• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Une crise fabriquée ou comment tuer la Liberté ?

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Les évènements récents portent le citoyen à se demander, où va-t-on avec la situation absolument chaotique des derniers mois. Est-ce une crise fabriquée? Il faut admettre que toute situation de vie particulièrement dérangeante, tel un désastre naturel, ne doit pas provoquer de la panique ou de l’irrationalité, mais bien de la logique et un questionnement pour la suite de l’évènement.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Les évènements récents portent le citoyen à se demander, où va-t-on avec la situation absolument chaotique des derniers mois. Est-ce une crise fabriquée? Il faut admettre que toute situation de vie particulièrement dérangeante, tel un désastre naturel, ne doit pas provoquer de la panique ou de l’irrationalité, mais bien de la logique et un questionnement pour la suite de l’évènement.

Récemment, donc, nous vivons une espèce de dé-confinement en pièces détachées, qui fait suite à un confinement extrême. Et maintenant on parle de confiner de nouveau avec des chiffres inférieurs à ceux de la grippe. Et aussi le port du masque obligatoire, debout, mais pas assis ???… (Voir les notes sur ce ridicule masque, à la fin de cette chronique)

Pourquoi autant de mesures et directives insensées ou contradictoires ?

Retour en arrière : Le Québec sur pause pour trois semaines

François Legault a pris la décision de fermer toutes les entreprises et tous les commerces non essentiels, pour 3 semaines, jusqu’au 13 avril prochain. (Bureau du premier ministre, 23 mars 2020)

Le contexte du moment était un peu inquiétant ; les fameux modèles mathématiques, avérés en erreur par la suite, faisaient état d’un Armageddon (terme biblique pour Fin du Monde) planétaire. Des millions de morts prévus, probablement pires que l’épidémie de Grippe espagnole de 1918-1921. Cette épidémie aurait fait entre 50 et 100 millions de morts sur la Terre. On en est aujourd’hui à environ 500 000 morts. Peut-être, enfin, très loin du compte.

Et l’OMS, qui n’en faisait aucun cas, même au début mars. Tout comme Horracio Arruda, en voyage au Maroc, « affaires » et vacances, parlait d’un nouvel épisode « d’une grippe » venant de Chine, un peu avant son retour de vacances le 8 mars.

Remarquez qu’à ce moment, nous n’avions que ces seules informations. La « pandémie » est soudainement déclarée par l’OMS. Et curieusement un peu partout dans le monde les chiffres horrifiants grimpent à la vitesse « grand V ». Jusque là, on peut « encore, comprendre ». Nouvelles d’Italie, qui semblent apocalyptiques. Le 9 mars y est décrété le confinement. Et autres pays qui suivent en cascade. Particulièrement intéressant de noter ici que les pointes supérieures des mortalités, apparaissent à ce moment, et oui dans les 2 ou 3 semaines, de l’annonce globale, incluant celle de l’OMS. Et à peu près partout… en même temps… Curieux, non… ?

Cependant après deux ou trois semaines, les chiffres comptabilisés sur le terrain (lire établissements de santé), pas dans les bureaux du gouvernement, donc ces chiffres démontraient une situation à peu près semblable à une grosse saison de grippe, surtout à la réalisation de l’âge moyen avancé des patients, et des personnes avec des conditions médicales particulières et celles en immunodéficience. Mais pas dans la population générale… ? Et en Italie ? « Seulement 12 % des certificats de décès indiquent Covid » (Dr Walter Ricciardi, ministère de la Santé d’Italie, 30 avril 2020)

Le fameux trois (3) semaines se transforme en six semaines et en douze semaines, alors que curieusement, encore, les données colligées sur le terrain font état d’une nette diminution des cas. Pourquoi ?

L’occasion fait le larron

Un des plus vieux principes d’installation d’une dictature, et de faire croire au peuple qu’on veut son bien. Et si on lui fait peur, ce sera encore plus facile.

La clé ? Le contrôle de l’information. Donc les médias complaisants propageront toute la journée des informations négatives ; jamais de positives. À la télévision, subventionnée par l’État, on indiquera, dans une bande rouge permanente des « chiffres » effarants. Sont-ils vrais ? Tout le monde sait qu’il est facile de manipuler les chiffres, 2 +2 ne font pas toujours quatre.

« Dire un mensonge une fois ou dix fois, il reste un mensonge, le répéter cent fois, il devient une vérité ». (Joseph Geobbells, ministre de la Propagande nazie du IIIe Reich, 1933)

Quels sont donc les avantages sanitaires d’ordonner un confinement d’une population en santé ? AUCUN ! Il n’y a aucun précédent dans l’histoire… On isole les malades, et on place les personnes à risque en mesure de protection, et, on laisse la population suivre ses activités normales, et la société, suivre son cours.

Une fois les populations bien contrôlées, les politiciens peuvent s’adonner à leurs « petites affaires », du genre d’accorder des contrats sans appel d’offres, aux amis des amis. Préparer des projets de loi vraiment « accommodants » (Loi 61), obliger une vaccination, avec d’anciens vaccins (de grippe… sic) que des compagnies pharmaceutiques revendent, avec primes, bien entendu. ETC…

Quelles seraient les raisons de fabriquer une telle crise ?

  • Celles énumérées au paragraphe précédent en sont.
  • Jeter l’économie des pays développés par terre. De type complot international ?
  • Le contrôle politique d’un pays, par exemple, un parti en opposition proclame que le gouvernement au pouvoir cherche à renforcir son contrôle. Un peu paradoxal cet argument. Quoi qu’une fois au pouvoir cette opposition reprendra là où le précédent gouvernement a laissé la situation.

On se souviendra qu’un gouvernement exerce le pouvoir que le peuple lui donne, ou encore pire le pouvoir qu’il convaincra le peuple d’accepter de lui laisser. Un lavage de cerveau généralisé est la méthode la plus simple de soumission, pour environ la moitié de la population.

Cette moitié représente cette section des citoyens accrochés à leur téléviseur, qui représente la parole divine, pratiquement. Ces citoyens sont bien incapables de réfléchir à une position autre que celle exposée par le téléviseur. Soit elle fait son affaire en croyant fermement que ce « gouvernemaman » prendra bien soin d’eux, soit elle n’a rien à foutre, si bien nantie, par divers moyens. Elle représente ces citoyens qui incapables de réflexion logique, et sont donc maintenant convertis à cette nouvelle réalité.

Pour les « conserver » dans cet état de dépendance totale, le gouvernement, leur balance l’expression « les complotistes ou conspirationnistes » désignant, les personnes capables de logique, de sens commun, soit celles qui se qualifient d’objecteuses de conscience.

Le gouvernement cherche alors à convaincre cette section de population faible et soumise que ces « complotistes » veulent avoir leur peau, que ces gens veulent les faire mourir, et que ces objecteurs de conscience veulent l’anarchie an manquant de désobéissance et de docilité envers ce bon « gouvernemaman ».

Si un tel gouvernement sent que le contrôle risque de lui échapper, il renforcera les restrictions, il menacera de coercition, il jettera les bases d’un état policier, il imposera des mesures visant à restreindre les libertés, il fera pression sur certains médias afin de couper l’herbe sous les pieds, des écrits, des paroles, des sondages défavorables et même des commentaires sur les réseaux sociaux.

Et tout ceci dans le but de : « Diviser pour régner ». Ce qui risquera de provoquer la montée aux barricades des soumis contre les logiques.

Et avez-vous remarqué ? Virus et contagion ont comme disparu du vocabulaire… ? Pourquoi on n’en parle plus ? Parce que rien n’est plus important maintenant que le contrôle gouvernemental.

Raisons de s’opposer à une telle prise de contrôle, et à un tel exercice du pouvoir.

La Liberté d’être, la Liberté de faire, la Liberté d’expression, la Liberté de mouvement, la Liberté de contact avec les êtres chers et les amis, la Liberté que procure une économie prospère, la Liberté que procure un travail gratifiant, la Liberté d’association, la Liberté de regroupement, la Liberté à une éducation équilibrée.

Eh oui, la Liberté !

Note : Sur la folie du masque obligatoire.

Le gouvernement OBLIGE le port du masque. N’importe lequel à la limite. Un masque chirurgical doit avoir une certaine norme minimale moyenne de porosité. Soit 0,1 micromètre. Référence « Institut National de Santé publique du Québec » (Normes des masques).

Une particule de coronavirus a un diamètre moyen de 90-110 nanomètres. Il y a 1000 nanomètres dans un micromètre.

Donc un masque chirurgical, est à la limite de laisser passer quand même une particule. Votre masque bon marché à 75 « cennes » a zéro chance de stopper quoi que ce soit, à part peut-être la poussière, et encore. Ou l’équivalent d’une mouche au travers d’une clôture « Frost ».

Si le gouvernement oblige le port d’une guenille servant de masque, CE N’EST CERTAINEMENT PAS POUR VOTRE SANTÉ… Pourquoi donc ? … C’EST ÇA DU CONTRÔLE !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

OPINION: Pourquoi Peter MacKay va gagner

Ce n’est pas seulement parce qu’il a reçu l’appui de 61 députés ou sénateurs qu’il va remporter la course au leadership du Parti conservateur. Ni

Le Canada doit redevenir un leader du secteur de l’énergie

Le Canada doit faire preuve de leadership et toutes les provinces et territoires doivent s’unir en tant que pays pour soutenir notre secteur de l’énergie, compte tenu de son importance relative pour l’ensemble de l’économie canadienne.

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de André Forgues

COVID-19 : DIVISER UN PEUPLE, EST-CE CRIMINEL ?

COVID-19 « DIVISER POUR RÉGNER » Très vieille maxime attribuée à Phillipe II, roi de Macédoine, quatrième siècle av. J.-C.. Si elle date pas mal, on semble la retrouver de nos jours.