• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Monsieur Legault : libérez la société québécoise, maintenant !

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
SVP monsieur Legault, éduquez convenablement le peuple, au lieu de l’oppresser. Il vous en sera reconnaissant.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Lettre ouverte à M. François Legault, premier ministre du Québec

Tout homme politique rêve de passer à l’histoire, avec la meilleure gloriole qui soit. Certains ont raté leur coup ; pas de notoriété qui a transporté leur mémoire, qui a sombré dans l’anonymat.

D’autres passent à l’histoire certes, mais laissant derrière eux un sombre souvenir qui ne s’effacera jamais et les marquera dans l’infamie.

Quelques discours célèbres de certains premiers ministres du Québec demeurent, mais je voudrais pour l’objet de cette lettre en appeler à un célèbre exposé d’un grand président américain, Franklin Delano Roosevelt, qui rappela à ses compatriotes le respect de quatre libertés fondamentales pour une société moderne, intègre, unie et prospère.

Les 4 libertés de Franklin Delano Roosevelt :

  1. la liberté d’expression ;
  2. la liberté de religion ;
  3. la liberté de vivre à l’abri du besoin ;
  4. la liberté de vivre à l’abri de la peur.

La liberté d’expression :

Cette liberté de pouvoir parler ou de s’exprimer librement prend tout son sens lorsqu’on est écouté librement. Donc de pouvoir exprimer librement ses craintes, ses idées, ses convictions, tout en étant assuré de la réception de notre message.

Cette liberté d’expression doit couvrir également les politiciens, qui peuvent exprimer à peu près n’importe quoi, mais qui trop souvent refusent d’écouter la voix du peuple. Les gouvernements doivent exister pour le peuple.

« Le rôle d’un gouvernement est de gouverner pour les citoyens, pas de contrôler leur vie ». (Ronald Reagan)

Cette liberté d’expression doit également couvrir les médias, qui sont généralement un peu trop attachés aux pouvoirs en place. Ceux-ci n’exposent jamais ce fameux deuxième côté de la médaille, pourquoi ? Ne dit-on pas que le journalisme est mort au 21e siècle ?

Sont-ils harnachés, via les généreuses subventions, par le pouvoir qui en fait des instruments de propagande et de contrôle ? Ou pire, reçoivent-ils les ordres directement du pouvoir ? Il devient permis de le croire. Certains « journalistes » deviendront des parias, en se prêtant à ce jeu.

Cette liberté d’expression si chère aux citoyens et qui nous différencie des régimes totalitaires. Et tellement enviée par beaucoup de peuples sur la terre. Mais que se passe-t-il ?

La liberté de religion :

Le souhait d’une majorité de notre population est de vivre en société d’abord laïque, et de respecter la pratique religieuse des citoyens, et c’est bien comme ça.

La liberté de vivre à l’abri du besoin

Quels besoins ? Un toit, la nourriture, l’éducation, les soins de santé, les soins en fin de vie.

Le savoir, le respect d’autrui, la santé, la liberté de déplacement, la liberté financière, et la bienveillance des dirigeants à procurer les moyens pour y parvenir.

La liberté de vivre à l’abri de la peur

La protection contre les criminels, la protection contre les envahisseurs, la protection contre la terreur, et la bienveillance des dirigeants à promouvoir une société heureuse, intègre, unie et prospère. Et avoir le droit au bonheur, et à une certaine joie de vivre. Une société homogène, qui socialise librement. Et cette peur qu’on cherche maintenant à insuffler aux enfants — l’héritage de notre société — est la méthode facile, mais dangereuse pour traumatiser les enfants.

Alors, monsieur Legault, même si vous ne devez rien à personne, vous devez quand même respect à cette population qui vous a élu et sans elle, vous seriez encore dans l’opposition. Cette population qui maintenant s’interroge sur la raison pour laquelle elle a bien pu mériter un tel bouleversement social.

Manifestement, nous assistons à un déraillement lorsqu’il est question de cette liberté d’expression. Les fautes sont nombreuses et importantes. Encore pire certaines instances cherchent maintenant à museler encore plus cette liberté d’expression.

