant, le candidat démocrate présumé Joe Biden s’est engagé à opposer son veto au Keystone XL une fois de plus.

Le problème est que pendant que le Canada écoutait attentivement les intérêts environnementaux et adoptait une faible réponse fédérale au développement énergétique, les États-Unis étaient occupés à adopter des politiques gagnantes et à affirmer un rôle fédéral de premier plan dans la poursuite du développement énergétique, pour des raisons de politique économique et étrangère.

Pour être clair, le Canada n’a pas besoin d’adopter une politique « Canada First » à la Trump ou d’imiter ce qui a été fait aux États-Unis. Les Canadiens de toutes les régions apprécient une règlementation environnementale forte et souhaitent protéger les habitats de la faune et de la flore, en particulier ceux qui sont menacés. Un grand sujet de discorde entre le Canada et les États-Unis est de savoir si les politiques de nos deux pays seront en harmonie avec l’accord de Paris sur la réduction des émissions de carbone. La dérogation américaine à cet accord a désavantagé le Canada par rapport à son voisin. Cependant, dans le même temps, les États-Unis ont démontré qu’ils pouvaient réduire les émissions de carbone sans l’accord. 

Le Canada a besoin d’une approche beaucoup plus équilibrée qui reconnaisse le désir du Canada de se maintenir en tant que superpuissance énergétique dans le monde, avec ses propres politiques faites au Canada qui respectent à la fois l’environnement et la nouvelle économie énergétique, et bien sûr en respectant les principes du marché libre. Le Canada dispose déjà de règles et de technologies environnementales qui font office de normes mondiales.

En cette période de pandémie, et surtout lorsque nous voyons la lumière au bout du tunnel, le gouvernement fédéral, les provinces et les territoires doivent adopter une stratégie énergétique nationale fondée sur le libre marché pour maintenir notre position de leader en matière d’énergie. 

Joseph Quesnel est associé de recherche pour le Frontier Centre for Public Policy. http://www.fcpp.org

Ceci est une traduction, vous pouvez consulter l’article original ICI.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Comment faire pour relancer le Parti libéral du Québec ?

Le 1er octobre 2018, le vénérable Parti libéral du Québec (PLQ) a subi sa pire dégelée de son histoire. Il a fait élire seulement 31 députés et obtenu 25 % des voix. Il faut souligner que c’est vraiment la majorité historique francophone qui a tourné le dos au PLQ. Comment expliquer cette affligeante défaite après quinze ans au pouvoir ? Allons voir cela de plus près.

  • Nouvelles semblables

Le Québec doit choisir sa transition

Imaginez que le Québec était en mesure d’ajouter 95 milliards de dollars à son PIB au courant des quinze prochaines années. Imaginez tous les impacts

  • Autres articles de Lettres à l'éditeur