• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les bureaucrates québécois payés 10 % plus cher que les travailleurs du privé

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Privé VS Public

Selon une nouvelle étude de l’Institut Fraser, au Québec, les bureacrates ont reçu des salaires en moyenne 9,2 % plus élevés que les travailleurs du secteur privé, et ont profité d’avantages sociaux beaucoup plus généreux.

L’Institut Fraser est un groupe de réflexion indépendant et non partisan sur les politiques publiques canadiennes. « L’alignement de la rémunération du secteur public sur celle du secteur privé aiderait non seulement le gouvernement du Québec à contrôler les dépenses sans réduire les services, mais aussi à maintenir l’équité pour les contribuables », affirme Vincent Geloso, agrégé supérieur à l’Institut Fraser et professeur agrégé d’économie à King’s University College.

Selon leur étude intitulée « Comparaison de la rémunération dans les secteurs public et privé au Québec » se basant sur les derniers chiffres disponibles, cet écart salarial prend en considération des différences entre les travailleurs des deux secteurs comme l’âge, le sexe, la scolarité, l’ancienneté et le type de travail. Toutefois, les salaires ne constituent qu’une partie de la rémunération totale.

Au Québec, les fonctionnaires bénéficient également de prestations beaucoup plus généreuses :

  • Fonds de pensions : Au Québec, près de 9 travailleurs gouvernementaux sur 10 (90,8 %) disposent d’un régime de retraite à prestations déterminées qui offre un niveau garanti de prestations à la retraite, contre 1 travailleur sur 10 dans le secteur privé (11,8 %).
  • Retraites hâtives: Les fonctionnaires québécois prennent leur retraite trois ans plus tôt, en moyenne, que les travailleurs du secteur privé.
  • Journées de congé : Les fonctionnaires du Québec s’absentent de leur travail pour des raisons personnelles 65,7 % plus souvent que les travailleurs du secteur privé ; soit 16,9 jours comparativement à 10,2 jours.
  • Sécurité d’emploi : Les travailleurs du secteur public étaient 10 fois moins susceptibles de perdre leur emploi que les travailleurs du secteur privé ; soit 0,2 % comparativement à 2,3 %.

 « Bien sûr, les gouvernements au Québec doivent offrir une rémunération compétitive pour attirer des employés qualifiés, mais il est indéniable que les salaires et les avantages sociaux dans le secteur public sont en décalage par rapport au secteur privé », déclare M. Geloso.

Pensez-vous que les bureaucrates sont trop grassement payés au Québec ? Faites-nous part de votre opinion dans les commentaires sur Facebook.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
Médias

Critiquer les médias au temps du coronavirus

Depuis le début de la crise du coronavirus, nous, les Québécois, avons la chance (oui la chance) d’avoir un premier ministre qui ne compte pas ses heures ni les efforts que cela demande de recevoir et d’assimiler rapidement un flot énorme d’informations, pour nous donner l’heure juste en toute transparence, avec la bonhommie qui le fait apprécier d’une vaste majorité d’entre nous, toutes couleurs politiques confondues.

Printemps

Un printemps sous la menace d’un coronavirus

Il y a quelques semaines, nous étions au Mexique pour nos vacances annuelles. Nous attendions le nouveau printemps sous le soleil sans toutefois nous douter de ce que nous réservait l’avenir. Jamais nous n’aurions imaginé un tel scénario dramatique. Le printemps est en effet arrivé, mais les terrasses et les restos sont vides. Le soleil brille dans le ciel, mais peu de gens sont dans les rues pour en profiter.

Crise du COVID-19 : Abolir temporairement la TPS et la TVQ en ce temps de crise, une bonne idée?

Le monde est frappé par une pandémie de COVID-19 qui va laisser des traces sur le plan économique. La fermeture des frontières avec l’Europe et les États-Unis va avoir des effets directs sur l’économie du pays. Les magasins ferment les uns après les autres et tous les secteurs économiques sont touchés par cette crise du coronavirus. Des pertes d’emplois sont à prévoir à court et moyen terme. Donc, les compagnies et les travailleurs ont besoin de soutien. Lors des derniers jours, les gouvernements Legault et Trudeau ont annoncé des mesures pour aider les entreprises et contribuables à passer au travers de la récession économique qui va frapper tôt ou tard le monde occidental.

École à la maison

Les Québécois ont besoin d’une école du 21e siècle

Soyons clairs! La décision de fermer nos écoles était nécessaire. Cependant, la crise de la COVID-19 montre que notre système scolaire est resté accroché à la réalité du siècle dernier. Si nos écoles étaient adaptées à la réalité du 21e siècle, nos élèves seraient présentement devant leur écran et suivraient leurs cours. Or, présentement, ils se servent de leur écran pour clavarder, texter, jouer à des jeux ou à regarder des vidéos.


  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de québec nouvelles

Crise du COVID-19 : Abolir temporairement la TPS et la TVQ en ce temps de crise, une bonne idée?

Le monde est frappé par une pandémie de COVID-19 qui va laisser des traces sur le plan économique. La fermeture des frontières avec l’Europe et les États-Unis va avoir des effets directs sur l’économie du pays. Les magasins ferment les uns après les autres et tous les secteurs économiques sont touchés par cette crise du coronavirus. Des pertes d’emplois sont à prévoir à court et moyen terme. Donc, les compagnies et les travailleurs ont besoin de soutien. Lors des derniers jours, les gouvernements Legault et Trudeau ont annoncé des mesures pour aider les entreprises et contribuables à passer au travers de la récession économique qui va frapper tôt ou tard le monde occidental.

L’Italie entière mise en quarantaine

Après avoir tenté de limiter la contagion du COVID-19 en mettant en quarantaine le nord du pays, l’Italie annonce que c’est le pays en entier