Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Joe Rogan : « Préparez-vous à une vague rouge massive pour les élections de mi-mandat américaines »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

« La vague rouge qui s’en vient va être comme la porte de l’ascenseur qui s’ouvre dans The Shining. », aurait affirmé le célèbre podcasteur Joe Rogan pour illustrer sa conviction d’un raz-de-marée républicain ce 8 novembre prochain.

L’élection de mi-mandat est un important mécanisme de la politique américaine et vise à élire ceux qui siégeront à la chambre de représentants pendant 4 ans. Ces mandats étant décalés par rapport à ceux des présidents, les élections ont lieues au milieu des mandats présidentiels et peuvent radicalement changer la dynamique politique.

On le sait, en 2018, la chambre était passée du côté des démocrates, leur permettant alors une plus franche opposition à l’agenda de Donald Trump, au point de lancer par deux fois des procédures d’impeachment.

Or avec un bilan de mi-mandat peu reluisant et des préoccupations montantes au sujet de ses capacités cognitives, Joe Biden pourrait s’attendre à voir la chambre retourner dans le camp républicain.

Expliquant à quel point les Américains sont médusés par les politiques et les propos incohérents d’un parti démocrate qui s’est nettement radicalisé ces dernières années, Rogan enchaîne : « Je pense que les gens sont seulement comme ; « Qu’est-ce que vous nous racontez-là? »… [Les démocrates] créent des républicains. »

Poursuivant sa pensée, Bridget Phetasy, son invitée, explique comment même ses parents, des démocrates « die-hard » en sont venus à prévoir voter républicain :

« Je ne sais pas comment ils font! J’ai des personnes dans ma famille qui sont des boomers et des gauchistes die hard, et ils m’ont dit cet été qu’ils allaient voter pour DeSantis. Je suis comme : comment avez-vous pu perdre ces gens? C’est le genre de personne qui vont au scrutin et votent bleu peu importe ce qui arrive… Et vous les avez perdus!? »

Rogan et Phetasy ne sont pas les seuls à prévoir un vague rouge dans cette élection sous fond d’inflation galopante, de récession et de délitement du système diplomatique mondial. De nombreux titres apparaissent depuis quelques jours :

« Comment la vague rouge pourrait frapper fort dans le New-York bleu foncé », titre CNN.

« Est-ce qu’une vague rouge est sur le point d’atteindre les côtes américaines? » se questionne le Guardian.

Les démocrates, sur la défense dans les États bleus, se préparent à affronter une vague rouge au Congrès », affirme le New-York Times.

« Tsunami rouge : Les stratégistes voient poindre une réémergence du Parti Républicain », analyse Axios.

Bref, du mouvement à prévoir au sud de la frontière, et probablement davantage encore si la chose se concrétise. En effet, d’aucuns prédisent qu’une chambre des représentants dominée par les Républicains pourrait rapidement tenter de destituer Joe Biden sous des bases d’incapacité cognitive ou à cause d’une des scandales entourant son personnage, comme par exemple les activités suspectes décelées sur le portable de son fils, Hunter Biden.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Bravo Fitzgibbon! Mais encore…

On apprenait dans les derniers jours que le super-ministre Fitzgibbon veillait à préserver l’attractivité du Québec pour les investisseurs étrangers, mais l’historique du gouvernement Legault

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Philippe Sauro-Cinq-Mars

Bravo Fitzgibbon! Mais encore…

On apprenait dans les derniers jours que le super-ministre Fitzgibbon veillait à préserver l’attractivité du Québec pour les investisseurs étrangers, mais l’historique du gouvernement Legault

La PDG d’Hydro-Québec sentait la crise venir

L’année 2022 a été définitivement traversée par les préoccupations énergétiques. Une bonne part de cela est dû à la guerre en Ukraine, évidemment, et de