• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

« Je ne pense pas que le Canada puisse tolérer cela » : un économiste demande d’agir contre l’annulation de Keystone XL

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Le pipeline Keystone XL devait transporter 830 000 barils de pétrole brut lourd par jour de l’Alberta au Nebraska, employant 2 800 travailleurs canadiens pendant la construction. Il devait être le premier pipeline entièrement alimenté par des sources d’énergie renouvelables.

Mais dès le premier jour de son mandat, le président américain Joe Biden a révoqué le permis de construire Keystone XL de TC Energy Corporation.

“C’est en fait un problème très sérieux et il doit être traité”, a déclaré Jack Mintz, professeur d’économie à l’Université de Calgary, lors d’une table ronde organisée par l’Institut Macdonald-Laurier mardi.

“Je ne pense pas du tout que le Canada puisse s’en tenir à cela.”

La table ronde en ligne, intitulée “Building Across Borders” (Construire sans frontières), a été organisée par l’Institut Macdonald-Laurier : Infrastructure énergétique, environnement et relations canado-américaines à l’ère de Biden”, a également réuni l’ancienne députée Lisa Raitt, l’ancien ambassadeur canado-américain Gary Doer, le PDG du Conseil des affaires canadiennes-américaines Maryscott Greenwood et le président de l’Alaska Railway JP Gladu.

“La raison pour laquelle Keystone XL était très important pour l’industrie n’était pas seulement parce qu’il fournissait une plus grande capacité de pipeline pour le transport du pétrole vers le bas, mais aussi parce qu’il donnait les meilleurs bénéfices nets”, a expliqué M. Mintz, en faisant référence au bénéfice brut par baril de pétrole.

“Nous devons nous rappeler que l’annulation de XL entraînera parfois de graves problèmes de capacité des oléoducs – lorsqu’un oléoduc particulier est en panne, l’industrie découvre tout à coup qu’elle ne peut pas expédier son pétrole facilement, à moins de le faire par train, ce qui est plus coûteux à faire et a un impact environnemental plus important”.

“Nous allons alors nous retrouver dans une situation où le prix du pétrole en Alberta va être plus fortement réduit par rapport à celui de la côte du Golfe du Mexique, et bien sûr cela signifie moins de profits… moins d’impôts pour les gouvernements fédéral et provinciaux, ainsi qu’une perte de revenus d’exportation qui aura un impact sur le taux de change du Canada dans une certaine mesure.”

Bien que M. Mintz ait déclaré que des mesures de rétorsion contre les États-Unis seraient inappropriées, il a noté que le Canada a besoin d’un meilleur accord.

L’une des suggestions politiques de M. Mintz était que le Canada mette en place des ajustements frontaliers en matière de carbone : comme les États-Unis n’ont pas de taxe sur le carbone, le Canada pourrait mettre en place une taxe sur le carbone pour les articles en provenance des États-Unis. Il a également suggéré que le Canada cherche de nouveaux marchés, car le Canada exporte actuellement 90 % de son pétrole et de son gaz vers les États-Unis.

La relance du projet d’oléoduc Energy East, qui acheminerait le pétrole via Churchill, le Manitoba et la baie d’Hudson ou via la Colombie-Britannique, est un des moyens par lesquels le pétrole pourrait arriver sur le marché, tout comme le transport du pétrole par rail à travers l’Alaska. Mais Mintz note qu’aucune de ces options n’aurait les mêmes taux de rendement que l’oléoduc Keystone XL.

“Mais maintenant que Keystone XL est mort, je pense que nous devons penser à toutes les alternatives politiques que nous pouvons avoir pour l’avenir.”

Le premier ministre albertain Jason Kenney a qualifié l’annulation de Keystone XL “d’insulte envers le plus important allié et partenaire commercial des États-Unis, le premier jour de la nouvelle administration”.

La leader conservatrice Erin O’Toole a appelé le Premier ministre Justin Trudeau à “tendre immédiatement la main à la nouvelle administration américaine pour empêcher que cela ne se produise et à défendre les travailleurs canadiens à travers le Canada”.

Le seul commentaire du Premier ministre Justin Trudeau sur la question est qu’il est “déçu”.

La semaine dernière, lors d’un événement en ligne intitulé “The Canada-U.S. Climate Opportunity”, l’ancien stratège libéral Gerald Butts et le président de la campagne 2016 d’Hillary Clinton, John Podesta, ont tous deux suggéré que le Canada devrait renoncer au pipeline Keystone XL.

“Je pense que Keystone est mort. [Biden] a retiré le permis, il n’y retournera pas. Il a pris cet engagement et nous devons donc passer à autre chose, aller de l’avant et trouver ces endroits sur l’énergie propre où nous pouvons coopérer”, a déclaré M. Podesta.

“Je ne sais pas ce que je peux dire, si ce n’est que diplomatiquement, la raison pour laquelle les États-Unis ont la possibilité de dire non à Keystone est davantage liée à l’augmentation de la production américaine de pétrole et de gaz entre le moment où Keystone a été annoncé et aujourd’hui, que tout ce que nous pouvons dire ou faire au Canada”, a ajouté M. Butts.

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC