• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Opinion | Des candidats vedettes conservateurs aux prochaines élections?

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

En avril 2021, Éric Duhaime est devenu le chef du Parti conservateur du Québec. Sous son leadership, le PCQ est maintenant une force politique dans le paysage politique québécois. Il obtient 10% des voix dans les sondages et bénéficie d’une base militante solide de 36 000 membres. Alors, Éric Duhaime est bien en selle, mais il doit maintenant recruter des candidats vedettes pour des prochaines élections générales du 3 octobre 2022. Voici les personnes que le chef conservateur devrait courtiser.

Adrien Pouliot : un véritable conservateur fiscal et économique

L’ancien chef du PCQ est un grand homme d’affaires qui a réussi dans sa carrière. M. Pouliot est un avocat de formation et il a fait ses études à l’Université de Sherbrooke. Il a commencé à pratiquer le droit en 1979. Il a travaillé au Cabinet d’avocats Ogilvy Renault en droit commercial et corporatif. En 1984, il devint adjoint au président de l’entreprise familiale de télécommunication et de télédistribution : CF-CF-12. Il gravit les échelons de l’entreprise et il devint président et chef de la direction. Il a piloté une restructuration qui fut un succès pour la corporation. Sous sa gouverne, elle est devenue la quatrième entreprise de télécommunication et de télédistribution au Canada. En 1996, celle-ci fut vendue à Vidéotron pour la somme de 687 millions de dollars. Par la suite, l’homme d’affaires a acheté une compagnie qui était spécialisée dans l’entretien et l’installation de réseaux informatiques et de télécommunications : Entourage Solutions Technologiques Inc. Elle a vu ses revenus et sa productivité augmenter de façon importante grâce au leadership de son propriétaire. En 2005, celui-ci a vendu l’entreprise à Bell.

Après cela, il a décidé de faire le saut en politique. Pendant des années, il a défendu et prôné les valeurs conservatrices comme chef du PCQ. Donc, Adrien Pouliot serait un atout majeur pour le parti de droite. Sa candidature serait bien accueillie par la droite économique. Il faut savoir que c’est une mouvance importante au sein du PCQ. Il pourrait être candidat dans un comté de la région de Québec. S’il est élu, il pourrait devenir le critique du parti en matière de Finances à l’Assemblée nationale.

Yves Lévesque, un homme politique d’expérience sur le plan local

En 1957, Yves Lévesque a vu le jour à Québec. C’est à l’Institut maritime du Québec que ce dernier a fait ses études supérieures. Il a fait carrière dans la marine marchande.
Par la suite, il fut attiré par la politique active. Il a fait ses preuves comme conseiller municipal dans Trois-Rivières-Ouest de 1994 à 1999. En novembre 2001, les électeurs de Trois-Rivières l’ont choisi pour diriger la municipalité de la Mauricie. De 2001 à 2018, il a complété cinq mandats comme maire de cette cité. Il a quitté son poste le 27 décembre 2015 pour des raisons de santé.

Ensuite, il tenta sa chance sur la scène fédérale sous la bannière du Parti conservateur du Canada. Cependant, il n’a pu se faire élire en 2019 dans le comté de Trois-Rivières. Lors du scrutin de septembre 2021, il a encore mordu la poussière, son adversaire bloquiste l’a devancé par moins de cent votes.

Yves Lévesque n’a pas fait une croix sur sa politique active. Malgré le fait qu’il préférerait se présenter encore au niveau fédéral, Éric Duhaime devrait tenter de le courtiser. L’ancien maire serait un candidat de prestige pour le Parti conservateur du Québec. Il apporterait avec lui une expérience considérable au niveau local. De plus, M. Lévesque pourrait se présenter sous la bannière du PCQ dans son coin de pays. Yves Lévesque est un homme politique d’expérience qui est apprécié des gens de Trois-Rivières où il a été maire pendant 17 ans. Il serait une grosse prise pour la formation politique d’Éric Duhaime.

Jean-Claude Gobé : de l’expérience parlementaire et un nationaliste québécois :

Jean-Claude Gobé est né en France en 1949. En 1972, après son service militaire, il s’installa au Québec. Il décida de se lancer dans l’arène politique. En 1985, il fut élu pour la première fois dans le comté de Lafontaine. Il a été réélu en 1989, 1994 et 1998. Durant son passage chez le PLQ, il s’intéressa à la francophonie et il fut un député de l’aile nationaliste du Parti libéral de Robert Bourassa. En 2003, il décida de quitter la vie politique. En 2008, il devint conseiller politique pour l’ADQ de Gérald Deltell. En 2013 et 2017, il fut candidat à la mairie de Laval sous la bannière d’Action Laval, où il est le fondateur. Il occupa la fonction de chef de l’Opposition officielle à l’Hôtel de Ville de l’Ïle Jésus de 2013 à 2017. Donc, ce dernier a une feuille de route politique bien remplie. Je crois que M. Gobé serait un bon conseiller politique pour Éric Duhaime et le PCQ. Ce dernier a des atouts intéressants : son expérience parlementaire et de conseiller politique. C’est aussi un nationaliste québécois, ce qui cadre bien avec le PCQ de M. Duhaime. Donc, l’ancien élu québécois serait un ajout intéressant à l’équipe conservatrice.

