• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Québec Solidaire, partisan du mépris populaire

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

« Méfiez-vous des gens qui disent aimer le peuple mais qui détestent tout ce que le peuple aime », nous disait autrefois Ti-Poil, alias René Levesque. Aujourd’hui, s’il y a bel et bien un parti politique qui représente exactement l’esprit d’hypocrisie en question, il s’agit définitivement de Québec Solidaire, la gauche de la gauche qui campe à l’Assemblée nationale du Québec. Fondamentalement, elle n’a de solidaire que le nom. Sur le fond, elle conspue profondément la volonté populaire et souhaite sa purification via la bien-pensance ambiante.

Ceci dit, on ne comprend pas trop la pertinence de siéger au Parlement national, sachant le support qu’ils offrent à Extinction rebellion Québec, un mouvement écologiste radical qui porte en dédain la Loi des hommes et qui n’hésite pas à l’enfreindre, quitte à prendre d’innocents citoyens en otage, pensant naïvement délivrer la planète de toute forme de pollution ! Un parti politique, siégeant au Parlement national, qui méprise ouvertement la Loi et qui approuve ce type d’opération éco-terroriste ? Et encore, ce n’est qu’une des nombreuses ambiguïtés savoureuses que nous offre la gauche de la gauche !

Le dossier sur la laïcité est une mine d’or inconditionnelle en la matière. En effet, nous savons que plus de 70% des québécois approuvent la loi 21, ce qui représente un appui populaire énorme. Pourtant, Québec solidaire, supposé représentant du « peuple » (quel peuple ?), n’hésite pas à cracher continuellement sur la loi, en affirmant des sottises du genre qu’il ne s’agit pas d’une véritable laïcité ou qu’elle serait discriminatoire vis-à-vis les minorités religieuses. Au final, ils nous servent la même bouillie idéologique que le Gouvernement fédéral multiculturaliste. Pourtant, Québec solidaire ne sont-ils pas officiellement une formation souverainiste ? Comment être souverainiste dans les faits tout en s’alliant objectivement à l’État canadien afin de s’opposer à la volonté populaire ?

La réponse est très simple ; Québec solidaire n’est pas un parti véritablement souverainiste, c’est un parti d’extrême gauche qui cherche à dissoudre les structures traditionnelles de la société. La famille, la patrie, l’héritage catholique, l’homme et la
femme, l’identité nationale, la croissance économique ; tous ces facteurs de société sont pathologiques pour l’extrême gauche puisqu’ils renvoient à la domination historique de l’Occident. La souveraineté en question n’est finalement qu’un outil afin de purifier le Québec de son sombre héritage civilisationnel et d’établir ce qu’ils qualifient de « justice sociale. Afin de procéder, Québec solidaire n’hésite aucunement à s’allier à des fondamentalistes islamiques, à des franges communistes ou a des mouvements écoterroristes, qui ont tous en commun la volonté d’en finir avec l’Occident.

Comment peut-on prétendre s’ériger en tant que tribun du peuple lorsqu’on s’oppose explicitement à la volonté populaire (70 %) et que l’on s’affirme souverainiste, dans le dessein d’offrir une pseudo-rédemption au peuple québécois, coupable de s’inscrire en tant qu’héritier de la civilisation occidentale ? La réponse est très simple ; Québec solidaire ne représente en rien le Peuple. Daigner se porter garant de la volonté populaire tout en la conspuant ouvertement, en reniant son libre-arbitre et ses préférences politiques, relève tout simplement d’une forme de mépris éhonté vis-à-vis la classe populaire, rien de moins.

À quoi bon être souverainiste si c’est pour s’opposer à la volonté populaire et se ranger dans les troupes des thuriféraires du multiculturalisme canadien, du progressisme dissolvant et de l’égalitarisme qui nivèle vers le bas ? Pourquoi émanciper le Québec de la tutelle d’Ottawa si c’est pour condamner l’affirmation identitaire, la préservation de notre héritage civilisationnel et notre façon de vivre ? La réponse est très simple : Québec solidaire souhaite purifier le peuple québécois afin de réaliser leur désir de « justice sociale ». La volonté populaire n’est acceptable que quand elle concorde avec leur idéologie radicale, campée profondément à gauche de la gauche. Si le peuple se montre réfractaire à cette idéologie toxique, alors il devra indubitablement s’y soumettre, coute que coute, au nom de ladite vertueuse « justice sociale ».

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

OPINION: Le Bloc et l’avantage du terrain

Par Nicolas Rioux, étudiant à la Maitrise en Droit (LL.M.) à l’Université d’Ottawa.Ce texte est un texte d’opinion et ne représente pas la position éditoriale

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Félix Racine

Le scrutin proportionnel et le Québec

Les prochaines élections provinciales de 2022 représenteront un moment crucial pour l’avenir de la démocratie québécoise. En effet, exceptionnellement, le citoyen québécois n’aura pas seulement