• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Un second mandat Trudeau déjà marqué par des déficits qui surpassent les prédictions

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Les nouvelles projections budgétaires publiées lundi le 16 novembre dévoilent une situation des finances publiques canadienne bien pire que ce que plusieurs estimaient. Cette difficile situation financière survient avant même qu’entrent en vigueur plusieurs promesses faites par Justin Trudeau lors de la campagne électorale, ces dernières se chiffrant dans les dizaines de milliards de dollars.

Selon les prédictions du ministre Morneau, le gouvernement Trudeau se dirige vers un déficit de 26.6 milliards de dollars pour l’année présente, puis de 28.1 milliards pour l’année 2020. Ces déficits dépassent les estimations précédentes du budget Morneau qui estimait à 19.8 milliards et 19.7 milliards les déficits respectivement pour l’année 2019 et 2020.

Au total, les déficits entre 2019 et 2023 dépasseront les projections par au moins 35 milliards de dollars.

Malgré une hausse prévue des taxes pour contrer en partie l’écart déficitaire, les nouvelles mesures du gouvernement Trudeau viendront avec une facture estimée de 15 milliards de dollars annuellement. Avec des chiffres de perte d’emploi alarmant suivant son élection et une économie en ralentissement, Justin Trudeau fera face à plusieurs défis économiques et politiques, considérant le mandant minoritaire et affaibli qu’il à obtenu de justesse.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Blogue poésie – Pour saluer Filippo Salvatore

La poésie en pleine pandémie est un remède. Un service essentiel. Cela peut apaiser bien des âmes qui évoluent dans un climat étouffant en raison du confinement. Bien entendu, si l’on se réfugie dans Les Fleurs du mal ou Une Saison en Enfer, on est mal barré !

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de québec nouvelles