D’autres manquements importants apparaissent également : Éducation (écoles), soins de santé, et que dire des soins en fin de vie, une vraie catastrophe. Les aspects du respect d’autrui à tous égards, la liberté de déplacement, la liberté financière (faillites et fermetures). Viennent ensuite, instigation de la peur et de la terreur, le confinement sévère, et l’encouragement à la délation entre citoyens ; monsieur Legault, on n’est pas en ex-URSS…

Pis encore, le peuple québécois a l’impression de plus en plus assurée, que ce gouvernement cherche à instaurer un clivage dans cette population. Le fameux « Diviser pour régner ».

Un groupe plus servile, plus faible, reçoit des messages visant à les terrifier avec un virus de grippe, et ensuite devient terrorisé avec des mesures coercitives hors du commun, poursuivra cette incitation à la délation entre citoyens. Et en leur suggérant des slogans tels, « complotistes, conspirationnistes », visant à violer ce respect d’autrui si cher à une société évoluée, ce gouvernement les encourage à en remettre.

Pour donner du poids à ce groupe, il faut les alimenter en statistiques et chiffres, dont la provenance est à tout le moins douteuse ; à croire que c’est tout ce que vous avez. Les données réelles, non, surtout pas. Mais on veut tous les voir. Et pourquoi pas ?

L’autre groupe, constitué de citoyens logiques, intelligents et sensés, font leurs recherches et leurs devoirs, et décèlent une apparence d’arnaque institutionnalisée, et ce depuis le début d’avril dernier… et cherche à comprendre pourquoi…

Ce groupe de citoyens logiques est maintenant d’emblée rejeté, par le gouvernement, et par les médias de masse, comme pour éviter qu’il présente, l’autre côté de la médaille… Pourquoi ?

Cette division de notre société est maintenant bien installée. Alors il faut se poser la question : « À qui profite-t-il de l’y maintenir ainsi » ? Et pourquoi ?

Les ennuis causés par cette division : Querelles au sein des familles, au point où même un animateur a encouragé les gens à se « flusher ». Pertes d’amis chers, sur 6 couples d’amis on en a perdu 3. On aurait tellement de bons souvenirs à partager, mais maintenant « je suis un complotiste ». J’ai 70 ans, et jamais je n’aurais pensé vivre un tel épisode de hargne sociale. Pas au Québec, endroit reconnu pour cette paix sociale.

Le temps perdu avec nos êtres chers, jeunes ou plus âgés. Les funérailles et mariages non célébrés. Les occasions de rassemblements festifs annulés, les voyages d’agrément, etc., et tout ça, pourquoi ? Ma chère tante de 89 ans, en RPA, si vivante et « allumée » et super sociable, championne de cartes, est maintenant méconnaissable, sans avoir été malade. Hier en regardant la photo de son défunt mari, et dans un moment de lucidité, elle a dit : » Viens me chercher, on m’a enlevé mes amis… ». Pourquoi ?

De simples citoyens sur les réseaux sociaux, qui se méprisent, qui se haïssent, au point de souhaits de mort. Et encore une fois, pourquoi ? Cette division du peuple nous blesse tous et perdurera. Les liens unissant une bonne société, qui se brisent tous les jours.

Et ces menaces : si les citoyens ne sont pas obéissants et dociles, « On va vous museler pour des mois ». Pourquoi ? Nos citoyens méritent plus de respect que cela… Les parents le savent, les gestionnaires de prisons le savent que la répression ne fonctionne pas, car le taux de récidive l’emporte largement sur la compréhension du bon comportement. Alors pourquoi ?

Le marasme économique quasi historique deviendra une récession ? Et encore une fois, pourquoi ?

La catastrophe des CHSLD’s, que déjà en 2001-2002 lorsque vous étiez ministre de la Santé. Il était déjà archi connu que les épisodes de grippe y faisaient des ravages chaque année, et ce depuis toujours. Pourquoi le système n’était-il pas prêt cette année ?

Et le summum du mal, cet encouragement à la délation, comme en Allemagne Nazie. Les séquelles entre ces personnes, souvent voisines ou connues, seront permanentes. Pourquoi ?

Monsieur Legault, le prochain chapitre de l’histoire du Québec risque d’être noir, très noir. Pourquoi l’ignorance de ces simples libertés ?

