• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

L’humour au temps du coronavirus

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Clown Coronavirus

Comme plusieurs, ma page Facebook affiche de nombreuses blagues depuis que la pandémie de la
COVID-19 a frappé aux portes du Québec. Des clips, des MEME, en veux-tu en voilà, évidemment le
degré de drôlerie dépend beaucoup de l’état d’esprit qui est le vôtre au moment de les consulter, il y a
du bon et beaucoup de moins bon.


Récemment, j’ai partagé une image vue sur Twitter, vous la connaissez peut-être, elle montre une allée
d’épicerie aux tablettes vides sauf pour une section. Le MEME dit «Même avec le coronavirus,
personne ne veut manger végane» que j’ai accompagné d’émojis riant aux larmes, ne laissant aucun
doute à mes amis allumés, qu’il ne s’agît pas d’une info sérieuse, mais bien d’une blague.
Je vous en parle parce que l’Agence France Presse (AFP), qui vérifie pour Facebook la publication de
fausses nouvelles, a signalé mon message partageant, selon eux, une fausse nouvelle. Facebook m’a
donc informé que ce statut n’était plus visible : « Votre publication contient de faux renseignements. Du
contenu que vous avez partagé a été vérifié par Agence France Presse. »


L’Agence France Presse utilise assurément un algorithme pour vérifier tout Facebook et celui-ci n’est
pas programmé pour discerner l’humour. Toutefois, ce sont bien des humains qui décident, il faut croire
que l’humour passe mal au temps du coronavirus.


PRISE 2
C’est ma deuxième mésaventure du genre en quelques jours. La semaine dernière, j’ai partagé sur
mon Facebook un article de l’Agence Science-Presse qui parle d’un site ou l’on enseigne
comment discerner le vrai du faux , bref les fake news des vraies informations. Je partage en
indiquant à mes amis qu’avant de m’envoyer une nouvelle d’un site que même eux ne connaissaient
pas avant, d’aller vérifier sur ce site.


Là, c’est Facebook qui m’informe avoir retirer ma publication puisqu’elle n’est pas conforme aux règles
de Facebook. Je conteste la décision, comme le réseau social le permet. Ce matin, j’ai reçu un
message m’indiquant que ma publication est de nouveau en ligne, avec les excuses d’usages pour les
désagréments.


On a beaucoup critiqué Facebook et son fondateur Mark Zuckerberg pour leur nonchalance envers la
protection des informations de leurs abonnés. Combien de fois ai-je reçu de mes amis un message
qu’il fallait absolument copier/coller pour interdire à Facebook d’utiliser ce que je publiais? C’était
évidemment sans effet. Combien de fois j’ai répondu que Facebook ne m’obligeait pas à y publier quoi
que ce soit, que ni mon numéro de téléphone ni mon adresse n’y avaient jamais figuré et que pour
éviter toute manipulation de ce que j’y publie, il suffisait que je ferme ma page!


Je ne dénonce ni l’Agence France Presse ni Facebook pour leurs actions nécessaires de nettoyage
des fakes news, j’accepte que leurs méthodes ne soient pas parfaites. Je m’inquiète quand même un
peu pour la liberté d’expression.


Nous sommes peut-être à l’aube d’une ère nouvelle dans laquelle la récréation que nous vivions depuis
l’arrivée des réseaux sociaux est maintenant chose du passé. Tous nous devons à l’avenir peser le
pour et le contre avant de publier quelque chose, même si c’est drôle.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
Solidarité Covid-19

La solidarité qu’osse ça donne

Dans mon ancienne vie de syndicaliste, j’ai participé à des dizaines de manifestations de toutes sortes. Immanquablement, j’ai scandé le mot « solidarité » à chaque fois, des centaines de fois. Ce mot qui sortait de ma bouche par automatisme est reconnu dans toutes les organisations ouvrières à travers le globe. Je connaissais sa définition certes, mais jamais l’action d’être solidaire ne s’était manifestée comme elle le fait depuis le début de cette crise sanitaire qui ne laisse personne indifférent.

PCC LOGO

Reporter la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, oui ou non? 

