• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Nouveau slogan du PCQ : le pari de la liberté

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

C’est hier matin que Éric Duhaime, chef du parti conservateur du Québec, a dévoilé le slogan de son parti pour la campagne électorale à venir cet automne. Tout en simplicité, c’est donc « Libre chez nous! » qui sera scandé et affiché par ses militants.

Inspiré par le fameux slogan du parti libéral de Jean-Lesage « Maîtres chez nous », qui est devenu un symbole de l’émancipation québécoise, le nouveau slogan du parti conservateur renoue avec ce concept de reprise de contrôle par les Québécois. Après deux années et demi de pandémie et de mesures liberticides, Éric Duhaime fait donc le pari de la liberté pour séduire l’électorat, et sous-entend qu’on ne redeviendra maître chez nous que lorsque nous aurons le courage de redevenir libres en tant que personnes.

Il l’explique d’ailleurs bien sur sa page Facebook : « « Libres chez nous » témoigne finalement d’une approche différente de celle des années 60. Alors que les aspirations du Québec étaient d’abord collectives, elles sont de nos jours plus individuelles et personnelles. »[1]

En outre, le concept de liberté est très englobant et touche à tous les débats de société actuels. Encore sur sa page Facebook, il explique :

« Des travailleurs plus libres, à qui on laisse plus d’argent dans leurs poches grâce à nos baisses d’impôt.

Des patients plus libres, qui peuvent se faire soigner au public et au privé, dans un système plus efficace, avec une assurance publique universelle.

Des parents plus libres, qui peuvent choisir leurs garderies s’ils n’ont pas de places en CPE ou s’ils préfèrent un autre type de garde.

Des Québécois plus libres, qui exploitent leurs hydrocarbures en vue de devenir autonomes en matière énergétique et ne plus dépendre du gaz et du pétrole étrangers.

Des usagers du transport en commun plus libres, qui ont l’autobus gratuit à Québec plutôt qu’un inutile tramway qui coûte les yeux de la tête.

Libre chez nous, c’est respecter davantage la liberté de choix de chaque individu, plutôt qu’un gros gouvernement qui impose ses choix. »[2]

Si la chose peut sembler simpliste, il s’agit néanmoins d’un très bon coup de la part du candidat en lice pour le poste de premier-ministre. En effet, les camps sont désormais clairement établis : la CAQ sera le parti de la sécurité, le PCQ celui de la liberté, et les autres, ceux de l’idéalisme et l’expérimentation. On voit facilement en quoi ce positionnement avantagera les Conservateurs dans leur course pour devenir la principale opposition et/ou alternative au caquisme.

Déjà, dans la presse anglophone, on commence à prendre le PCQ très au sérieux. Christopher Nardi, du National Post, écrit ainsi que « Les messages résolument populistes du parti d’Éric Duhaime sur les libertés individuelles après deux ans de COVID semblent résonner plus que jamais »[3]. Le journaliste analyse ensuite les rapports de force, notant que les autres partis s’opposent à la CAQ par la gauche, sans réellement lui causer de problèmes, alors que le PCQ, qui est à la droite de la CAQ, vient concurrencer directement celle-ci en lui enlevant des votes. De la sorte, même si Duhaime n’est pas élu – ce qu’il admet lui-même être une possibilité -, son parti demeure quand même le plus susceptible d’affaiblir le parti au pouvoir.


[1] Page Facebook de Éric Duhaime

[2] Idem.

[3] Nardi, C. “Quebec’s provincial Conservative Party surges as ‘protest vote’ against province’s heavy-handed government”. National Post. https://nationalpost.com/news/politics/quebecs-provincial-conservative-party-surges-as-protest-vote-against-provinces-heavy-handed-government?fbclid=IwAR0_e_eCUvczO6KBtryMI3iRuK3Qit_0C6qId2HK4MiOCM2n9TIshTXSDyU

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Philippe Sauro-Cinq-Mars