• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Une église de l’Ontario risque une amende de 10,8 millions de dollars et une peine prison

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Le 8 janvier 2021, la Trinity Bible Chapel a annoncé que l’église ainsi que les pasteurs et les aînés étaient accusés de “se réunir” et de pratiquer leur religion enesemble en vertu de la loi de réouverture de l’Ontario.

La déclaration indique que le 3 janvier 2021, deux des pasteurs de la Trinity Bible Chapel ont reçu deux chef d’accusations chacun pour violation de la loi de réouverture de l’Ontario.

Le même jour, trois autres anciens et l’église elle-même ont reçu chacun une accusation pour violation de la loi de réouverture de l’Ontario.

“Chaque accusation personnelle entraîne une amende maximale de 100 000 dollars et un an de prison, tandis que l’accusation portée contre l’église en tant qu’institution entraîne une amende maximale de 10 000 000 dollars en cas de condamnation”.

L’église déclare que les charges sont “pour avoir rassemblé une congrégation pour vénérer le Christ en obéissance à l’Écriture”.

En raison de ces accusations, les anciens et l’église ont engagé un conseiller juridique du Centre de justice pour les libertés constitutionnelles (JCCF). Le JCCF représentera les personnes accusées devant le tribunal.

L’église affirme dans la déclaration qu’aucune épidémie de COVID-19 n’a été signalée alors que la congrégation s’est réunie pour le culte du 14 juin 2020 au 24 décembre 2020.

Elle affirme qu’entre-temps, les autorités n’avaient pas non plus interféré avec les rassemblements de la congrégation, mais que cela a changé lorsque le gouvernement de l’Ontario a mis en place un deuxième verrouillage le 26 décembre 2020.

“La seule différence est que la province de l’Ontario a mis en place son second confinement le 26 décembre 2020.”

“C’est la deuxième semaine consécutive que tous les anciens sont inculpés. La dernière fois, les membres du service de police régional de Waterloo nous ont remis nos convocations à domicile, mais cette fois-ci, elles ont été délivrées par les agents des règlements régionaux.”

L’église dit que son conseiller juridique de la JCCF lui a conseillé de s’abstenir d’organiser des rassemblements en personne de plus de 10 personnes à l’église. L’église dit que les réunions en personne seront interrompues jusqu’à la fin de “l’actuel lockdown person le 23 janvier”.

L’église prévoit d’organiser des services de drive-in en attendant et demande que “tous ceux qui assistent à notre service de drive-in restent dans leurs véhicules conformément aux réglementations provinciales”.

“La province de l’Ontario considère qu’il est illégal et dangereux pour vous de sortir de vos véhicules pour vous parler sur la propriété de l’église, mais vous êtes apparemment libres d’échanger vos salutations au milieu de la foule des clients de Walmart qui est à 3,6 kilomètres de notre terrain”.

“Nous savons que cette décision est déchirante pour les nombreuses personnes qui ont trouvé l’espoir lors de nos services religieux et qui sont également déjà accablées de désespoir par les mesures destructrices de notre gouvernement, mais nous pensons qu’elle est dans l’intérêt de l’église pour diverses raisons, que nous pourrions préciser en temps utile. Nous nous engageons à nous réunir en personne dès que possible”.

Pour en lire davantage:

https://westphaliantimes.com/ontario-church-charged-for-meeting-faces-up-to-10-8-million-plus-jail-time-under-the-reopening-ontario-act/
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles