• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Pourquoi aimons-nous autant le Dr Horacio Arruda ? 

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
On va se le dire, nous aimons tous le Dr Arruda. Les Québécoises et Québécois que nous sommes l’aiment d’amour ! Mais pourquoi nous l’aimons autant ? Tout simplement parce qu’il y a des leadeurs et des gestionnaires. Pourquoi certains politiciens, certaines personnalités nous attirent davantage ? Parce qu’ils ont des traits de personnalité qui mobilisent, animent et qui ont pour effet de nous amener à adhérer à une vision commune. La leur en occurrence.
Dr Horacio Arruda
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

On va se le dire, nous aimons tous le Dr Arruda. Les Québécoises et Québécois que nous sommes l’aiment d’amour ! Mais pourquoi nous l’aimons autant ? Tout simplement parce qu’il y a des leadeurs et des gestionnaires. Pourquoi certains politiciens, certaines personnalités nous attirent davantage ? Parce qu’ils ont des traits de personnalité qui mobilisent, animent et qui ont pour effet de nous amener à adhérer à une vision commune. La leur en occurrence.

Je vais vous parler de management. L’art de diriger. Parce que l’art de faire faire les choses est omniprésent. Il est partout, dans toutes les sphères de nos vies. Que ce soit au niveau politique ou au sein de vos entreprises, vos milieux de travail, et même dans votre famille, il y a toujours une personne qui est le chef d’orchestre et c’est ce chef d’orchestre qui donne un sens, une direction à suivre, une signification à ce que vous faites. En gros, c’est un pouvoir de domination légitime, qui nous amène ultimement à nous y soumettre.

J’étudie en gestion à HEC Montréal et je dois avouer que je n’avais jamais compris avant à quel point c’est un art de diriger. Que faisons-nous ? Que savons-nous ? Quels liens voulons-nous entretenir ? Que devons-nous être ? Ce sont 4 questions cruciales auxquelles tous les gestionnaires et leadeurs doivent répondre. Elles mettent en jeu le savoir-faire, le savoir, le savoir-être et le devoir-être.

Lorsque nous choisissons et décidons de suivre les directives d’une personne, c’est qu’elle répond aux quatre questions ci-haut, donnant ainsi un sens à nos actions. Selon, Max Weber, il y a trois logiques typiques (bien sûr, certains usent de logiques hybrides) soit la logique traditionnelle, formelle et charismatique. On a présentement droit à ces trois logiques, assises à la même table, à 13 h précise, chaque jour. Et c’est ce qui apporte cette ambiance de consensus et de confiance du peuple québécois envers nos dirigeants. Nous y retrouvons tous notre compte.

Parlons tout d’abord de notre premier ministre François Legault, je ne suis certes pas une spécialiste en la matière, je ne suis qu’une novice, mais à mon humble avis, il représente le leadeurship traditionnel typique. C’est le bon père de famille, il a des valeurs et il sait les communiquer. J’ai toujours l’impression en l’écoutant que se sont ses valeurs profondes qui le guident au quotidien, en ces temps de crise comme au début de son mandat. Il a une sagesse constituée de règles, de croyances riches d’expériences passées, à suivre, mais aussi à reproduire. 

Nous le voyons clairement dans le mentorat qu’il offre à certains de ces ministres. Le leadeur traditionnel aime particulièrement transmettre son savoir telle une tradition. Adil Alkhalidey l’a d’ailleurs qualifié de « papa » récemment alors qu’il répondait à l’appel de notre premier ministre à titre d’influenceur de notre belle jeunesse ! Nous avons besoin d’un papa rassurant, sage, qui nous offre un sentiment de sécurité alors que notre monde tout entier semble s’écrouler sous nos pieds.

https://www.facebook.com/watch/?v=539657350010451

Danielle McCann, notre ministre de la Santé et des Services sociaux, incarne quant à elle, un leadeurship plutôt formel. Elle s’en tient aux faits. Nous la sentons très spécialisée et efficace. Nous la voyons clairement vouloir atteindre des standards de productivité. Elle veut prévoir les comportements au travail afin de mieux les contrôler. Ce qui est nécessaire présentement puisque sans contrôle, nous le savons tous, les équipements dans nos hôpitaux viendront forcément à manquer. Elle coordonne de main de maitre notre système de santé et c’est présentement exactement le type de leadeur qu’elle doit être.

Maintenant Horacio, je me permets de l’appeler ainsi puisque nous n’avons qu’un degré de séparation. Vous savez que nous serions tous reliés par 6 degrés de séparation de tout être sur notre charmante planète qu’est la terre ? Bref, un de mes oncles a grandi au sein de la communauté portugaise à Sainte-Thérèse avec ce charmant docteur immigrant. Horacio est clairement un leadeur charismatique. Le charisme étant une capacité éloquente suscitant l’adhésion, l’inspiration des uns et des autres dans la seule force de son discours. Il a un magnétisme, une grâce, une vertu héroïque et malgré toutes les formules statistiques des différentes courbes, il a une vision et fort probablement l’intuition de ce qui doit être accompli et c’est exactement ce qui nous conforte à adhérer à ses recommandations. Un leadeur charismatique dépassera son organisation, il provoque l’unité par lui seul. Son magnétisme est implacable et surtout il demeure un être extrêmement authentique. C’est un vulgarisateur hors pair ! Il parle le même langage que son public tout entier. Il est la vedette de cette table hautement complémentaire.

Un trio de feu !

Malgré que le hockey soit terminé, le Canadiens devrait certainement prendre exemple de ce trio de feu. Parce que c’est bien souvent la complémentarité qui amène le succès. Quoique pour l’instant, nous ne pouvons prévoir l’issu de la crise et encore moins du trio qui nous informe des avancements de cette dernière chaque jour. Le feu peut parfois bruler et ce n’est pas seulement trois personnalités qui feront en sorte de l’emporter. 

Suis-je la seule à vouloir plus de transparence ? Il y a certes des enjeux de panique collective, mais pour faire adhérer un peuple à une vision, il faut d’abord et avant tout lui faire comprendre le pourquoi et le comment. Savoir-faire, savoir, savoir-être et devoir-être. Qu’on nous explique par le savoir ce que nous devons être. Parce que présentement, personnellement, j’ai vraiment l’impression qu’on ne me communique que bien peu. Le savoir permet de mieux comprendre les comportements à adopter et c’est la transparence qui nous permettra de mieux nous orienter.

S’en sortir, sans sortir… Mais c’est dans cet ultime effort collectif que nous en sortirons plus fort.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Crise du coronavirus chinois : mais où se cache l’opposition à Québec ?

Comme vous tous, je me demande jusqu’où va aller cette hystérie collective, assez bien fomentée (il faut dire) par les élus en place, eh oui les mêmes que le peuple a élus en leur faisant confiance pour bien les représenter. Et cela inclut les partis d’opposition, qui sont minoritaires, mais sont censés scruter à la loupe les actions du parti au pouvoir.

  • Nouvelles semblables

Horacio Arruda doit partir !

Pendant deux mois et demi, le directeur de la Santé publique, Horacio Arruda nous a imposé un confinement généralisé. Il disait faire cela pour protéger les personnes âgées. On sait maintenant que ce fut un échec.

  • Autres articles de Julie Landreville

COVID-19 — Les dommages collatéraux du confinement…

La solitude pour certain, la vie de famille transformée pour d’autres, des couples à bout de nerfs, d’autres qui se redécouvrent enfin, des ainés seuls plus que jamais, des enfants négligés, des femmes battues, des gens agonisants à l’hôpital séparés des leurs, nos « anges gardiens au front » qui ont choisi de devenir utiles plus que jamais au détriment de leur famille… Certaines vies qui se brisent, des familles démunies, des milliers de gens qui ne savent pas s’ils retrouveront leur gagne-pain. Tellement de dommages collatéraux.

Sommes-nous des esprits malléables?

Durant les dernières semaines, on nous a littéralement programmé à la peur. Nous devions avoir peur afin de nous convaincre de respecter les nouvelles règles

Monogamie Legault

L’amour au temps de la Covid-19 : Quand l’état franchit le seuil de la chambre à coucher

La semaine dernière fut plutôt riche en matière de dérapages. La distanciation sociale étant à privilégier, qu’en est-il des couples qui n’habitent pas la même demeure ? Mon fil d’actualité ainsi que quelques nouvelles m’ont amené à réfléchir à ce confinement, aux limites de l’État ainsi qu’au gros bon sens qui devrait prévaloir.

cseries

Une bataille sur tous les fronts

Vous connaissez le jeu Pandémie ? Jeu de table (board game) populaire chez les joueurs de jeux de société et adeptes de soirée de jeux. Ce jeu de stratégie consiste à jouer en collaboration contre le jeu afin d’endiguer quatre virus menaçants le monde et éviter la propagation en s’attaquant aux virus eux-mêmes. Les habitués vous diront que c’est très difficile de gagner. Présentement, nos gouvernements sont à collaborer afin d’éliminer cette menace à tout prix.