• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le masque de la honte !

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

La honte du moins selon sa description sur Wikipédia est une émotion complexe. Elle se distingue des autres émotions par sa dimension sociale, secrète, narcissique, corporelle et spirituelle. La honte a des aspects négatifs. Elle est parfois définie comme la version sociale de culpabilité, et joue un rôle dans la phobie sociale.

Je reviens de mon supermarché, ramasser ma commande. Bien oui, je n’entre pas, car je refuse de porter le masque de la honte.

Honte, me direz-vous, terme trop fort me direz-vous… continuez à lire… alors eh oui, je suis resté à l’extérieur environ 20 minutes, et fus témoin d’une résignation générale ; certains « accrochaient » après deux ou trois pas à l’intérieur, sous l’œil inquisiteur du gardien, d’autres l’arrachaient littéralement à deux ou trois pas de la sortie. Et toujours ce troisième œil.

Je cherchais les regards, plusieurs les détournaient. Pourquoi ? J’ai brièvement interrogé deux employés ; ils sont carrément écœurés. Porter cet artifice ridicule qui leur coupe le souffle, les récriminations des clients, la pression des patrons terrorisés par le spectre de « l’amende ». Ce personnel ne porte pas de masque depuis 3 mois, et cette entreprise n’a aucun cas positif, et ce malgré des centaines de clients, qui n’en portaient pas, non plus.

J’apprends également que le citoyen qui se présente ici avec une condition médicale, avec billet de médecin, citant une exemption du masque se voit refuser l’entrée.

Je reviens à mon observation extérieure, les masques tombent par terre, on les ramasse, les chiffonne, s’essuie le nez avec, on les fout dans ses poches, et on se met ça dans la face, à un autre moment. (sic) Un ouvrier pêche son masque, on peut presque compter combien de fois il a été porté au nombre d’empreintes huileuses. Un autre qui le porte à l’envers (sic).

Aucune province canadienne n’exige obligatoirement le masque. Il est recommandé et parfois suggéré tout au plus. Mais aucunement OBLIGATOIRE.

Et même si ça dépasse toute logique… Pourquoi donc au Québec ?

« Cette passion soudaine pour le port du masque obligatoire qui a été adoptée par les politiciens et les médias a plus à voir avec le contrôle politique qu’avec la sécurité. »

Derek Sloan, député fédéral d’Hastings-Lennox et candidat à la chefferie du Parti conservateur du Canada

Exiger le port obligatoire d’un masque tout à fait inutile est un geste politique et s’avèrera une grave erreur ! Sanitaire et politique.

Je vous passerai les centaines de pages scientifiques expliquant que le masque est plus nuisible qu’autre chose. Et que le virus… eh bien… il a muté.

N’importe quel citoyen avec un brin de logique et de réflexion sait tout cela.

Les Québécois ont toujours été considérés un peu comme les « irréductibles gaulois » du Canada, telle la société distincte que nous sommes.

La fierté nationale, le fait français, notre taux de bilinguisme plus élevé que la moyenne canadienne, et plusieurs secteurs très dynamiques de notre économie, nous a procuré une certaine joie de vivre.

Aujourd’hui, l’économie a en pris pour son rhume, et on n’a même pas eu le cœur d’afficher notre drapeau le 24 juin dernier.

Maintenant, on entrevoit le bord du trou noir, eh non, pas la lumière au bout du tunnel. Cette directive insensée de Legault apportera son lot supplémentaire de frustrations qui iront en s’amplifiant… mais est-ce un vœu pieux que ceci ?

Mais alors, ce masque de la honte. … Pour quoi ? Pour qui ?

Le pourquoi : se mettre à genoux devant une élucubration politique est honteux, accepter de faire fi de notre capacité de réfléchir est honteux, accepter de se couvrir le visage et de sombrer dans l’anonymat sans raison autre qu’une exigence politique est honteux.

Un politicien qui se fout de vos libertés individuelles est un émissaire de honte. Et ce même personnage qui se targue de limiter l’affichage des minorités qui désirent se couvrir (Loi 21). Il faudrait qu’il se branche.

Invoquer des raisons scientifiques aux preuves inexistantes pour brimer les droits les plus fondamentaux des citoyens est mensonger et honteux.

