• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les centres commerciaux : les boucs émissaires dans la lutte contre le COVID-19

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Tranquillement, le Québec se dé-confine après avoir passé près de deux mois confinés. Les commerces peuvent poursuivre leurs activités (en dehors de la grande région de MTL) après une pause douloureuse qui va laisser des traces.
Bouc emissaire
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Tranquillement, le Québec se dé-confine après avoir passé près de deux mois confinés. Les commerces peuvent poursuivre leurs activités (en dehors de la grande région de MTL) après une pause douloureuse qui va laisser des traces. 

Sur le plan économique, les centres commerciaux ont été sacrifiés par le gouvernement Legault dans sa lutte contre le COVID-19. Ils sont fermés depuis la mi-mars et ils ne vont pas rouvrir de sitôt. C’est ce qu’a annoncé le premier ministre Legault hier. 

Malheureusement, il est déjà trop tard pour ces commerces. La majorité des magasins dans les centres commerciaux vont demeurer fermés à tout jamais. Pourquoi ce sacrifice ? Le gouvernement caquiste va nous dire que c’était nécessaire afin de freiner la progression du virus. À mes yeux, l’État québécois aurait pu permettre la réouverture des centres d’achats à la fin avril afin leur éviter la faillite. J’estime que des mesures sanitaires auraient pu être mises en place pour permettre à ce secteur économique de reprendre ses activités : le port du masque obligatoire et le respect de la distanciation sociale. 

En terminant, à mon avis, le gouvernement Legault a mis en place des mesures excessives dans sa lutte contre cet ennemi invisible. Cela a causé un énorme tort à l’économie de la province. Les centres commerciaux auront été les boucs émissaires dans cette lutte contre la maladie. Ce secteur économique est voué à disparaitre du paysage économique du Québec et le gouvernement devra en prendre une part des responsabilités.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Pourquoi le Québec perd des milliards

Le Québec possède l’un des meilleurs réservoirs de gaz naturel au monde. Pourtant, il paie deux milliards de dollars chaque année pour l’importer de l’Ouest

  • Nouvelles semblables

Le vrai leadeur ne contrôle pas le peuple mais cherche à l’inspirer !

C’est en subissant un de ces trop nombreux points de presse, que l’idée m’est venue d’essayer de définir ce qu’est un vrai leadeur aujourd’hui. Histoire de voir si on n’a pas été bernés depuis deux mois, et parce que plusieurs pensent qu’on s’est fait charrier et pas rien qu’un peu.

Trudeau le Clown

Le clown qui cherchait à acheter des votes

Il était une fois un clown qui, miraculeusement, aura réussi à se hisser jusqu’au sommet de l’appareil gouvernemental du pays, tout en étant sur le fond un pur idiot. Balbutiant dans un français incompréhensible, incapable de comprendre la réalité sommaire, force est de constater qu’il occupe un trône bien trop grand pour lui. Le clown ne doit le mérite de sa réussite politique qu’à un seul facteur ; le sang. Si ce n’était de Pierre-Elliot Trudeau, alias « just watch me », le clown serait resté dans sa zone de confort, c’est à dire les pitreries. Qu’un tel homme gouverne un pays demeure une énigme insurmontable.

  • Autres articles de Simon Leduc

Comment faire pour relancer le Parti libéral du Québec ?

Le 1er octobre 2018, le vénérable Parti libéral du Québec (PLQ) a subi sa pire dégelée de son histoire. Il a fait élire seulement 31 députés et obtenu 25 % des voix. Il faut souligner que c’est vraiment la majorité historique francophone qui a tourné le dos au PLQ. Comment expliquer cette affligeante défaite après quinze ans au pouvoir ? Allons voir cela de plus près.