• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Opinion | Étouffer le pétrole et le gaz du Canada est une mauvaise idée, surtout maintenant

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par Gregory Tobin

“Éliminer progressivement le pétrole et le gaz”.

Cette phrase sonne vraiment creux depuis quelques jours.

Mais elle est sur la liste des choses à faire pour le premier ministre Trudeau et son nouveau ministre de l’environnement, Steven Guilbeault, trié sur le volet.

Ils veulent que le Canada s’éloigne d’un pays qui produit les meilleurs produits pétroliers et gaziers du monde et qu’à la place, il colle aux Canadiens des éoliennes et des panneaux solaires peu fiables.

Cela semble vraiment stupide maintenant, n’est-ce pas ?

Nous nous soucions du café éthique, nous aimons que notre shampoing ne soit pas testé sur les animaux et nous voulons nous assurer que nos aliments proviennent de sources aussi humaines que possible. Alors pourquoi n’avons-nous pas les mêmes normes pour notre énergie et celle du monde ? C’est une conversation que de nombreux Canadiens tentent de susciter depuis des années.

Une belle petite statistique qui a percolé au sommet du discours depuis que Poutine a envahi l’Ukraine est le fait que le Canada a importé de Poutine pour plus de 9 000 000 000 $ de pétrole depuis 1988. C’est 9 milliards de dollars.

Donc, pendant que Trudeau et Guilbeault étouffaient les pipelines, les sables bitumineux, la technologie du carbone, etc. au pays, Poutine est devenu l’un des principaux fournisseurs d’énergie de l’Europe et du monde.

En fait, la Russie a exporté pour 55,5 milliards de dollars de gaz naturel en 2021.

Le Canada, quant à lui, ne vend vraiment son énergie qu’à lui-même et aux États-Unis, et cela est également en déclin depuis que le pipeline Keystone XL a été rejeté par Biden, sans que M. Trudeau ne se batte.

Nous produisons la meilleure énergie, selon les meilleures normes, et avec la meilleure technologie du monde entier. Nous avons les troisièmes plus grandes réserves de pétrole au monde, et nous avons de nombreuses côtes d’où nous pouvons l’exporter.

Donc, je pense que je parle au nom de beaucoup de Canadiens quand je dis “mais qu’est-ce que c’est que ça ?”.

Il y a plusieurs réponses, et la première est un mauvais leadership.

Comme je l’ai mentionné, le premier ministre Trudeau et notre nouveau ministre de l’environnement Steven Guilbeault sont engagés dans une mauvaise idéologie anti-énergie. Ils veulent éliminer progressivement notre secteur pétrolier et gazier, coller aux Canadiens des éoliennes et des panneaux solaires peu fiables et nous laisser totalement dépendants des sources d’énergie étrangères.

Mais leur idéologie usée ne leur permet que d’interdire, de bloquer et de fermer.

Et ai-je mentionné qu’ils mettent en œuvre ce plan à un moment où la demande mondiale d’énergie ne fait qu’augmenter ?

Des groupes d’intérêts spéciaux étrangers, financés par des fonds étrangers, se sont engagés dans une campagne active visant à bloquer notre énergie – et ils l’ont fait avec l’approbation du premier ministre.

Si vous voulez parler de financement étranger, le milliard de dollars récolté par les ONG environnementales au cours des deux dernières décennies fait passer le fonds de protestation du Freedom Convoy pour une maigre collecte dominicale dans une église mourante.

Alors pourquoi les acteurs étrangers font-ils pression pour annuler notre énergie ? La réponse est simple : les personnes qui financent de nombreux activistes savent que nous produisons la meilleure énergie et ne veulent pas que leurs produits soient remplacés par ceux du Canada.

Et avec chaque baril de pétrole étouffé au Canada, cela signifie que les émissions mondiales vont augmenter puisque ce sont les mauvais acteurs comme Poutine et Xi Jinping qui approvisionnent le monde en énergie.

Les Européens s’apprêtent à qualifier le gaz naturel de vert, et la Norvège veut essayer de supplanter la Russie en tant que principal fournisseur de ce gaz naturel vert à l’Europe.

Le Canada devrait être un acteur majeur dans ce domaine. Les revenus générés pourraient permettre de construire des hôpitaux, des routes et des écoles. Ils permettraient de payer les médecins, les infirmières, les travailleurs sociaux, les enseignants, etc.

L’industrie de l’énergie au Canada fournit des centaines de milliers d’emplois bien rémunérés aux Canadiens. Près de 14 000 Canadiens autochtones sont employés dans le secteur du pétrole et du gaz.

Nous devrions être très fiers de cet héritage, et nous devrions être impatients et enthousiastes de le partager avec le monde entier. Nous pourrions réduire les émissions mondiales, remplacer le pétrole des despotes et soutenir notre économie de façon étonnante.

Pourtant, notre premier ministre et ses alliés, dont Guilbeault, veulent l’éliminer progressivement.

Il faut que cela change. Et si ce n’était pas évident avant que les bombes tombent sur Kiev, ça devrait l’être maintenant.

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC