• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Sommes-nous des esprits malléables?

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Durant les dernières semaines, on nous a littéralement programmé à la peur. Nous devions avoir peur afin de nous convaincre de respecter les nouvelles règles en lien avec le confinement. Pour convaincre les gens d’adhérer à une nouvelle manière de penser, il faut faire appel à leurs émotions. La peur est une émotion négative mais efficace. Mais maintenant, pouvons-nous nous déprogrammer aussi aisément ?

On nous a annoncé la réouverture des écoles et des services de garde dès le 11 mai prochain. Bien sûr, nous remettons la responsabilité de cette décision sur les épaules des parents qui portent déjà un lourd fardeau. On nous met plus que jamais en dissonance cognitive (tension interne propre au système de pensées, croyances, émotions et attitudes (cognitions) d’une personne lorsque plusieurs d’entre elles entrent en contradiction l’une avec l’autre). [1]

Je vais vous citer maintenant une étude afin de mettre en contexte ce paradigme. Le paradigme du jouet interdit.

Une expérience d’Aronson et Carlsmith en 1963 a examiné l’auto-justification chez les enfants. Dans cette expérience, les enfants étaient laissés dans une pièce avec différents objets, notamment une pelleteuse très attirante (ou un autre jouet). Après on a expliqué à la moitié des enfants qu’ils seraient sévèrement punis s’ils jouaient avec le jouet en question et à l’autre moitié que ce serait une punition légère. Aucun des enfants dans l’étude n’a finalement utilisé le jouet. Ensuite, quand on annonça aux enfants qu’ils pouvaient jouer avec ce qu’ils voulaient, les enfants qu’on avait menacés faiblement utilisèrent moins le jouet. Le degré de punition en lui-même n’était pas suffisamment fort, c’est pourquoi les enfants devaient se convaincre eux-mêmes que ce jouet n’était pas intéressant afin de résoudre la situation de dissonance cognitive entre l’attractivité et la faible menace. [2]

En fait, comme vous le constatez, il est simple d’y voir des similitudes avec la présente situation. Alors que l’on nous a répété à quel point il était dangereux de ne pas respecter les règles, sous peine d’être punis via des amendes salées.   Maintenant on nous demande de laisser nos enfants, les êtres les plus précieux que nous avons, retourner en classe alors qu’il leur sera extrêmement difficile de respecter les règles de distanciation mise en place. En gros, la responsabilité de ce choix nous revient à titre de parents. Dissonance cognitive. Est-ce que nos enfants en tireront un bénéfice ? J’ai personnellement une enfant TSA, en classe spécialisée, une partie de moi se dit qu’il sera bon pour elle de retrouver ses repères, de continuer ses apprentissages alors que j’ai malheureusement peu de temps à lui accorder puisque je suis en télétravail. Mais la maman protectrice en moi a peur. Cette peur qu’on m’a « programmé » à avoir depuis des semaines alors que je suis seule confinée chez moi. Quel dilemme insensé !

Certes, je suis l’une des premières personnes à penser que ce confinement ne peut perdurer mais ici on ne parle pas de moi mais de ma progéniture.  Mon cœur qui bat dans un autre être humain que j’adore plus qu’on ne peut l’illustrer ! Je suis donc en totale dissonance cognitive, mes émotions sont en complète contradiction. Une situation très difficile pour la santé mentale et l’anxiété.

Un nouveau monde, une nouvelle vie

Nous devrons faire preuve de résilience et s’adapter à ce tout nouveau monde puisqu’il perdurera pour un bon moment.

Trouver un juste milieu. Nous éprouvons souvent beaucoup de difficulté à trouver un juste milieu même quand tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Maintenant avec l’onde de peur, le suivi des décès, des cas qui remplissent nos réseaux sociaux et notre télé, les publicités qui vont dans tous les sens, nous devrons être très forts mentalement pour traverser cette nouvelle étape.

Nous sommes submergés d’informations, vraies et fausses. Plus que jamais nous sommes appelés à utiliser notre sens critique quant à aux informations que nous jugeons pertinentes ou non. J’ai personnellement toujours pensé que la peur est une bien mauvaise guide. Je vais donc peser les pours et les contres, tenter de faire fi de la programmation des dernières semaines et croire plus que jamais en mon cœur et mes capacités de mère. L’inconnu fait peur mais parfois il apporte de très belles choses auxquelles nous aurions passé à côté si nous nous étions laissé guider par la peur. La vie m’a appris ça. Alors chers parents, écoutez votre cœur, peser les pours et les contres et surtout faites confiance en votre jugement. Nous sommes libres de nos pensées et non des ordinateurs que nous pouvons programmer et déprogrammer au moment jugé opportun par nos dirigeants.


[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Dissonance_cognitive

[2]Aronson, E., & Carlsmith, J.M. (1963). Effect of the severity of threat on the devaluation of forbidden behavior. [archive] Journal of Abnormal and Social Psychology, 66(6), 584–588.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Un échec TOTAL du « gouvernemaman »

AVIS : Les disciples du « gouvernemaman » sont particulièrement invités à en faire la lecture, mais sont priés d’essayer de faire preuve de jugement pour une fois.

La nouvelle gauche est « haineuse et violente »

Depuis quelques années, une nouvelle gauche gagne de l’influence dans certain secteur comme : les médias, les syndicats, les universités et des partis politiques.  L’ennemi numéro

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Julie Landreville

COVID-19 — Les dommages collatéraux du confinement…

La solitude pour certain, la vie de famille transformée pour d’autres, des couples à bout de nerfs, d’autres qui se redécouvrent enfin, des ainés seuls plus que jamais, des enfants négligés, des femmes battues, des gens agonisants à l’hôpital séparés des leurs, nos « anges gardiens au front » qui ont choisi de devenir utiles plus que jamais au détriment de leur famille… Certaines vies qui se brisent, des familles démunies, des milliers de gens qui ne savent pas s’ils retrouveront leur gagne-pain. Tellement de dommages collatéraux.

Monogamie Legault

L’amour au temps de la Covid-19 : Quand l’état franchit le seuil de la chambre à coucher

La semaine dernière fut plutôt riche en matière de dérapages. La distanciation sociale étant à privilégier, qu’en est-il des couples qui n’habitent pas la même demeure ? Mon fil d’actualité ainsi que quelques nouvelles m’ont amené à réfléchir à ce confinement, aux limites de l’État ainsi qu’au gros bon sens qui devrait prévaloir.

Dr Horacio Arruda

Pourquoi aimons-nous autant le Dr Horacio Arruda ? 

On va se le dire, nous aimons tous le Dr Arruda. Les Québécoises et Québécois que nous sommes l’aiment d’amour ! Mais pourquoi nous l’aimons autant ? Tout simplement parce qu’il y a des leadeurs et des gestionnaires. Pourquoi certains politiciens, certaines personnalités nous attirent davantage ? Parce qu’ils ont des traits de personnalité qui mobilisent, animent et qui ont pour effet de nous amener à adhérer à une vision commune. La leur en occurrence.

cseries

Une bataille sur tous les fronts

Vous connaissez le jeu Pandémie ? Jeu de table (board game) populaire chez les joueurs de jeux de société et adeptes de soirée de jeux. Ce jeu de stratégie consiste à jouer en collaboration contre le jeu afin d’endiguer quatre virus menaçants le monde et éviter la propagation en s’attaquant aux virus eux-mêmes. Les habitués vous diront que c’est très difficile de gagner. Présentement, nos gouvernements sont à collaborer afin d’éliminer cette menace à tout prix.