• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Mettre en valeur l’entrepreneuriat et l’innovation

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

 

En 2009, quelques mois après le début de la crise financière, les inventeurs et les professionnels qui s’étaient réunis au Salon international des inventions de Genève ont relancé cette expression, La crise est la mère de toutes les inventions. J’espère que la crise actuelle mettra en valeur l’innovation et l’entrepreneuriat québécois.

Effectivement, c’est l’Agence France-Presse qui nous a indiqué que cette déclaration n’avait pas perdu de son sens. Chez nous, on dit que la «nécessité est la mère de toutes les inventions». Toute invention tire son origine d’un besoin. Chaque crise produit des fruits de l’ingéniosité humaine, puisque la nature a horreur du vide. Ce n’est pas sans pertinence que Jean-Edern Hallier disait ceci : «L’insécurité est une invention des serruriers.» Chaque besoin suscite une solution, et ce sont les plus créatifs qui en sortent gagnants.

La crise de 1929

Ma mère me parlait souvent de la grande dépression qui est survenue en 1929. Cette crise a poussé les familles à s’entraider et à se serrer les coudes. Le krach boursier de cette époque a d’autant plus contribué à populariser la radio de masse, le cinéma et la télévision, à mettre sur le marché la pénicilline, le nylon et le radar. C’est également à cette époque que l’aviation a pris son envol.

Inventifs, ces Québécois

En 2011, la revue L’actualité répertoriait35inventions typiquement québécoises. Parmi celles-ci, on compte le combiné téléphonique, les logiciels de divertissement à bord des aéronefs, les casse-têtes 3-D, la puce pour le réseau sans fil Wimax, le beurre d’arachides, le moteur-roue et plusieurs autres objets que vous ne pouvez imaginer ; être d’origine québécoise. Il y a donc gros à parier que les jeunes Québécois feront preuve du même esprit inventif que celui de leurs prédécesseurs, et que leurs inventions répondront aux besoins du jour sur toute l’étendue de la planète.

L’avenir des milléniaux

L’an dernier, Gérard Bérubé nous apprenait que l’indice de l’activité entrepreneuriale actuelle avait atteint un sommet en 2018. Selon la Banque de développement du Canada, les «millénariaux» forment de loin le groupe d’âge le plus porté vers l’entrepreneuriat.

Si l’État doit intervenir dans le développement de l’innovation et de l’entrepreneuriat, c’est auprès de la génération qui est née entre 1980 et 2000. Selon un sondage mené par Léger Marketing, c’est plus d’un «millénarial» sur deux qui souhaite démarrer son entreprise. Par ailleurs, d’après Laurie Dufresne, 48 % de ceux qui appartiennent à cette génération désirent participer au développement de leur collectivité. C’est l’occasion rêvée de réunir ces jeunes et de les encourager à contribuer au développement du marché québécois qui bat de l’aile en ce moment de crise.

Le panier bleu

Même si le concept de Revenu minimal garanti semble une option séduisante, les Québécois n’auront pas les reins assez solides pour prendre à leur compte le fardeau fiscal que ce programme exigera. De plus, advenant le fait que le retour sur l’investissement serait plus rentable que l’argent que les contribuables ont versé à Bombardier, selon les expériences menées en Finlande, il y aurait peu d’effet direct vis-à-vis du retour sur le marché du travail, sauf que les Québécois seraient moins stressés.

Avec un taux historique de chômage au Québec, le panier bleu s’avère une solution beaucoup plus pertinente pour relancer l’économie. Nous devons investir chez nous pour assainir notre économie et y réinjecter de l’argent pour développer le marché de l’emploi.

L’heure est venue pour les millénariaux de joindre leur créativité à leur esprit d’entrepreneuriat. C’est le moment d’innover et de mettre au point des inventions qui répondront à des besoins, comme le bracelet que lancera Vidéotron dans les prochains jours. Cet instrument permettra aux employés de savoir s’ils respectent la bonne distance entre eux-mêmes et leurs collègues. Ce genre d’innovation alimentera le marché québécois et contribuera à faire rayonner notre créativité partout sur le globe.

C’est le temps pour nous, Québécois, de voir la crise comme un avantage, une occasion en or de développer notre économie et notre société. Le temps est à l’innovation et à la créativité, jointes à la solidarité. Ce trio d’éléments inséparables est nécessaire à la victoire! Ensemble, nous pouvons gagner…

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

CHSLD : De Charybde en Scylla ! Sortez les gens de là !

L’expression « De Charybde en Scylla » nous vient de la mythologie grecque (L’Odyssée, Ulysse). Il s’agissait de deux monstres et en naviguant dans un certain passage, tu évitais le premier pour te ramasser avec l’autre.

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Éric Lanthier
Sébastien Proulx ADQ

Le Québec a besoin d’une opposition constructive

Règle générale, une crise comporte quatre phases. La première, la phase héroïque, où les leaders prennent en charge la situation avec courage et bienveillance. On se retrousse les manches, on attaque bravement le problème pour y remédier. Ensuite, vient la phase de la lune de miel. C’est là que l’on voit l’efficacité de ses mesures. Les choses bougent, on a confiance et tout le monde coopère. Or, vient un temps où la patience de tout un chacun est mise à rude épreuve, la lune de miel est terminée, et c’est la désillusion. C’est la troisième phase. Les plaintes affluent, et les critiques des partis de l’opposition se font entendre. Ceux-ci ont un choix à faire, répliquer pour construire et aider, ou contester en opportunistes. Enfin, la quatrième phase, c’est la reconstruction.