• Site entier

Le conservatisme économique et identitaire au Québec

Dans ce texte, je vais me concentrer sur le deuxième point. Je suis un nationaliste québécois et voici des politiques nationalistes que Québec devrait mettre en place pour renforcer le nationalisme québécois : la défense de la langue française, une vraie laïcité et la protection notre patrimoine culturel.

Opinion | Trump… et après?

La défaite fait mal. Elle est contestée avec raison, car il y a eu de nombreuses irrégularités, mais je crois que ce ne sera pas

Décès de Max Gros-Louis : Un grand bâtisseur nous quitte !

Max Gros-Louis aura fait connaître la communauté huronne-wendat de Wendake de partout dans le monde. La majorité des touristes étrangers qui visitaient la belle ville de Québec faisaient un détour pour aller à la rencontre de cette nation.

COVID-1984 : Comment une crise mondiale liberticide fractionna le Québec

Depuis des décennies, les gouvernements occidentaux embrassent les pieds de l’Arabie saoudite pour une question d’argent et de pétrole. Ils agissent de la même manière avec la Chine communiste, les cartels bancaires et les grandes entreprises pharmaceutiques. Les gouvernements n’ont plus aucune moral

ÉRIC TÉTRAULT : Les démocrates peuvent déjà oublier leur «Green New Deal»

En tant que professionnel de l’énergie, j’aime avoir des chiffres. J’ai été très frustré de ne rien voir de la part de Joe Biden sur le coût du «Green New Deal». Mais en sautant d’une référence à l’autre, j’ai enfin trouvé ce qui constitue l’épine dorsale de son programme.

Whole Foods interdit aux employés de porter des coquelicots

La politique de l’entreprise a été rendue publique lorsqu’un employé anonyme de Whole Foods à Ottawa a déclaré à la CBC que le symbole avait été interdit afin que les employés ne soient pas vus comme « soutenant une cause ».

Trump s’autoproclame gagnant en Pennsylvanie

L’attachée de presse du président, Kayleigh McEnany, vient d’annoncer que le président Trump se déclare gagnant de la rude bataille en Pennsylvanie. Cela lui donnerait 20 grands électeurs.

Opinion | Une présidence distorsionnée

Olivier Jolicoeur est étudiant en géographie environnementale à l’Université de Montréal. À l’affut de l’actualité sociale et politique, il s’intéresse aux enjeux qui touchent l’identité,

Le Parti conservateur du Québec donne son appui au projet GNL-Québec

« Pour avoir du développement durable, il faut d’abord du développement ! ». C’est ce que le chef du Parti conservateur du Québec, Adrien Pouliot, a mentionné au moment du dépôt par le PCQ d’un mémoire au BAPE appuyant le projet de gaz naturel liquéfié de GNL Québec au Saguenay.

Opinion | Les géants du web, Wall Street et les milliardaires soutiennent Joe Biden, mais la gauche ne semble pas s’en soucier

La gauche a toujours revendiqué son opposition farouche aux gros capitaux et aux élites de Wall Street comme un point clé de leur lutte pour l’égalité et l’équité, mais cette élection est différente. Cette fois-ci, la gauche semble être fière du fait que Joe Biden, le candidat ultime de l’establishment, ratisse de gros sous auprès de puissants donateurs.

Vieillir en regardant la télévision avec la CAQ

Comment expliquer la situation actuelle sans pour autant décrier des mesures, poser des questions, et appliquer des solutions. Jamais un premier ministre au Québec n’aura eu un tel mandat. Nous avons donné nos votes à un parti qui voulait changer les choses, proposer de nouvelles idées et finalement entraîner le Québec avec lui dans son héritage culturel.

Jonathan Hamel : Je ne vois pas Trump faire pire qu’en 2016.

Contrairement à 2016, les électeurs américains connaissent maintenant le risque d’une présidence Trump. Au-delà des tweets et des bourdes de protocole, la catastrophe annoncée ne s’est pas matérialisée. D’ailleurs, une majorité d’Américains se considèrent en meilleure position qu’il y a 4 ans.

Les libéraux demandent une étude sur la surveillance des propos haineux en ligne

Les libéraux demandent une étude sur la surveillance des propos haineux en ligne

Un avis récent de la commission du patrimoine canadien de la Chambre des communes a proposé une étude sur le contrôle et la surveillance des « discours de haine » en ligne.

Selon Blacklock, l’avis vise à « entreprendre une étude sur la création et la mise en œuvre de nouvelles mesures pour les fournisseurs de services Internet des plateformes médiatiques en ligne, exigeant d’eux qu’ils surveillent, traitent et suppriment les contenus qui constituent des discours haineux et qu’ils suppriment tout autre contenu illégal au Canada ou interdit par le Code pénal ».

Cette initiative intervient un mois seulement après que le ministre du Patrimoine canadien Steven Guilbeault ait déclaré qu’un plan libéral visant à réglementer les médias en ligne serait révélé dans les « prochaines semaines ».

Depuis un certain temps déjà, les libéraux font allusion à une nouvelle réglementation des entreprises de médias sociaux et à une législation visant à lutter contre la haine en ligne.

M. Guilbeault a nié que le gouvernement libéral cherche à censurer les Canadiens et à octroyer des licences aux producteurs de contenu, malgré les commentaires qu’il a faits par le passé à cet effet.

Lors d’une apparition à la période des questions de CTV, M. Guilbeault a laissé entendre que les libéraux exigeraient en fait des licences pour produire des médias en ligne.

« Si vous êtes un distributeur de contenu au Canada et que vous êtes évidemment une très petite organisation médiatique, l’exigence ne serait probablement pas la même si vous êtes sur Facebook ou Google. Il faudrait qu’il y ait une certaine proportionnalité dans tout cela », a déclaré M. Guilbeault.

« Nous demanderions qu’ils aient une licence, oui.

M. Guilbeault s’est ensuite rétracté.

Comme le rapporte exclusivement True North, M. Guilbeault a accusé “certains à droite” pour ses propos.

“Je ne sais pas trop où vous avez vu dans le discours du Trône ou dans certains de mes commentaires quelque chose concernant la censure ou l’octroi de licences”, a déclaré M. Guilbeault en réponse à une question d’un participant à l’assemblée publique.

“Je veux dire, certains à droite ont prétendu que c’est ce que nous faisions. Ce n’est pas le cas et j’ai déjà lu le discours du trône plusieurs fois et je ne peux penser à rien dans le discours du trône qui indique que c’est notre intention”.

La mention “agir contre la haine en ligne” a également fait son apparition dans le dernier discours du Trône du premier ministre Justin Trudeau et a constitué un élément clé du mandat de M. Guilbeault en tant que ministre.

» [Le ministre] créera de nouvelles réglementations pour les plateformes de médias sociaux, en commençant par une exigence selon laquelle toutes les plateformes doivent retirer les contenus illégaux, y compris les discours haineux, dans les vingt-quatre heures, sous peine de sanctions importantes », affirme la lettre de mandat.

Ce n’est pas la première fois que les libéraux proposent une forme de contrôle des contenus en ligne.

Lors d’une enquête de la commission de 2019 sur la haine en ligne, les libéraux ont recommandé de réactiver l’article 13 de la loi sur les droits de l’homme. L’article 13 a été abrogé en 2011 après que des critiques aient affirmé qu’il violait le droit fondamental de la liberté d’expression.

Le membre du comité et député libéral Nathaniel Erskine-Smith a également suggéré dans le passé que les délinquants qui participent à des discours haineux ou à du harcèlement en ligne devraient être condamnés à des amendes.

« Il doit y avoir un recours contre les plateformes et les individus responsables du discours », a déclaré Mme Erskine-Smith avant de suggérer qu’« un système administratif souple et efficace » devrait être mis en place pour punir ceux qui enfreignent les règles proposées.