Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Commentaire : La crise énergétique en Europe forcera-t-elle enfin Québec et Ottawa à rejoindre le monde réel?

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

David Yager est un cadre supérieur des services pétroliers, écrivain sur le pétrole et le gaz, analyste des politiques énergétiques et l’auteur de  From Miracle to Menace – Alberta, A Carbon Story.  Trouvez le livre à www.miracletomenace.ca . Il est aussi président et chef de la direction de Winterhawk Casing Expansion, qui a commercialisé une nouvelle technologie pour améliorer l’intégrité des puits de forage.

À l’été 2021, le gouvernement du Québec a décidé de devenir un exemple de la transition énergétique.

En juillet, la province a refusé l’approbation du projet d’exportation de 14 milliards de dollars Énergie Saguenay GNL, qui acheminerait le gaz naturel de l’Ouest canadien vers un terminal de liquéfaction et d’exportation à Saguenay, au Québec. Cela nécessiterait un nouveau gazoduc à grand volume de 780 km à partir du nord de l’Ontario. En utilisant l’hydroélectricité comme source d’énergie, les promoteurs ont estimé qu’il en résulterait une réduction de 84 % des émissions de GES par rapport à un projet similaire aux États-Unis.

Le premier ministre caquiste François Legault était initialement favorable, mais l’été dernier, le Québec a refusé tous les permis pour plusieurs raisons. L’un était une augmentation des émissions au Canada pour fournir le gaz. Une autre était l’opposition locale, y compris un groupe d’écologistes politiquement actifs et bruyants.

L’impact sur les émissions mondiales si ce GNL remplaçait le charbon, ou le fait que le gaz naturel est bien plus propre que d’autres sources, n’a jamais été pris en compte.

C’est parce que le Québec est, eh bien, le Québec. Envisager des questions au-delà de ses frontières, à l’exception de l’exportation d’hydroélectricité, est rarement envisagé.

Le gouvernement fédéral a entériné la décision du Québec le 8 février, 16 jours avant l’arrivée des chars et des troupes russes en Ukraine.

En septembre dernier, le Québec a doublé sa mission anti-hydrocarbures en annonçant qu’aucune production de pétrole et de gaz ne serait autorisée dans la province. Pour toujours. Toutes les licences et tous les permis existants ont été annulés. La loi est passée le 14 avril. Le lendemain, un reportage de CTV News expliquait : «Le Québec est devenu mardi la première juridiction au monde à interdire explicitement le développement pétrolier et gazier sur son territoire après des décennies de campagne par des organisations environnementales et des groupes de citoyens.»

Cela s’est produit sept semaines après l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février. Cela a également suivi une réunion de l’Agence internationale de l’énergie le 24 mars au cours de laquelle le Canada et d’autres pays ont convenu d’aider l’Europe à remplacer les approvisionnements russes en charbon, pétrole et gaz naturel.

Un rapport de Global News du 24 mars disait : « Le Canada a la capacité d’augmenter  ses exportations de pétrole et de gaz  jusqu’à 300 000 barils par jour (b/j) en 2022 pour aider à améliorer la sécurité énergétique mondiale après l’invasion de  l’Ukraine par la Russie, a déclaré jeudi le ministre des Ressources naturelles Jonathan Wilkinson dans un communiqué. Le Canada étudie également des moyens de remplacer le gaz russe par du gaz naturel liquéfié (GNL) du Canada à la demande des pays européens, a ajouté le ministre.

Selon toutes les cartes et l’histoire écrite du Canada, le Canada comprend le Québec. Sauf quand ce n’est pas le cas, parce que le Québec se considère souvent comme un pays à part…

En août, lorsque le chancelier allemand Olaf Scholz s’est rendu au Canada à la recherche de carburant pour sauver l’Europe de la destruction économique et énergétique cet hiver, le premier ministre Trudeau a déclaré qu’il n’y avait aucune analyse de rentabilisation pour les exportations de GNL du Canada atlantique.

Mais au cours des prochaines années, notre pays pourrait être en mesure de fournir de «l’hydrogène vert» dérivé de la combinaison autrefois improbable d’éoliennes, d’eau de mer et d’ammoniac.

Cela gardera les Européens au chaud. Du moins ceux qui survivent.

Avec deux projets de GNL au Canada atlantique cherchant déjà des approvisionnements en gaz, de l’argent et une approbation – et Énergie Saguenay faisant pression pour relancer son projet en raison de l’évolution de la géopolitique – la seule question était de savoir si c’était la chose la plus stupide que Justin Trudeau ait jamais dite, ou encore un autre ajout à une longue liste.

Mais tout le monde savait ce qui se passait : la campagne électorale du 3 octobre au Québec. Et la province d’origine de Trudeau est interdite aux critiques dans des moments tendres comme celui-ci, peu importe ce qui pourrait se passer dans le reste du monde.

Mais c’est fini. Legault a gagné à une large majorité et pour les quatre prochaines années, il n’y a aucun vote à risque s’il revoit certaines décisions passées.

Alors maintenant que le reste du monde renverse rapidement presque toutes les décisions politiques anti-carbone prises en 2021 et les années précédentes, le Québec rejoindra-t-il le monde réel sur l’énergie ?

Et la grande question est la suivante : le Canada peut-il remplir ses obligations au G7, au G20 et à l’OTAN tout en continuant d’ignorer le comportement du Québec ? Ou le premier ministre devrait-il reconnaître qu’il ne parle que pour neuf provinces et trois territoires?

*********

« Le plus grand défi auquel sera confronté le prochain gouvernement fédéral viendra du Québec. C’est ce qu’écrivait Conrad Black le 3 septembre dans le National Post . Le titre était « La tâche monumentale des conservateurs : sauver notre grande nation ». Le sous-titre continuait : « Le prochain gouvernement aura beaucoup à vivre et un long chemin à rattraper si la Confédération veut survivre sous une forme reconnaissable et valable. »

Thomas Mulcair, ancien chef du NPD fédéral, est intervenu le 6 septembre avec un commentaire de CTV News   intitulé « Pourquoi devrions-nous nous soucier des élections au Québec ? »

Mulcair a parlé pour de nombreux écrits : « Qui se soucie du Québec ?… Vous nous rendez fous… Les questions de politique québécoise ont tellement dominé le discours national au cours des 50 dernières années… « sacrez-nous la paix » ; des réactions assez communes.

Mais ce que ces Québécois anglophones partagent, c’est l’avertissement que le chef de la CAQ, François Legault, est un séparatiste furtif qui sort graduellement le Québec de la confédération.

Le Québec créant des bouleversements politiques au Canada n’est pas nouveau.

Mais faire en sorte que le comportement du Québec s’étende bien au-delà de nos frontières l’est.

Black s’est concentré sur l’économie. « Ancien ministre séparatiste provincial, Legault a vu que lors des campagnes référendaires de 1980 et 1995, pas même une approbation pour négocier une question piège ne pouvait être vendue. Pour réussir, les souverainistes québécois devaient échapper au régime de péréquation et le Québec ne pourrait devenir indépendant que s’il était en mesure de démontrer qu’il n’avait pratiquement rien à perdre financièrement.

Les préoccupations de Mulcair étaient la politique sociale. Citant une entrevue de 2018 avec Legault, Mulcair écrit : « Il y reconnaissait simplement l’évidence : la séparation d’un seul coup avait été tentée deux fois et avait échoué. Il adopterait une nouvelle approche : plus de pouvoirs en matière de langue, de culture et d’immigration. C’était ce qu’il appelait « y arriver » étape par étape. « Y arriver » étant une sorte de séparation de facto. »

Les deux auteurs ont reproché au gouvernement fédéral actuel de permettre à l’administration Legault de poursuivre des politiques dans son propre intérêt, quelles qu’en soient les conséquences.

Black a écrit : « La seule façon de maintenir l’intérêt du Québec pour le Canada est que le gouvernement national du Canada se comporte comme le gouvernement d’une grande nation […] Le pays est en ruine. »

Mulcair s’est concentré sur les droits linguistiques et l’immigration en déclarant : « Il n’y a qu’une seule personne au Canada qui peut faire quelque chose et son nom est Justin Trudeau… Legault prétend avoir modifié unilatéralement l’AANB de 1867, le document constitutionnel fondateur de notre nation. Il prétend avoir supprimé l’égalité de l’anglais et du français devant les tribunaux. La réaction de Trudeau? Grillons ! Il est terrifié par Legault et ne fera pas l’évidence : contester la loi québécoise.

Écrivant dans le Financial Post du 7 septembre, l’ancienne ministre albertaine et dirigeante du secteur pétrolier Donna Kennedy-Glans a expliqué pourquoi l’Alberta et le Canada ont besoin d’un nouvel accord sur l’énergie à la lumière des conditions mondiales changeantes.

Elle a écrit : « Ottawa a politiquement peur du Québec et restera là et regardera plutôt que de contester l’exercice par le premier ministre François Legault d’un droit de veto sur les pipelines ou le développement futur du pétrole et du gaz au Québec.

Les trois commentaires allaient dans le même sens. Comment le Canada pouvait-il prétendre agir comme une nation alors qu’un important secteur économique était contrôlé par un gouvernement provincial indifférent aux institutions et à la réussite économique du reste du pays ?

Ou avec un gouvernement fédéral beaucoup plus intéressé par son propre avenir politique que celui du pays ou de ses alliés occidentaux ?

Le désintérêt du Québec pour ce qui lui est extérieur n’est pas nouveau.

Le plus gros problème est le refus d’Ottawa d’intervenir alors que le Québec trace sa propre voie, une voie contraire à nos intérêts nationaux – et maintenant internationaux.

*********

Le GNL est brièvement devenu un enjeu de campagne lors des élections québécoises lorsque le chef progressiste-conservateur Eric Duhaime a qualifié l’annulation d’Énergie Saguenay d’« erreur monumentale ».

Radio-Canada.ca , dans un reportage en français, écrit : « En coulisses, le ministre de l’Économie sortant, Pierre Fitzgibbon, garde la porte ouverte, a appris Radio-Canada. Selon nos informations, le gouvernement caquiste a récemment fait savoir au gouvernement fédéral qu’il est toujours ouvert à la réalisation du projet. »

Cela a été rapidement démenti par Legault. Mais Énergie Saguenay n’est peut-être pas tout à fait mort. C’est juste que la recherche de vote pour la CAQ était plus importante pendant l’élection que les problèmes énergétiques de l’Europe.

Cependant, l’annulation de la décision d’interdire la production de pétrole et de gaz dans la province se dirige vers les tribunaux. En juin, Utica Resources Ltd. de Montréal a poursuivi la province pour 18 milliards de dollars en dommages-intérêts pour avoir rendu ses actifs et ses investissements au Québec sans valeur.

Pourquoi cet énorme montant ?

Parce que sous les cantons de l’Est au sud du fleuve Saint-Laurent entre Montréal et Québec – appelés les basses terres du Saint-Laurent – se trouve la partie nord du schiste d’Utica, la zone de ressources qui a déclenché le développement majeur du gaz au sud de la frontière.

Les chiffres de la réserve sont énormes. À la suite de plusieurs découvertes de gaz prometteuses et de la viabilité commerciale éprouvée du forage horizontal à longue portée et de la fracturation hydraulique pour déverrouiller le gaz des déports de schiste, un rapport de 2015 de l’Institut canadien de recherche énergétique cite diverses sources qui placent le gaz d’origine en place dans la gamme de 135 à 235 tcf, avec du gaz récupérable entre 6 et 55 tcf. Le chiffre généralement convenu est de 18 tcf, une ressource massive à tous points de vue.

Il y a deux joueurs majeurs – Utica et Questerre Energy Corporation de Calgary. Utica affirme que ses rapports sur les réserves indiquent que ses propriétés détiennent 67 milliards de dollars de gaz récupérable. 18 milliards de dollars est la valeur actuelle nette actualisée.

Les valorisations de Questerre sont plus réservées. Questerre contrôle les actifs précédemment détenus par Talisman/Repsol et Forest Oil. Elle a maintenu sa ressource québécoise dans ses livres à 104 millions de dollars jusqu’au 31 décembre 2021, date à laquelle elle l’a réduite à zéro en raison de ses annulations de permis.

Cependant, Questerre cite le budget provincial 2009/2010 du Québec qui disait : « Les travaux d’exploration effectués dans cette région en 2008 ont produit des résultats impressionnants : le gaz de schiste du Québec pourrait contenir entre 35 000 et 163 000 milliards de pieds cubes (35 à 163 tcf) de gaz naturel. Si le quart du potentiel de gaz de schiste était récupéré, la production pourrait satisfaire les besoins du Québec pendant plus de 40 ans. Au prix de février 2009, cela représente une valeur de 45 milliards de dollars. »

Questerre a tout fait pour convaincre Québec de lui permettre de développer ses ressources. Le PDG Michael Binnion a appris le français en faisant preuve de bonne foi. La société a proposé une plate-forme de forage électrique et une propagation de fracturation pour que les puits produisent avec l’empreinte carbone la plus faible possible.

L’offre de compensation du Québec pour avoir rendu sans valeur ces actifs du secteur privé achetés et développés légalement est une blague. Le gouvernement n’a offert que 100 millions de dollars aux propriétaires de 62 puits pour couvrir 75 % des coûts de démantèlement. On ne peut que supposer que les locataires doivent payer le reste. Un article du Financial Post du 24 juin indique que les développeurs ont investi 500 millions de dollars au cours des 15 dernières années.

Comme indiqué ci-dessus, aussi récemment qu’en 2010, le gouvernement du Québec sous Jean Charest était suffisamment enthousiasmé par le potentiel gazier de la province qu’il a introduit des redevances incitatives pour stimuler le développement.

Parce que le Québec aime son gaz naturel. Le gazoduc original de TransCanada allait jusqu’à Montréal. Le gazoduc TQM acheminait ensuite le gaz jusqu’à Québec. Lorsque les blocages ferroviaires au début de 2020 ont interrompu les expéditions de propane vers le Québec, c’était la définition d’une véritable urgence nationale. Ce produit est expédié en Ontario via la ligne 5 d’Enbridge puis par chemin de fer jusqu’au Québec.

En 2015, un groupe d’entreprises locales et internationales a reçu l’approbation du gouvernement du Québec pour construire le développement de l’usine de liquéfaction de gaz naturel Stolt LNGaz à Bécancour près de Trois-Rivières. Il devait produire 500 000 tonnes de gaz naturel liquéfié par année et les distribuer par camion-citerne aux entreprises québécoises plus loin sur le Saint-Laurent au-delà de l’extrémité des pipelines existants. Les opérations devaient commencer en 2018.

Le PDG de Questerre, Michael Binnion, affirme que ce projet approuvé de liquéfaction et d’exportation de GNL n’est que 10 km plus loin de certains des puits de gaz existants de son entreprise.

Cela rend les commentaires bizarres du premier ministre selon lesquels il n’y a pas d’analyse de rentabilisation pour les exportations de GNL de l’Atlantique encore plus difficiles à comprendre.

Il est peu probable que le gouvernement fédéral actuel exerce son pouvoir constitutionnel pour forcer le Québec à se comporter dans le meilleur intérêt du pays.

Mais le plus gros problème est mondial. L’une des plus grandes sources de gaz naturel à faible teneur en carbone entre des mains responsables proches de l’Europe est le schiste d’Utica au Québec. Combien de temps le Québec pourra-t-il dire non?

Pire encore, le Canada peut-il encore marcher haut sur la scène mondiale et prendre des engagements énergétiques en tant que pays alors qu’en fait, ce n’est pas un vrai pays selon le Québec.

Le pays qui détient les plus grandes ressources pétrolières et gazières inexploitées entre des mains responsables au monde continuera-t-il à les refuser à nos alliés ?

**********

La réalité a rattrapé l’UE. Le 11 octobre, le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, a prononcé un discours qui devrait résonner à Québec et à Ottawa.

« Notre prospérité repose sur une énergie bon marché provenant du gaz russe – bon marché et soi-disant abordable, sûr et stable. Il s’est avéré que ce n’était pas le cas. Et l’accès au grand marché chinois, pour les exportations et les importations, pour les transferts de technologie, pour les investissements, pour avoir des biens bon marché. Notre prospérité reposait donc sur la Chine et la Russie – énergie et marché… La Russie et la Chine ne sont plus celles qu'(elles) ont été pour notre développement économique… l’accès à la Chine devient de plus en plus difficile. »

Pour la sécurité énergétique, Borrell a déclaré: « […] nous devons trouver de nouvelles voies pour l’énergie à l’intérieur de l’Union européenne, autant que nous le pouvons. » Pour la sécurité militaire, il a dit : « … nous avons délégué notre sécurité aux États-Unis… Vous – les États-Unis, prenez soin de notre sécurité. Vous – la Chine et la Russie – avez fourni la base de notre prospérité. C’est un monde qui n’existe plus. »

Apparemment, cette réalité est enfin en train de frapper à la maison à Ottawa. Le 12 octobre, lors d’un discours prononcé lors d’un événement du Brookings Institute à Washington, la vice-Première ministre des Finances, Chrystia Freeland, a déclaré à l’auditoire que les pays occidentaux devaient réaligner le commerce et la coopération pour construire une alliance de nations démocratiques beaucoup moins dépendantes de la Russie et de la Chine.

Faisant référence à la coopération dans le partage des vaccins pendant la pandémie, Freeland a déclaré : « Le Canada doit et fera preuve d’une générosité et d’une rapidité similaires, par exemple, les projets énergétiques et miniers dont nos alliés ont besoin pour chauffer leurs maisons et pour fabriquer des véhicules électriques.

Goldy Hyder, président et chef de la direction du Conseil canadien des affaires, était dans l’auditoire. Dans un article du National Post , Goldy a déclaré : « Le discours de Freeland était encourageant car il montre que le gouvernement se concentre sur les changements à venir. C’était une véritable tentative d’être sérieux et contemplatif à une époque qui l’exige. Il est encourageant que nous essayions de rétablir et de réaffirmer notre capacité pour le Canada d’être un acteur sérieux et d’aider à façonner le monde dans lequel nous vivons. »

Mais Hyder a également critiqué les récentes bévues du Canada sur l’approvisionnement de l’Allemagne en GNL, ce qui a poussé ce pays à aller ailleurs pour des approvisionnements en gaz sûrs. Il a également attaqué le cauchemar des approbations réglementaires pour le développement de nouvelles ressources en disant : « Toute entreprise partout dans le monde recherche une forme de stabilité politique, une forme de prévisibilité réglementaire et une société avec une certaine cohésion sociale qui respecte l’état de droit. Le plus gros problème ici en ce moment est qu’un régime réglementaire est imprévisible et instable… »

L’annulation arbitraire par le Québec des licences de développement de gaz naturel achetées légalement et les volte-face politiques sur les exportations de GNL répondent clairement à la définition d' »imprévisible et instable ».

Le monde change rapidement. L’Europe a besoin de notre aide. N’est-il pas possible que ce soit finalement plus important que la politique intérieure ?


Source : https://energynow.ca/2022/10/commentary-will-europes-energy-crisis-finally-force-quebec-and-ottawa-to-join-the-real-world-david-yager/

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Bravo Fitzgibbon! Mais encore…

On apprenait dans les derniers jours que le super-ministre Fitzgibbon veillait à préserver l’attractivité du Québec pour les investisseurs étrangers, mais l’historique du gouvernement Legault

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles