• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les machins

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

ONU    

Le Général De Gaules, qui avait son franc-parler, désignait les Nations Unis sous l’appellation de «MACHIN». Les Québécois diraient plutôt «grosse patente» embourbée dans le marécage des pourparlers sans décisions et le cul-de-sac d’une Assemblée générale dominée par les États musulmans et les régimes autoritaires (pour ne pas dire totalitaires) dont  la cible privilégiée est l’État d’Israël, la seule authentique démocratie du Proche et du Moyen Orient. Carrément ubuesque!

C’est plutôt gênant de voir Justin Trudeau faire des courbettes malencontreuses dans le but d’obtenir un siège au Conseil de Sécurité. Ce ne serait pourtant, si cela survenait, que tape à l’œil insignifiant, sachant que ce sont les détenteurs d’un droit de veto (dont les États-Unis et la Russie) qui maîtrisent  les décisions …quand ce n’est pas tout simplement blocage et paralysie. Un éléphantesque MACHIN, quoi!

Le plus désespérant, c’est que le Gros Machin a mis au monde d’autres machins nuisibles, pour ne pas dire toxiques. Les voici.

LE GIEC

Créature de l’ONU, c’est le Groupe Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat. Il faut noter que c’est un regroupement d’États et non pas un groupe de recherche de scientifiques. Il y a bien des savants embrigadés, qui  ont pour mission de promouvoir et d’imposer le seul modèle devenu un paradigme, celui qui stipule  que le réchauffement climatique est un dogme et que l’ignoble responsable, c’est l’homo sapiens et ses vilaines habitudes.

Ce dogme est intangible, indépassable et intouchable. Nous sommes en face d’un phénomène «religieux», avec son catéchisme, son credo, ces excommunications, ces grands messes planétaires, ces prélats et ces saints canonisés (et saintes aussi, comme Greta la déscolarisée).

Cette nouvelle religion organise des collectes de fonds. En fait, ce sont les États subjugués qui puisent en abondance dans les poches des contribuables. À coup de milliards!

Et comme dans toute idéologie, il y a des mantras sacrés dont le principal est de mettre fin à l’utilisation des énergies dites fossiles (gaz et pétrole). Et cela, d’ici vingt ans. Fini, les autos, fini les avions, fini les usines énergivores, fini les voyages dans le sud et de plus, l’humanité doit cesser de se reproduire (remplaçons les bébés par des chiens, ce qui est d’ailleurs très bien enclenché).Redevenons des chasseurs-cueilleurs avec un problème de taille cependant: défense de tuer des animaux, il faudra don nous habituer à brouter. Multiplions les pandémies et espérons la disparition pure et simple de cet horrible bipède.

C’est vraiment l’idéologie la plus mortifère enfantée par les humains.

Jean-François Revel, génial  démolisseur du totalitarisme communiste, affirmait que « l’idéologie n’est astreinte à aucune obligation de résultats. Sa seule fonction est de permettre à ses adeptes de condamner ce qui existe au nom de ce qui n’existe pas.»

Si cela vaut pour l’utopie communiste, cela vaut aussi pour l’utopie écolo.

Mentionnons aussi cette déclaration de Corinne de Quéré, présidente du« Haut Conseil contre le Climat» (comment peut-on être CONTRE le climat !!!) un des multiples bidules créés par  le Président Macron: «La plupart des causes de la Covid-19 comme la déforestation ou les énergies fossiles sont à l’origine du changement climatique. Il faut s’attaquer à ces causes profondes et la transition du bas carbone est une réponse.» Comme on dit dans certains milieux : «Elle en a fumé du bon!»

Voilà, en tout cas, un indice des progrès rapides de l’imbécilité au sein des adeptes du culte de Gaia. Les Québécois diraient: «Tout est bon dans le poulet!»

Le Québec doit se dissocier de l’Accord de Paris qui est une machine à faire les poches des pauvres contribuables.

Le Québec doit soutenir le projet de gazoduc vers le Saguenay Lac St-Jean (GNL).

Le Québec doit abolir la taxe carbone, taxe inutile qui est fondée sur le mensonge de la nocivité du CO2, qui est un gaz indispensable à la vie sur terre.

Le Québec doit foutre à la poubelle le slogan débile de «l’acceptabilité sociale» qui n’est au fond que la soumission froussarde aux brailleurs verdoyants.

Le Québec doit autoriser d’abord l’exploration pétrolière et gazière sur son territoire et, s’y a lieu, en permettre l’exploitation.

Le Québec doit mettre au rancart le mensonge catastrophique d’une sortie rapide (en 25 ans) d’une économie planétaire fondée sur les énergies fossiles. C’est à la fois loufoque et débile.

Jean-François Revel a bien raison de dire que «la puissance de l’idéologie trouve son terreau dans l’incuriosité pour les faits.»

LE CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME

C’est un petit machin, non seulement le plus inutile, mais aussi le plus toxique. Plus de la moitié des membres ne répondent pas aux critères de base d’une société libre et démocratique. Ce machin est aussi imprégné d’une obsession pathologique  envers Israël qui est diabolisé et dont les droits sont outrageusement niés.

Le nombre de résolutions salissant Israël est plus élevé que celles concernant le reste du monde!

Ce qui est normal, la majorité du Conseil étant issu des pays communistes, autoritaires, totalitaires et musulmans.

Les États démocratiques ne devraient pas cautionner cette ignoble bouffonnerie et c’en retirer.

  C’est la chose à faire, sachant que l’ONU  est majoritairement constituée d’États non démocratiques qui violent allégrement les droits de l’homme. Ça ferait un machin de moins.

OMS

L’Organisation mondiale de la Santé, présentement sous la gouverne d’un Éthiopien, Tedros Adhanom Ghebreyesus , qui a collaboré avec le gouvernement éthiopien et a même été ministre, des Affaires étrangères d’abord et de la Santé ensuite. Notons que l’Éthiopie est dirigée par des gauchistes depuis des décennies.

Et le gouvernement a bénéficié du financement chinois pour construire un chemin de fer. D’ailleurs, la Chine investit massivement en Afrique.

Le fait est que le directeur de l’OMS n’a pas assumé correctement ses fonctions de surveillance de l’éclosion du nouveau virus chinois susceptible de dégénérer en pandémie planétaire. Il a fait preuve d’aveuglement devant le despote chinois et a retardé gravement la déclaration mondiale qu’une pandémie était devenue inéluctable. Il était trop tard.

La responsabilité chinoise est une évidence. Rien d’étonnant, le régime chinois est communiste mur à mur. Et comme tout régime communiste, il est fondé sur le mensonge et la répression.

Et le directeur de l’OMS s’est comporté en laquais du potentat chinois. L’OMS, cette progéniture de l’ONU est-elle réformable? Il est permis d’en douter!

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Jacques Brassard

La haine et le mépris

Dans le cheminement politique du président Trump, quels sont les éléments dominants qui le singularisent? La haine et le mépris dont il est abreuvé! Les