Vous et moi, savons très bien que ce virus si inquiétant en mars, enfin peut-être parce que Horracio Arruda parlait « d’une grippe de Chine »… nous disions donc inquiétant (sic), et que vous ayez décrété « On va mettre le Québec sur pause »… pour 3 semaines. C’était acceptable.

Une fois ces 3 semaines passées, vous vous êtes obstiné à alourdir votre main sur ce confinement très sévère, tout en faisant fi de ces libertés fondamentales… Pourquoi ? Les vrais chiffres apparaissaient démontrer déjà ce que l’on sait définitif aujourd’hui. Et ce confinement d’une population en santé, qui est une première dans l’histoire, pour quoi ?

Nous savons très bien que ce virus de grippe a maintenant muté, comme le font tous les virus de grippe depuis des années.

Le peuple sait que cette obligation de port du masque n’est pas une mesure sanitaire.  

C’est répressif. On sait également que le port du masque devient très rapidement nuisible à la santé. Plusieurs l’ignorent et tous les autres le savent. SVP monsieur Legault, éduquez convenablement le peuple, au lieu de l’oppresser. Il vous en sera reconnaissant.

Un bon geste de respect et d’éducation serait de former un comité de professionnels de la santé, et de présenter à la télévision tous les différents points de vue. Les citoyens ne demanderaient pas mieux pour se faire une idée, et vous seraient reconnaissants du geste.

Et maintenant ce projet de loi 61. La population n’est pas dupe, nous savons lire et comprendre. Cette action démontre à quel point un gouvernement peut être fourbe. Où est ce respect que les élus doivent à leurs électeurs ?

Et où est-il écrit que ces élus doivent punir le peuple qui revendique la liberté de son bienêtre corporel ? Ce corps qui nous appartient… pas au gouvernement. Pourquoi cette méchanceté ?

Vous passerez à l’histoire certes, mais ne voudrez peut-être pas la lire dans cinquante ans.

L’histoire a cette propension d’être très dure avec certains dirigeants excessifs.

Vous semblez outrepasser la latitude de votre mandat, et pire, faites fi de nos libertés.

Aujourd’hui j’ai peur, quand je vois cette affiche « promotionnelle » de votre gouvernement : « Cette bataille… on va la gagner ». Contre un virus inoffensif ? … Ou contre votre peuple ?

Mais vous avez peut-être encore une chance, et vous avez ce pouvoir. Simplement, faites amende honorable devant le peuple, et libérez la société québécoise, maintenant. Dégraissez le système de santé, et installez-y un vrai gestionnaire. C’est tout.

Et peut-être que l’histoire sera plus clémente.

Et ensuite, je vous prie, passez le flambeau. Vous en avez assez fait.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Pourquoi le Québec perd des milliards

Le Québec possède l’un des meilleurs réservoirs de gaz naturel au monde. Pourtant, il paie deux milliards de dollars chaque année pour l’importer de l’Ouest

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de André Forgues

Portez vos masques sans rouspéter, comme des zombies !

Je ne suis pas le plus fort en français, mais je veux dire ce que je pense. Sur les masques, notamment. Comme on semble vivre une période bizarre et difficile, il y a certaines choses que je voudrais comprendre. Pourquoi la majorité des gens sont-ils encore muets comme des zombies ?

« Écoutes les nouvelles ! »

Lorsque je sors publiquement pour dénoncer toute cette aberration de crise fabriquée du Covid-19, et l’hystérie collective qui s’ensuit, alors que j’expose des faits, des arguments scientifiques et/ou techniques, ou des résultats de recherches publiées, il arrive que je reçoive un commentaire tel : — « tu comprend rien tu invante tu es complotisss, et écoute les nouvelles ».

Les grands absents de la « crise » liée à la « pandémie » de Covid-19

Cependant on doit faire constat, aujourd’hui et avec une certaine stupéfaction, que des ressources humaines tellement valables et surtout nécessaires au bon fonctionnement de la société, font cruellement défaut de leurs présences. Comme si leur absentéisme ou invisibilité est devenu « la nouvelle norme sociale ». (terme à la mode)