• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Plan de carboneutralité de Trudeau : la colère monte chez les agriculteurs

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Déjà frappés par un lourd tarif de 35% sur les importations de fertilisants et de nitrogène russe depuis mars dernier – ce qui fait dire à certains qu’on leur fait payer le prix de la guerre en Ukraine[1] – les agriculteurs canadiens sont désormais menacés par le plan de carboneutralité de Justin Trudeau, qui veut réduire les émissions provenant des fertilisants de 30% d’ici 2030.

Des voix s’élèvent dans le milieu agricole pour dénoncer un plan qui les pousserait à réduire leur production de grain à un moment où la chaîne d’approvisionnement est déjà fragile. On estime aussi à 10,4 milliards de dollars les pertes que causera cette politique sur dix ans pour les agriculteurs.

Selon une étude commandée par Fertilizer Canada, les baisses de production pourraient être de l’ordre de 160 million de mètre cube de canola, de maïs et de blé entre 2023 et 2030, ce qui représente le double de la production attendue cette année[2].

Le gouvernement, pour sa part, affirme que le projet ne consiste pas nécessairement en une réduction obligatoire de l’usage des fertilisants, mais plutôt à un soutien visant à améliorer et optimiser leur usage. Ce à quoi Karen Proud, présidente de Fertilizer Canada, répond : « Le Canada est déjà parmi les pays qui utilisent le nitrogène de la manière la plus optimale, il n’y a plus beaucoup d’espace à optimiser avant qu’on ne doive simplement couper dans la production »[3]

Le gouvernement est ouvert à entendre la réponse du milieu jusqu’au 31 août, date à laquelle il passera au stade législatif et tentera de passer le projet de loi.

On se rappelle que c’est une politique semblable qui a mis le feu aux poudres au Pays-Bas dans les derniers mois, et qui a causé des manifestations de tracteurs au niveau national. Certains analystes canadiens et américains s’inquiètent que cette politique de Trudeau ne relance les contestations au Canada, qui a pour sa part enfanté les manifestations de camionneurs cet hiver.


[1] McGregor, J. « Ontario farmers say Canada’s fertilizer tariff punishes them for Russia’s war ». CBC. https://www.cbc.ca/news/politics/general-tariff-inflation-food-fertilizer-prices-1.6528857

[2] Skerrit, J. « Trudeau Spars With Farmers on Climate Plan Risking Grain Output ». Bloomberg. https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-07-27/trudeau-spars-with-farmers-on-climate-plan-cutting-fertilizer-grain-output

[3] Idem

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Philippe Sauro-Cinq-Mars