Le Parti libéral du Québec a suspendu sa course à la chefferie et le Parti québécois l’a reportée aussi. Pourquoi le Parti conservateur du Canada s’obstine-t-il à poursuivre sa course, qui passe inaperçue de toute façon? Pour l’heure, la population du Canada doit composer avec le confinement, la distanciation sociale, l’encadrement des enfants, les fermetures de commerces, les pertes d’emploi et un moral en dents de scie. N’est-ce pas assez? A-t-elle envie, en ce moment, d’écouter des débats sur les oléoducs? A-t-elle la tête à entendre des gens s’obstiner sur le programme de l’un ou de l’autre? Je ne crois pas.

ainées

Crise du COVID-19 : restez chez vous !!!

Depuis le début de la pandémie, le premier ministre François Legault et le directeur de la santé publique du Québec Horacio Aruda ont clairement dit que les personnes âgées de 70 ans et plus étaient les plus à risque face à cette nouvelle maladie. C’est pour cette raison que le gouvernement a demandé à ces personnes de rester chez eux afin de ne pas contracter le virus et le propager aux autres.

Futur des canadiens

L’incertitude, la confusion et la réalité

Pour ceux et celles qui vivent la situation, qui en subissent les inconvénients et qui envisagent la dure réalité qui attend la pandémie, c’est une toute autre réalité. Une certaine confusion persiste sur la gravité de la situation et les mesures imposées afin d’éviter le pire. Nos habitudes sont chamboulées, nos voisins et amis vivent une situation perturbante et souvent terrifiante. Nous ne souhaitions pas connaître ce genre de situation pour la fin de notre vie.

  • Nouvelles semblables
Médias

Critiquer les médias au temps du coronavirus

Depuis le début de la crise du coronavirus, nous, les Québécois, avons la chance (oui la chance) d’avoir un premier ministre qui ne compte pas ses heures ni les efforts que cela demande de recevoir et d’assimiler rapidement un flot énorme d’informations, pour nous donner l’heure juste en toute transparence, avec la bonhommie qui le fait apprécier d’une vaste majorité d’entre nous, toutes couleurs politiques confondues.

Solidarité Covid-19

La solidarité qu’osse ça donne

Dans mon ancienne vie de syndicaliste, j’ai participé à des dizaines de manifestations de toutes sortes. Immanquablement, j’ai scandé le mot « solidarité » à chaque fois, des centaines de fois. Ce mot qui sortait de ma bouche par automatisme est reconnu dans toutes les organisations ouvrières à travers le globe. Je connaissais sa définition certes, mais jamais l’action d’être solidaire ne s’était manifestée comme elle le fait depuis le début de cette crise sanitaire qui ne laisse personne indifférent.

Printemps

Un printemps sous la menace d’un coronavirus

Il y a quelques semaines, nous étions au Mexique pour nos vacances annuelles. Nous attendions le nouveau printemps sous le soleil sans toutefois nous douter de ce que nous réservait l’avenir. Jamais nous n’aurions imaginé un tel scénario dramatique. Le printemps est en effet arrivé, mais les terrasses et les restos sont vides. Le soleil brille dans le ciel, mais peu de gens sont dans les rues pour en profiter.

ainées

Crise du COVID-19 : restez chez vous !!!

Depuis le début de la pandémie, le premier ministre François Legault et le directeur de la santé publique du Québec Horacio Aruda ont clairement dit que les personnes âgées de 70 ans et plus étaient les plus à risque face à cette nouvelle maladie. C’est pour cette raison que le gouvernement a demandé à ces personnes de rester chez eux afin de ne pas contracter le virus et le propager aux autres.

  • Autres articles de Pierre Morin

Deux premiers ministres, deux approches, un seul leader!

Ce matin, François Legault débute son point de presse quotidien sur la crise du coronavirus en félicitant les Québécois : « Je suis très fier de la réaction des Québécois. Je réalise que je vous en demande beaucoup, mais on fait ça pour éviter que le pire arrive. On lâche pas, on se serre les coudes, je suis convaincu qu’on va passer au travers. » Le premier ministre était accompagné du Directeur de la Santé publique, de la ministre de la Santé, du ministre de la Famille et de celui de l’Éducation.

Fake News Alert

Désinformez, désinformez, il restera toujours les faits

Dès le 2 octobre 2018, au lendemain de l’élection du gouvernent de la Coalition Avenir Québec dirigée par le premier ministre élu François Legault, ses opposants les plus farouches ont fait circuler une insidieuse théorie niant les résultats officiels du Directeur général des élections du Québec. Même les libéraux s’y sont essayés, mais leurs trolls ont fini par lâcher prise en se rappelant que ce calcul biaisé faisait perdre des plumes à leurs ex-chefs.