Ian Sénéchal : la jeunesse

Ian Sénéchal est diplômé au premier cycle de l’ Université Laval dans le domaine de l’actuariat. Après avoir passé plusieurs épreuves théoriques, il a obtenu le titre d’associé de la Society of Actuaries de Chicago. En 2011, il devint conseiller et a créé le site Internet VotreConseiler.net. En 2015, un cabinet de service financier voir le jour avec VotreConseiller.net. En 2017, il a publié un ouvrage à saveur économique avec l’auteur David Descôteaux. D’Endetté à millionnaire devint une référence en la matière. Également, M Sénéchal fait des chroniques politique et économique à l’émission de Jeff Fillion sur les ondes de CHOI Radio X Québec. Donc, ce dernier a de l’expérience dans le domaine financier. C’est un jeune homme qui se situe clairement à droite sur le plan économique. De ce fait, il pourrait devenir un candidat intéressant et faire partie du duo économique du PCQ avec Adrien Pouliot.

Pierre Hugues Boisvenu : la droite law and order

M. Boisvenu est né en Abitibi et il est diplômé en psychopédagogie et en administration publique au 1er et 2e cycle respectivement. Le sénateur conservateur a été sous-ministre et haut fonctionnaire dans la fonction publique québécoise. Il a travaillé dans ce secteur pendant trois décennies. Il y a une vingtaine d’années, un criminel récidiviste a tué sa fille Julie Surprenant. C’est à ce moment-là que son combat commença pour que les familles, dont un membre est porté disparu ou assassiné, obtiennent les mêmes droits que les criminels. En novembre 2004, l’Association des Familles de Personnes assassinées ou disparues (AFPAD) a vu le jour. M. Boisvenu a créé cette instance avec trois autres pères de famille.

Cette association a pour but de conseiller et d’accompagner des familles qui ont perdu un être cher de façon tragique. Le sénateur conservateur a présidé l’AFPAQ) pendant des années. Depuis 2010, Pierre Bugues Boisvenu défend les droits des victimes d’actes criminels au Sénat canadien. Je crois qu’il serait un bon candidat pour le PCQ. Il pourrait devenir le porte-parole du parti en matière de justice. S’il ne veut pas faire le saut en politique québécoise, il pourrait agir à titre de conseiller de M. Duhaime en matière de justice pénale. À mon avis, il serait un atout inestimable pour le mouvement conservateur québécois.

Nicolas Gagnon : Québec Fier

Depuis quelque temps, Nicolas Gagnon administre la page Facebook d’un mouvement nationaliste. « Québec Fier est un collectif rassemblant des citoyens qui unissent leur voix pour engager les Québécois face à différents enjeux et économiques », peut-on lire sur la page Facebook de l’organisation. Ce groupe défend les idées et valeurs de la droite identitaire. Ce dernier regroupe environ 75 000 personnes sur sa page Facebook. En conséquence, Nicolas Gagnon pourrait représenter la mouvance conservatrice identitaire au PCQ. Sa candidature serait intéressante pour les troupes d’Éric Duhaime.

En terminant, Éric Duhaime est un leader solide pour le PCQ. Cependant, pour poursuivre sur sa lancée, il doit recruter une équipe solide et expérimentée. Selon moi, le chef conservateur doit mobiliser les personnes mentionnées plus haut afin d’offrir une alternative crédible au gouvernement Legault en octobre 2022. Réussira-t-il? Seul le temps nous le dira.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Le nouveau Panier Bleu est en ligne

La nouvelle version du Panier Bleu, devenu une entreprise privée l’été dernier, sera en ligne à compter de 13 h aujourd’hui.   «On a des petits,

Bienvenue au Caquistan !

Mea culpa, je me suis un peu trompé dans mes prédictions. Je disais CAQ 97 et finalement ce n’était ”que” 90. J’ai sous-estimé le PQ

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Simon Leduc

Le retour du clivage souverainiste

De 1960 à 2018, les débats politiques québécois ont été monopolisés par le déchirant combat envers les indépendantistes et les fédéralistes. Tous les autres enjeux,

Pierre Hugues Boisvenu appuie Jean Charest

Jean Charest peut compter sur plusieurs appuis importants auprès des conservateurs québécois, dont le sénateur Pierre Hugues Boisvenu. Le sénateur appuie l’ancien chef conservateur pour

Entrevue avec Adrien Pouliot

Il y a un an, Éric Duhaime était couronné chef du Parti conservateur du Québec. Sous sa gouverne, le PCQ est devenu une force politique

Je soutiens Jean Charest

La course à la chefferie du Parti conservateur du Canada sera passionnante, car elle oppose deux bons candidats, Pierre Poilievre et Jean Charest. Le premier