• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le Québec doit choisir sa transition

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Imaginez que le Québec était en mesure d’ajouter 95 milliards de dollars à son PIB au
courant des quinze prochaines années. Imaginez tous les impacts positifs que cela
apporterait sur l’emploi, nos programmes sociaux, notre niveau de vie, notre système de
santé, sans oublier notre endettement collectif. Imaginez que pour y arriver, les
Québécois devenaient des leaders mondiaux dans la lutte aux changements climatiques.
Seriez-vous intéressé? Pourtant, cette opportunité est à portée de main.


Le sous-sol québécois regorge d’une véritable solution pour réduire les gaz à effet de
serre (GES). Je parle bien sûr de notre gaz naturel. Ce gaz émet 50 % moins de GES
que le charbon lorsqu’il est utilisé pour produire de l’électricité, n’importe quel ingénieur
vous le dira. En 2020, le combustible le plus utilisé dans le monde est encore le charbon.
Si, comme certains avancent, le pétrole est une «énergie du XXe siècle», alors que dire
du charbon? Selon l’IEA (International Energy Agency), le gaz naturel est la meilleure
alternative au charbon, voir l’énergie de transition par excellence. En cette ère d’urgence
climatique, ce gaz est un actif stratégique.

Compte tenu des avancées scientifiques des dernières années au Canada, et de la
possibilité de produire du gaz naturel liquéfié (GNL) grâce à notre hydroélectricité, le GNL
du Québec serait parmi les plus petits émetteurs de GES au monde. Les Québécois ont
toutes les cartes en main. Ils peuvent s’enrichir en produisant du GNL tout en réduisant
les GES, même à l’étranger. Le beurre et l’argent du beurre, rien de moins.

Alors, pourquoi le Québec ne produit pas massivement son GNL? Produire du GNL
québécois empêchera-t-il la Chine et l’Inde de développer des énergies renouvelables?
Ces pays vont-ils cesser spontanément de consommer du charbon ? Balivernes. Il y a
7.6 milliards d’humains sur Terre. Il y en aura 9 milliards en 2050. Nous aurons besoin
d’énergie, et de plus en plus. Sera-t-il possible de convertir la planète à l’énergie
renouvelable en 15 ou 20 ans? Posez la question est y répondre. Que faire alors pour
gérer l’urgence climatique? Un seul mot : innover.

Notre objectif doit être de réduire l’intensité en carbone de nos sources d’énergie; de
toutes nos sources d’énergie, actuelles comme futures. Une grave erreur serait de rester
les bras croisés pendant que la planète poursuit sa course vers l’énergie renouvelable.
Cependant, si le Québec a la possibilité de réduire des GES aujourd’hui, doit-il y renoncer
simplement parce que cette réduction proviendra du GNL et non de l’énergie
renouvelable? Bien sûr que non, un tel dogme n’a pas de sens. Il faut combattre cette
idée trop souvent véhiculée par les écologistes. D’ailleurs, pourquoi ces derniers
refusent-ils de discuter sérieusement de l’option intermédiaire du GNL? N’y a-t-il pas là
une contradiction face à l’idée même de la transition énergétique?

Nous y voilà! Les écologistes devraient être les premiers à réclamer que le Québec
produise du GNL. Ils ne le font pas car leur objectif n’est pas une transition énergétique.
Leur objectif est une transition politique. Malheureusement, plusieurs Québécois ignorent
cette réalité.

Vous en doutez? Dernièrement, l’activiste Dominic Champagne déclarait qu’il rêvait de
voir la sociologue Laure Waridel devenir ministre des Finances du Québec ou encore
présidente du Conseil du trésor. Ce commentaire peut paraître banal, mais il est très
révélateur.

Figure de proue du mouvement écologiste, il faut savoir que Laure Waridel embrassé la
doctrine de l’économiste Hongrois Karl Polanyi. Ce dernier proposait de réduire les
libertés économiques individuelles et d’instaurer un système politique où les bureaucrates
sont mis aux commandes d’une économie planifiée qu’ils dirigent. J’ai l’impression que
bien peu de Québécois se reconnaissent dans une telle proposition politique, c’est
pourtant la « transition » à laquelle nous convie le mouvement écologiste québécois : un
changement radical de régime politique.

Sous une épaisse couche de verni vert, les écologistes font constamment la promotion
de cet agenda : conférences sur conférences dans les écoles pour y diffuser leurs
dogmes aux jeunes, occupation de l’espace médiatique et désobéissance civile.
D’ailleurs, dans son dernier livre, Laure Waridel cautionne sans réserve les gestes
radicaux posés par des organisations comme Extinction Rébellion qui ont déplu à tant de
Québécois en bloquant le Pont-Jacques Cartier à Montréal en octobre dernier. La fin
justifie les moyens, semble-t-il.

Rappeler-vous, si l’agenda des écologistes était purement environnemental, urgence
climatique oblige, ces gens chercheraient à stimuler la production de GNL au Québec,
pas à la bloquer. Le problème est plutôt que toute démonstration que le système actuel
peut produire une solution intéressante devient pour eux une vérité qui déboulonne leur
agenda politique.

Au lendemain de l’épisode du Pont Jacques-Cartier, le Premier ministre du Québec a
dénoncé, avec raison, le blocage du pont par des radicaux. On peut se poser la question
aujourd’hui à savoir si on dénonce suffisamment les tentatives de blocage de la
production et de l’exportation de GNL par le Québec?

Les Québécois ne veulent pas d’une transition politique, encore moins d’une doctrine
radicale. Je pense qu’ils souhaitent une transition énergétique, tangible et
pragmatique. Le potentiel derrière le GNL nous offre non seulement cette possibilité, elle
nous offre également de devenir des leaders mondiaux de cette transition
énergétique. La responsabilité de notre gouvernement est désormais de nous permettre
de réaliser cette ambition.


Nicolas Gagnon
Directeur des opérations
Québec FIER, Canada Strong and Proud

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
Solidarité Covid-19

La solidarité qu’osse ça donne

Dans mon ancienne vie de syndicaliste, j’ai participé à des dizaines de manifestations de toutes sortes. Immanquablement, j’ai scandé le mot « solidarité » à chaque fois, des centaines de fois. Ce mot qui sortait de ma bouche par automatisme est reconnu dans toutes les organisations ouvrières à travers le globe. Je connaissais sa définition certes, mais jamais l’action d’être solidaire ne s’était manifestée comme elle le fait depuis le début de cette crise sanitaire qui ne laisse personne indifférent.

PCC LOGO

Reporter la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, oui ou non? 

Le Parti libéral du Québec a suspendu sa course à la chefferie et le Parti québécois l’a reportée aussi. Pourquoi le Parti conservateur du Canada s’obstine-t-il à poursuivre sa course, qui passe inaperçue de toute façon? Pour l’heure, la population du Canada doit composer avec le confinement, la distanciation sociale, l’encadrement des enfants, les fermetures de commerces, les pertes d’emploi et un moral en dents de scie. N’est-ce pas assez? A-t-elle envie, en ce moment, d’écouter des débats sur les oléoducs? A-t-elle la tête à entendre des gens s’obstiner sur le programme de l’un ou de l’autre? Je ne crois pas.

ainées

Crise du COVID-19 : restez chez vous !!!

Depuis le début de la pandémie, le premier ministre François Legault et le directeur de la santé publique du Québec Horacio Aruda ont clairement dit que les personnes âgées de 70 ans et plus étaient les plus à risque face à cette nouvelle maladie. C’est pour cette raison que le gouvernement a demandé à ces personnes de rester chez eux afin de ne pas contracter le virus et le propager aux autres.

Clown Coronavirus

L’humour au temps du coronavirus

Comme plusieurs, ma page Facebook affiche de nombreuses blagues depuis que la pandémie de la
COVID-19 a frappé aux portes du Québec. Des clips, des MEME, en veux-tu en voilà, évidemment le
degré de drôlerie dépend beaucoup de l’état d’esprit qui est le vôtre au moment de les consulter, il y a
du bon et beaucoup de moins bon.

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Nicolas Gagnon
Médias

Critiquer les médias au temps du coronavirus

Depuis le début de la crise du coronavirus, nous, les Québécois, avons la chance (oui la chance) d’avoir un premier ministre qui ne compte pas ses heures ni les efforts que cela demande de recevoir et d’assimiler rapidement un flot énorme d’informations, pour nous donner l’heure juste en toute transparence, avec la bonhommie qui le fait apprécier d’une vaste majorité d’entre nous, toutes couleurs politiques confondues.

Solidarité Covid-19

La solidarité qu’osse ça donne

Dans mon ancienne vie de syndicaliste, j’ai participé à des dizaines de manifestations de toutes sortes. Immanquablement, j’ai scandé le mot « solidarité » à chaque fois, des centaines de fois. Ce mot qui sortait de ma bouche par automatisme est reconnu dans toutes les organisations ouvrières à travers le globe. Je connaissais sa définition certes, mais jamais l’action d’être solidaire ne s’était manifestée comme elle le fait depuis le début de cette crise sanitaire qui ne laisse personne indifférent.

Printemps

Un printemps sous la menace d’un coronavirus

Il y a quelques semaines, nous étions au Mexique pour nos vacances annuelles. Nous attendions le nouveau printemps sous le soleil sans toutefois nous douter de ce que nous réservait l’avenir. Jamais nous n’aurions imaginé un tel scénario dramatique. Le printemps est en effet arrivé, mais les terrasses et les restos sont vides. Le soleil brille dans le ciel, mais peu de gens sont dans les rues pour en profiter.

PCC LOGO

Reporter la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, oui ou non? 

Le Parti libéral du Québec a suspendu sa course à la chefferie et le Parti québécois l’a reportée aussi. Pourquoi le Parti conservateur du Canada s’obstine-t-il à poursuivre sa course, qui passe inaperçue de toute façon? Pour l’heure, la population du Canada doit composer avec le confinement, la distanciation sociale, l’encadrement des enfants, les fermetures de commerces, les pertes d’emploi et un moral en dents de scie. N’est-ce pas assez? A-t-elle envie, en ce moment, d’écouter des débats sur les oléoducs? A-t-elle la tête à entendre des gens s’obstiner sur le programme de l’un ou de l’autre? Je ne crois pas.