• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Guilbeault affirme que les conservateurs diffusent des “fausses nouvelles” sur le projet de loi C-10

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Le ministre libéral du Patrimoine Steven Guilbeault a fait référence à une organisation financée par le gouvernement fédéral dans sa défense du projet de loi C-10, lundi, et a affirmé que le Parti conservateur répand des ” fausses nouvelles ” au sujet du projet de loi sur la réglementation d’Internet.

“J’aimerais citer le chef de la Coalition pour la diversité des expressions culturelles (CDCE) qui s’est adressé à mon collègue en disant que le CRTC n’a jamais réglementé le contenu de la télévision et de la radio canadiennes et qu’il n’a jamais limité la liberté d’expression sur les ondes et que cette loi ne permettra pas au CRTC de le faire et pourtant le Parti conservateur du Canada qui continue de diffuser ces fausses nouvelles”, a déclaré Guilbeault en français en réponse à une question du député conservateur Alain Reyes.

Ce n’est pas la première fois qu’un député libéral accuse ses détracteurs de répandre des “fake news”. True North a dressé une liste de dix fois où les libéraux ont qualifié des faits de ” fausses nouvelles ” ou de ” désinformation “.

La semaine dernière, Guilbeault a cité le CDCE en répondant à une question de la députée conservatrice Rachel Harder.

“Monsieur le Président, je suis perplexe quant à savoir qui essaie de tromper qui vraiment ? J’ai devant moi un communiqué de presse de la Coalition canadienne pour la diversité des expressions culturelles, qui dit, à propos du projet de loi C-10, que ces ” caractérisations [selon lesquelles ce projet de loi tenterait d’une manière ou d’une autre de porter atteinte à la liberté d’expression] sont à la fois factuellement incorrectes et dangereusement trompeuses. Elles ne représentent ni le texte ni l’objectif du projet de loi C-10 “, a déclaré M. Guilbeault.

Le CDCE est enregistré pour faire du lobbying auprès du gouvernement et a reçu un financement de 375 000 $ de Patrimoine canadien, le ministère responsable de la rédaction du projet de loi C-10.

Selon le CDCE, les préoccupations concernant la façon dont le projet de loi cible les droits de la liberté d’expression ont mis la loi “en péril”.

“Soyons clairs : ces caractérisations sont à la fois factuellement incorrectes et dangereusement trompeuses. Elles ne représentent ni le texte ni l’objectif du projet de loi C-10”, a écrit le CDCE.

“En somme, le CDCE appelle les opposants au projet de loi C-10, y compris le Parti conservateur du Canada, à cesser leur campagne de peur et à travailler avec notre secteur pour moderniser la politique de radiodiffusion du Canada.”

Guilbeault a également cité le groupe lorsqu’il s’est emporté contre les préoccupations concernant l’impact du projet de loi sur la liberté d’expression en caractérisant ceux qui s’inquiètent de la loi comme faisant partie d’un “élément extrémiste” du Parti conservateur.

“Ce que nous voyons maintenant, c’est qu’il s’agit de grandes, puissantes et, en fait, de certaines des sociétés les plus riches de la planète ; manifestement, la députée d’en face et son parti ont tout simplement peur de leur tenir tête”, a déclaré Guilbeault en réponse à une question de la députée conservatrice Rachael Harder.

“Encore une fois, il semble que les membres du Parti conservateur écoutent l’élément le plus extrémiste de leur parti, comme ils l’ont fait sur des questions très importantes comme le changement climatique ou le droit des femmes de choisir.”

Le projet de loi C-10 a récemment suscité une controverse nationale après l’adoption d’un amendement qui élargirait la portée du projet de loi pour inclure la réglementation du contenu que les Canadiens ordinaires affichent sur les médias sociaux.

Le mois dernier, les députés du Comité du patrimoine ont voté en faveur de la suppression d’une exemption pour le contenu généré par les utilisateurs, comme les vidéos YouTube. Cette suppression a suscité un tollé dans les médias grand public et parmi les groupes de défense des libertés civiles, qui ont estimé que le projet de loi équivalait à une censure et à un contrôle gouvernemental d’Internet.

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC