• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Méconnaissable de Valérie-Jessica Laporte – Une fascinante (et troublante) lecture sur l’autisme

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Je peux très bien comprendre le ras-le-bol du personnage principal de Méconnaissable, premier roman de la prometteuse Valérie-Jessica Laporte qui, par l’entremise de cette œuvre, nous introduit à son univers qui orbite dans le Spectre de l’autisme. J’ai un fils autiste, chaque jour je dois prendre beaucoup de temps pour l’écouter, le comprendre.

Parenthèse : J’écris « Spectre » avec une majuscule afin de redonner du lustre à cet état que l’on confond trop souvent avec une « maladie » provoquée par un vaccin ou une mère pas assez aimante.

Dans la vie de tous les jours, Valérie-Jessica Laporte fait de l’autisme son allié. Ce qui n’est pas du tout le cas de son personnage principal qui sait pertinemment qu’elle est étrange, mais qui vit mal cette différence. Qui plus est, elle ne détient pas un diagnostic clair d’autiste qui la définirait réellement. Qui lui ferait comprendre ses sautes d’humeur, son besoin de se retrouver dans un coin de sa chambre pour calmer le volcan dans son cerveau lorsqu’il y a un trop-plein d’émotion.

Ce personnage m’a souvent fait penser à mon fils Laurent, notamment lorsqu’il corrige nos erreurs de français, nos pléonasmes, nos coquilles, nos mauvaises prononciations et j’en passe.

Sa mère ne veut rien savoir à ce sujet. Quant au père, il aimerait bien en connaitre davantage, explorer cette avenue de l’autisme, mais il n’est plus dans le portrait depuis des années. Un jour, suite à un incident qui a mis à mal son hypersensibilité, le personnage principal (il n’a pas de prénom) décide de devenir anonyme. De genre, en rasant ses cheveux. De personne, en fuguant de la maison. De parole, en s’enfermant dans le mutisme puisque ses mots, malgré elle, blessent les gens.

Dans un camping quelque part en Ontario et au cœur de Toronto, elle découvre non seulement une sincère compassion à son endroit, mais aussi un mot qui deviendra son identité : autisme.

Ce roman parfois drôle, parfois violent, nous permet d’entrer dans le cerveau d’une personne autiste et de découvrir comment elle perçoit le monde, en particulier le nôtre.

Bonne lecture !

LAPORTE, Valérie-Jessica
Méconnaissable

Libre Expression, 190 pages

Pour en connaitre davantage sur l’autisme, je vous conseille les deux ouvrages de Brigitte Harrisson et Lise St-Charles, soit L’Autisme expliqué aux non-autistes et L’Estime de soi et l’autiste, aux éditions Trécarré. À la télévision, je prêche pour ma paroisse et vous recommande vivement de regarder Autiste maintenant majeur, les mercredis à 19 h 30 sur les ondes de Moi et Cie.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Patrice Saucier

Blogue poésie – Pour saluer Filippo Salvatore

La poésie en pleine pandémie est un remède. Un service essentiel. Cela peut apaiser bien des âmes qui évoluent dans un climat étouffant en raison du confinement. Bien entendu, si l’on se réfugie dans Les Fleurs du mal ou Une Saison en Enfer, on est mal barré !