Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La déférence envers Pékin est une caractéristique des libéraux de Justin Trudeau

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Traduit de l’anglais. Article de Terry Glavin publié le 8 février 2023 sur le site du National Post.

Il s’agissait d’un échange particulier qui en disait long sur les liens entre le gouvernement Trudeau et les divers amis et interlocuteurs de Pékin au Canada, et qui était doublement gênant, à un moment où le gouvernement libéral tente de donner l’impression d’agir en fonction de ce qu’il prétend défendre dans le dossier des réfugiés, du trafic mondial de marchandises esclaves et de l’étranglement sadique de la vie démocratique à Hong Kong par Xi Jinping.

Cela s’est produit lors d’une réunion du Comité spécial sur les relations Canada-Chine, alors que le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, était pressé de parler de l’apparente réticence de son gouvernement, qui remonte à quelques années maintenant, à établir un registre des agents étrangers pour faire face aux opérations de trafic d’influence et de bras de fer de Pékin dans ce pays.

«Nous avons l’intention d’entamer des consultations sur la possibilité de créer une telle initiative», a déclaré M. Mendicino. «Mais avant de le faire, nous devons nous assurer que les Canadiens comprennent pourquoi nous cherchons à moderniser nos outils de protection contre l’ingérence étrangère, et cela signifie qu’il faut les faire participer, instaurer la confiance, s’assurer que les mécanismes de responsabilité appropriés sont en place, afin de relever la barre en matière de transparence».

Tout un programme. Et ce n’était qu’une partie de ce que Mendicino a décrit comme sa «réponse courte». Les agences de sécurité nationale et de renseignement du gouvernement doivent être «inclusives, diversifiées, sensibles à la culture, afin que les Canadiens puissent avoir confiance et croire que lorsque nous prenons des mesures pour atténuer les menaces à la sécurité nationale, ils croient que nous allons constamment agir dans l’intérêt national».

C’était presque comme si Mendicino était sur le point de proposer le statut de «groupe demandeur d’équité» pour le Bureau des affaires chinoises d’outre-mer et le Département du travail du Front uni – deux agences chinoises obscures qui sont actives au Canada et qui font partie des craintes de tout immigrant chinois qui défie la détermination de Pékin à mobiliser les Canadiens d’origine chinoise en tant qu’actifs du Parti communiste chinois dans le pays.

La néo-démocrate Heather McPherson avait du mal à contenir son exaspération. Les communautés de la diaspora chinoise demandent à être protégées des mandataires canadiens de Pékin depuis très, très longtemps, a-t-elle dit. «Nous sommes face à une répression transnationale. Les communautés touchées nous disent depuis longtemps qu’il s’agit d’un très gros problème», a-t-elle ajouté. «Les communautés touchées n’ont pas l’impression d’être protégées. Elles n’ont pas l’impression d’être entendues».

Michael Chong, le ministre fantôme des Affaires étrangères des conservateurs, a poivré Mendicino sans grand résultat sur les raisons pour lesquelles le gouvernement n’a pas été plus ouvert sur les rapports selon lesquels le consulat de Pékin à Toronto a financé un réseau d’ingérence électorale pendant l’élection de 2019 qui a atteint un cercle de 11 candidats dans la région du Grand Toronto.

Séparément, l’ancien diplomate Charles Burton a déclaré mardi à la commission des affaires de la Chambre que le député conservateur de Steveston-Richmond East, Kenny Chiu, a très probablement perdu son siège aux élections de 2021 en raison d’une campagne de désinformation massive dirigée par Pékin. Paradoxalement, l’opération, menée principalement sur les plateformes de médias sociaux en langue chinoise, était centrée sur le parrainage par Chiu d’un projet de loi qui aurait créé un registre des agents étrangers à l’instar des États-Unis et de l’Australie.

Tout cela fait suite au vote unanime de la Chambre des communes, la semaine dernière, en faveur d’une motion présentée par le député libéral d’arrière-ban Sameer Zuberi, qui demandait au gouvernement de réinstaller 10 000 réfugiés ouïghours au Canada. Pas moins de deux millions de personnes appartenant à la minorité turque musulmane de la vaste région chinoise du Xinjiang ont été regroupées dans des camps de travail et des centres de rééducation. Le Xinjiang a été transformé en un État de surveillance dystopique, et des dizaines de milliers de Ouïghours vivent dans un exil précaire qu’ils se sont imposés dans divers pays du monde.

[…]

Fidèle à sa politique consistant à éviter tout ce qui pourrait faire obstacle aux relations économiques et humaines chaleureuses que le gouvernement Trudeau a tenté de cultiver avec Pékin, M. Trudeau et son cabinet se sont absentés de la Chambre des communes il y a deux ans, lorsque celle-ci a voté à l’unanimité pour déclarer que la persécution des Ouïghours constituait un génocide. Mais il n’y a pas que l’équipe Trudeau qui préfère éviter de faire quoi que ce soit que le régime Xi pourrait considérer comme une impudence.

Le vote de la semaine dernière était unanime, mais les députés libéraux Han Dong et Shaun Chen ont été rejoints par les néo-démocrates Don Davies et Niki Ashton pour esquiver le vote. Tous les quatre sont en bons termes avec les diplomates chinois. De même, Dong, Chen, Davies et Ashton se sont joints au cabinet Trudeau pour s’absenter de la motion sur le génocide ouïghour de 2021.

En 2020, Ashton, Davies et sa collègue néo-démocrate Leah Gazan ont rompu les rangs et se sont abstenus lors du vote d’une motion de l’opposition demandant au gouvernement de suivre l’exemple des partenaires de partage de renseignements de Five Eyes et d’empêcher Huawei Technologies de participer au déploiement de la connectivité Internet 5G du Canada. La motion reprochait également au gouvernement de ne pas traiter les opérations d’influence de Pékin au Canada comme une menace majeure pour la sécurité nationale.

Alors que le gouvernement Trudeau se présente comme un champion des marginaux et des exploités sur la «scène mondiale», une question posée à l’Agence des services frontaliers du Canada sur les produits de travail forcé entrant sur les marchés canadiens a suscité cette réponse la semaine dernière : «Du 1er janvier 2016 au 12 décembre 2022, l’ASFC n’a pas intercepté ou saisi de marchandises fabriquées à l’aide du travail forcé des Ouïghours en Chine».

En revanche, dans les trois mois qui ont suivi l’adoption, en juin dernier, d’une nouvelle loi américaine visant spécifiquement à bloquer les marchandises issues du travail forcé en provenance du Xinjiang, les douanes américaines ont bloqué 1 452 expéditions de marchandises d’une valeur d’environ 429 millions de dollars américains.

En vertu des dispositions du pacte de libre-échange nord-américain renégocié, le Canada était tenu d’adopter une loi interdisant l’entrée sur son territoire de marchandises soumises au travail forcé. Ce n’est que maintenant qu’un effort remontant à plusieurs années fait son chemin au Parlement.

[…]

De plus, contrairement aux États-Unis, le Canada n’a imposé aucune sanction à une entité ou un fonctionnaire chinois impliqué dans l’éviscération en cours de l’autonomie de Hong Kong. Plus tôt cette semaine, le ministre de l’Immigration, Sean Fraser, a annoncé qu’un programme de travail temporaire qui devait expirer mardi serait prolongé de deux ans, et que les Hongkongais ayant obtenu un diplôme d’études postsecondaires au cours des dix dernières années seraient admissibles, ce qui fait passer la limite de cinq ans.

Dans le même temps, à Hong Kong, le procès pour sédition de 16 dirigeants démocrates s’est ouvert lundi, ce qui constitue la plus grande poursuite en matière de sécurité nationale à ce jour. Trente et une autres personnes ont plaidé coupable dans cette affaire. Les 47 militants ont été accusés d’avoir participé à des élections primaires démocratiques il y a trois ans, dans le but de créer un front commun pour briser le système électoral truqué de la ville-État.

[…]

Pour lire l’article dans sa forme originale

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Éclipse à l’ère des outrages numériques

Comme beaucoup, j’ai été choqué de la décision de fermer certaines écoles en raison de l’éclipse qui a lieu aujourd’hui, et comme beaucoup, j’ai trouvé

  • Nouvelles semblables