Le politicien qui n’est pas satisfait du niveau de docilité du peuple et qui décide de le punir, sans raison aucune, autre que d’assouvir sa soif du pouvoir, c’est honteux.

Pour qui alors ?

Le citoyen qui s’y résigne, qui doit obéir, qui doit être docile, c’est honteux. Les parents qui terrorisent leurs enfants en leur faisant porter ce symbole honteux, alors que ces jeunes sont au niveau zéro risque. Le citoyen qui affiche son inaptitude à comprendre le bon sens, et qui porte son masque en automobile. Le mouton, qui hurle au scandale contre les citoyens logiques qui résistent à cette forme de dictature, sur les réseaux sociaux, mais qui n’a aucun argument logique à opposer, autre que des jurons obscènes.

Même ceux, qui disent comprendre que le virus est maintenant inoffensif, qui disent que la « pandémie » est finie, et qui le porte, car obligés, par le gouvernement. Comme parangons de la soumission totale, c’est honteux.

De retour chez les irréductibles, je constate qu’une bonne partie de la tribu Québec a adopté ce masque de la honte, telle une toison frisée de mouton. C’est périssant de déception.

Certains de ces moutons pensent obtenir plus de liberté, lorsque le gouvernement allonge la laisse. Ils ne constatent même pas qu’ils y sont encore attachés. C’est honteux.

Il n’y a rien comme un visage pour s’identifier en tant que personne. Où sont donc ces visages heureux, respirant la santé, appréciant le soleil et une certaine joie de vivre ? Se fondre anonymement, sans visage, dans la masse, telle une horde de moutons ? C’est ça que vous voulez ? Où est ce peuple qui a rejeté le port du « kleenex » sur la tête à l’église ?

J’ai mal à mon Québec, maintenant honteusement masqué !

« La vigilance à tous moments est le prix de la liberté. Nous devons soigneusement conserver nos libertés en tout temps, surtout en temps de crise, lorsque des politiciens autoritaires plus intéressés à nous contrôler qu’à nous gouverner peuvent être tentés de nous retirer “temporairement” des libertés que nous ne retrouverons jamais ».

« La primauté de la liberté personnelle face à une portée excessive de l’État doit être défendue de manière absolue » — Derek Sloan, député fédéral d’Hastings-Lennox et candidat à la chefferie du Parti conservateur du Canada

Il faudra bien que ce gouvernement finisse par comprendre que le peuple risquera de se révolter. Il ne faudrait pas attendre plus longtemps pour libérer la société. Assurément que ce gouvernement cherche à cacher ses énormes erreurs de gestion, et à procéder en vitesse à l’adoption du projet de Loi 61, qui cache beaucoup de mauvaises surprises, pour le peuple, mais de lucratifs avantages pour ces politiciens.

En remerciement pour cette merde balancée dans leur cour par ce gouvernement assoiffé de pouvoir.

J’en appelle aux associations suivantes, pour appeler un boycottage général par leurs membres, de l’application du port obligatoire du masque de la honte, dans leurs établissements commerciaux.

– Conseil québécois du Commerce de Détail

– Comité sectoriel de main d’œuvre du Commerce de détail

– Association des détaillants en Alimentation du Québec.

– Fédération canadienne de l’Entreprise Indépendante

– et toute autre qui pourrait être concernée

S’ils le font tous en même temps, les amendes ne seront pas applicables.

En 2020, notre capacité de réfléchir est-elle devenue hors la loi ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

OPINION: Pourquoi Peter MacKay va gagner

Ce n’est pas seulement parce qu’il a reçu l’appui de 61 députés ou sénateurs qu’il va remporter la course au leadership du Parti conservateur. Ni

Le Canada doit redevenir un leader du secteur de l’énergie

Le Canada doit faire preuve de leadership et toutes les provinces et territoires doivent s’unir en tant que pays pour soutenir notre secteur de l’énergie, compte tenu de son importance relative pour l’ensemble de l’économie canadienne.

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de André Forgues

COVID-19 : DIVISER UN PEUPLE, EST-CE CRIMINEL ?

COVID-19 « DIVISER POUR RÉGNER » Très vieille maxime attribuée à Phillipe II, roi de Macédoine, quatrième siècle av. J.-C.. Si elle date pas mal, on semble la retrouver de nos jours.