• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le directeur de cabinet adjoint de Valérie Plante blâme l’émeute au Vieux-Port sur des journalistes indépendants de Rebel News

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Guillaume Clouter, le directeur de cabinet adjoint pour la mairesse de Montréal, Valérie Plante, blâme l’émeute de dimanche soir sur un petit groupe de journalistes indépendants de Rebel News.

« Vieux-Montréal. Pendant toute la fin de semaine, les provocateurs de @RebelNewsOnline et @ezralevant ont fait de l’agitation avec le résultat qu’on connait: casse et vandalisme. Foutez le camp de notre ville », a écrit Cloutier sur son compte Twitter.

Pourtant, l’événement auquel Cloutier réfère est plutôt une détention et une fouille illégale des journalistes indépendants de Rebel par le SPVM. Lisez notre couverture de l’événement ici.

Après avoir détenu les journalistes pendant plusieurs heures, le SPVM a tenté d’obtenir un mandat pour fouiller la résidence temporaire des journalistes. Cependant, aucun juge n’a accepté de signer un tel mandat, et les policiers ont finalement liberté l’équipe de Rebel après plusieurs heures de détention sans cause.

Cloutier, membre sénior de l’administration plante, blâme les journalistes indépendants de Rebel venus couvrir l’abus des policiers et les mesures arbitraires de couvre-feu dans la province. Hier, des commerces au Vieux-Port ont été vandalisés suite à une manifestation anti-couvre-feu. Des journalistes de Rebel étaient présents pour couvrir l’événement.  

Pour plusieurs observateurs, la cause du grabuge d’hier est plutôt attribuable à plus d’un an de mesures arbitraires et autoritaires qui ont affectées de façon disproportionnée les jeunes québécois, alors que ceux-ci ne sont pas à risque du virus chinois.

Au courant de la fin de semaine, des agents du SPVM ont aussi tabassé et étouffé un homme dans un parc car ce dernier buvait une bière en public.

En plus de vouloir retrouver leur liberté, la communauté montréalaise perd rapidement confiance envers le SPVM, désormais considéré comme une force de brutes qui n’hésitent plus à appliquer des mesures arbitraires et excessives.

Plutôt que de se ranger avec sa population, l’administration Plante choisit plutôt de blâmer des journalistes indépendants, et continue de supporter et d’appliquer des mesures anti-scientifiques et violentes.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles