• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Ron DeSantis sur la pandémie : Ne faites pas confiance aux élites

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

La lettre d’opinion suivante a été écrite par le gouverneur de la Floride Ron DeSantis et publiée dans le Wall Street Journal le 18 mars.

Les personnes influentes dans le domaine de la santé publique, du gouvernement et des médias n’ont pas su se montrer à la hauteur de la situation.

La pandémie de Covid-19 a représenté un test pour les élites aux États-Unis, des experts en santé publique aux médias d’entreprise. Les résultats ont été décevants. Les décideurs politiques qui se sont opposés aux élites et ont remis en cause le discours ont eu raison de le faire.

Pour commencer, des modèles épidémiologiques très médiatisés ont été aussi conséquents qu’erronés. Le modèle produit par Neil Ferguson de l’Imperial College de Londres – qui prévoyait des millions de décès dus au Covid-19 aux États-Unis en l’absence d’efforts d’atténuation – a semé la panique parmi les élites de la santé publique et a servi de prétexte à des confinements dans tous les États-Unis et la Grande-Bretagne. Les mesures de confinement n’ont pas réussi à stopper le virus, mais ont causé des dommages sociétaux considérables, dommages qu’une approche plus ciblée, visant à réduire l’ensemble des dommages, aurait pu éviter (et a permis de le faire, dans des endroits comme la Suède et la Floride).

De même, les modèles prévoyant des pénuries massives de lits d’hôpitaux ont contribué à précipiter la politique désastreuse – mise en œuvre par des États comme New York, le New Jersey et le Michigan – consistant à renvoyer les patients contagieux et positifs au Covid dans des maisons de retraite. Les États comme la Floride, qui ont rejeté les modèles et adopté des politiques visant à protéger les résidents des maisons de retraite, ont enregistré des taux de mortalité comparativement plus faibles dans ces établissements.

Le recours à des modèles défectueux s’est accompagné d’une mauvaise communication avec le public. Les élites ont envoyé des messages contradictoires sur l’efficacité des masques en tissu, l’uniformité du risque dans toutes les tranches d’âge, le danger de la transmission à l’extérieur et l’avantage pratique de la prise d’un vaccin Covid.

La campagne de santé publique appelant à “15 jours pour ralentir la propagation” a peut-être le plus ébranlé la confiance du public. Cette mesure d’atténuation à court terme, nous a-t-on dit, était nécessaire pour gagner du temps afin de préparer les hôpitaux à une éventuelle augmentation du nombre de patients. Mais cet objectif raisonnable s’est rapidement transformé en une approche de confinement jusqu’à l’éradication qui ne laissait aucune perspective de fin pour la plupart des Américains. Passer de “sauver les hôpitaux” à “zéro Covid” représente l’un des plus grands exemples de l’histoire du déplacement de l’objectif.

Les confinements se sont avérés être une énorme aubaine pour les médias d’entreprise américains, qui ont captivés leur public susceptible à la peur et à la partisanerie. Tout ce que la presse d’entreprise a fait concernant la couverture de Covid était inséparable de son obsession d’attaquer Donald Trump depuis des années. L’utilisation de Covid comme arme dans une année électorale a supplanté toute obligation de présenter les faits avec le contexte et la perspective nécessaires.

Alors qu’il était tout à fait clair en mai que les écoles représentaient des environnements à faible risque pour la propagation du Covid et que les conséquences d’une fermeture prolongée des écoles étaient potentiellement catastrophiques, les médias corporatifs ont fait de leur mieux pour occulter les données et alimenter la peur et la panique chez les parents et les enseignants. Après tout, les médias devaient prendre la position opposée à celle de Donald Trump.

Si les médias avaient présenté les données sur les écoles de manière rationnelle, en tenant compte du contexte et de la perspective, il est fort possible que les fermetures prolongées d’écoles auxquelles nous avons assisté dans les États fermés auraient été intenables et que des millions d’élèves seraient en bien meilleure forme sur le plan scolaire et social.

Pendant des mois, on nous a dit de “faire confiance aux experts”, mais trop souvent, au cours de l’année écoulée, les personnes les plus influentes de notre société – dans le domaine de la santé publique, du gouvernement et des médias – se sont révélées incapables de faire face à la situation.

La Floride a pris le contre-pied de l’opinion de l’élite et s’est opposée au discours des médias. Le résultat : des écoles ouvertes, un taux de chômage relativement faible et une mortalité par habitant due au Covid inférieure à la moyenne nationale. Nous ne pouvons pas simplement réparer les dommages causés par les politiques défectueuses préconisées par nos élites, mais nous pouvons décider de ne plus jamais laisser cela arriver à notre pays.

Ron DeSantis est le gouverneur de la Floride.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles