• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Trudeau plus polluant que le convoi de la liberté !

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Les voyages en avion de Justin Trudeau en juillet ont émis environ 85,8 tonnes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère terrestre. La moyenne canadienne annuelle est de 4,1 tonnes.

Le mois de voyages fébriles en avion à réaction du premier ministre Justin Trudeau a consommé à peu près assez de carburant fossile pour alimenter un convoi de camions de bonne taille.

En juillet, selon les calculs de Bryan Passifiume du National Post, il n’y a eu que 11 jours où Trudeau n’a pas voyagé à bord du jet officiel du premier ministre.

En 20 voyages – presque tous pour des séances de photos ou des visites de bonne volonté – Trudeau a parcouru 26 238 kilomètres en jet. Cela comprenait un vol de 5 500 km pour passer six heures au Stampede de Calgary et un saut de 62 km entre Penticton et Kelowna afin d’éviter le trafic aux heures de pointe.

Tous les vols ont été effectués à bord d’un CC-144 Challenger, un jet privé fabriqué par Bombardier qui est le plus petit des aéronefs de l’ARC généralement utilisé pour le transport de VIP. Pour les longs trajets, le premier ministre prendra un ancien avion de ligne converti connu sous le nom de CC-150 Polaris.

Néanmoins, selon les propres statistiques de Bombardier sur la consommation moyenne de carburant, même si ces vols Challenger avaient été opérés avec une efficacité énergétique maximale, ils auraient consommé un minimum de 33 310 litres de carburant Jet A-1.

C’est à peu près assez de carburant pour remplir un camion-citerne entier ou une grande piscine de jardin. Bien que le carburéacteur ne soit pas interchangeable avec l’essence, il peut être utilisé pour faire fonctionner des moteurs diesel.

Selon les propres statistiques du gouvernement du Canada, le semi-remorque canadien moyen consomme 39,5 litres de carburant pour chaque 100 km parcourus. Cela signifie que si les 33 000 litres de Trudeau avaient été pompés dans des camions au lieu de jets Challenger, il aurait pu alimenter 32 d’entre eux sur un trajet de 2 600 km entre Regina et Ottawa.

Si les camions n’avaient besoin que de rouler entre Toronto et Ottawa, ces 32 000 litres alimenteraient 210 d’entre eux.

Le budget de carburant personnel du premier ministre en juillet est si important, en fait, qu’il pourrait alimenter près d’une demi-journée de trajet en car-ferry entre Victoria et Vancouver.

Le Queen of Oak Bay, un traversier de 362 véhicules et 1 500 passagers, consomme environ 6 491 litres de carburant diesel pour chaque aller-retour à travers le détroit de Georgia. Le régime de carburant du Premier ministre de juillet serait suffisant pour permettre au navire de traverser 10 traversées au total (bien qu’il ne soit généralement pas conseillé de faire fonctionner des moteurs diesel marins avec du carburéacteur).

Et les distances deviennent particulièrement vastes si l’on considère ce que 33 000 litres d’essence ordinaire pourraient faire pour une voiture de tourisme.

Dans le Hummer H1 notoirement gourmand en essence, 33 310 litres de carburant suffiraient pour effectuer 11 allers-retours entre Victoria, en Colombie-Britannique, et St. John’s, à Terre-Neuve.

S’ils étaient utilisés dans une Honda Civic – la voiture de tourisme la plus vendue au Canada – 33 310 litres d’essence permettraient à la voiture de parcourir 482 753 km.

C’est environ 10 fois la circonférence de la terre. En d’autres termes, cela pourrait alimenter un embouteillage de 1 072 Honda Civic parcourant les quatre heures et 31 minutes entre Toronto et Ottawa.

Naturellement, le taux élevé de voyages en avion de Trudeau a un prix substantiel en émissions de carbone. Le carburéacteur est l’un des combustibles fossiles les plus sales, émettant 2,5 kg de dioxyde de carbone pour chaque litre brûlé (les émissions sont plus lourdes que le carburant d’origine car le dioxyde de carbone est composé en grande partie d’oxygène brûlé lors du processus de combustion).

Le voyage en avion de Trudeau en juillet a émis environ 85,8 tonnes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère terrestre.

Pour mettre en contexte, les émissions des ménages (y compris les achats d’essence et de mazout) pour un Canadien moyen sont d’environ 4,1 tonnes par année, selon Statistique Canada. Ainsi, pour le mois de juillet, environ toutes les 36 heures, Trudeau brûlait suffisamment de kérosène pour égaler la totalité des émissions de carbone annuelles d’un Canadien moyen.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

TRUMP : La justice américaine sous pression

Le ministère américain de la Justice est sous pression pour fournir une explication plus complète de la perquisition du FBI dans le domaine de Donald

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles

TRUMP : La justice américaine sous pression

Le ministère américain de la Justice est sous pression pour fournir une explication plus complète de la perquisition du FBI dans le domaine de Donald

La GRC dans les téléphones cellulaires

La GRC affirme avoir obtenu des mandats pour utiliser des outils qui collectent des messages texte et des courriels et peuvent allumer à distance des