Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La droite blâmée pour une fusillade dans un bar LGBTQ+ au Colorado

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Samedi 19 novembre 2022, Anderson Lee Aldrich a fait irruption au Club Q, un bar LGBTQ de Colorado Springs, avec un fusil semi-automatique AR-15, tuant 5 personnes et en blessant 19 autres. Il s’agit d’un lieu populaire pour ses spectacles de drag queens et soirées dansantes avec DJs fréquenté par une clientèle LGBTQ. On y sert aussi des ailes de poulet, sandwiches et burgers gourmets.

La fusillade est survenue à la veille d’un événement spécial tenu à l’occasion de la Journée du Souvenir Trans, qui commémore annuellement les personnes trans assassinées pour motif transphobe. L’établissement avait annoncé un brunch avec performances de drag queens auquel les personnes de tous âges étaient conviées.

Ce type de tragédie, trop fréquent aux États-Unis, ravive toujours le débat sous-jacent sur le contrôle des armes à feu. Cette fois-ci, une autre polémique s’est juxtaposée à celle du 2e amendement. Elle l’a pour ainsi dire éclipsée. Laquelle? La controverse entourant le phénomène de sollicitation des enfants par des drag queens, trans-activistes ou autres membres de la communauté LGBTQ+.

Depuis l’inauguration du Drag Queen Story Hour à San Francisco en 2015 [initiative de l’activiste Michelle Tea], il est devenu chose courante de voir des drag queens venir lire des contes aux petits, soit à l’école ou à la bibliothèque. On profite parfois de l’occasion pour exposer la théorie du genre aux enfants, en leur expliquant qu’ils sont peut-être des petites filles dans des corps de garçons [ou l’inverse], ou encore ni des garçons, ni des filles. On leur présente l’identité de genre comme une nécessité, alors que cette notion n’est d’aucun intérêt pour les individus qui s’identifient à leur sexe – c’est-à-dire la majorité.

Selon la 5ᵉ édition du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM-5), le sentiment de contradiction entre le sexe et l’identité ressentie, qu’on nomme communément dysphorie du genre, est une condition qui touche entre 0,005 et 0,014% des hommes et 0,002 à 0,003% des femmes. Et bien qu’on puisse plaider en faveur de la disponibilité des ressources pour les individus réellement concernés, la théorie du genre reste un concept subjectif qui fait primer un ressenti sur la réalité observable. Elle n’a aucune place à l’école primaire. Surtout qu’elle distribue allègrement des diagnostics de dysphorie du genre à toutes les personnes qui ne correspondent pas aux stéréotypes de leur sexe. Des garçons [ou hommes] féminins et des filles [ou femmes] masculines, ça existe, et il ne s’agit pas, dans la majorité des cas, de dysphorie du genre. Par ailleurs, les 6, 23 ou 72 genres mis de l’avant par certains militants LGBTQ+ relèvent de la lubie. Hormis de rares cas d’anatomies intersexes, il n’existe que deux sexes auxquels s’identifier.

La trans-identité des mineurs ne serait pas tant problématique si elle ne conduisait pas aux théories hormonales et aux chirurgies promues par des médecins militants. Selon Komodo Health Inc, 4,780 jeunes âgés entre 6 et 17 ans ont entrepris un traitement de bloqueurs d’hormones entre 2017 et 2021 aux États-Unis. 14,726 mineurs ont eu recours à une thérapie hormonale pendant cette même période, parfois suite au traitement de bloqueurs. Entre 2019 et 2021, au moins 776 mastectomies ont été pratiquées sur des patientes âgées de 13 à 17 ans. Komodo a aussi relevé 56 chirurgies génitales chez les 13 à 17 ans. À la hausse année après année aux États-Unis, ces pratiques rendent beaucoup de parents inquiets et furieux.

S’ajoute la crainte du « grooming », c’est-à-dire la sollicitation d’enfants à des fins sexuelles. En juin 2022, dans le cadre de l’événement « Drag Your Kids to Pride » les enfants étaient admis au bar Mr. Misster à Cedar Springs, au Texas, pour assister à un défilé de drag queens sexualisées. On encourageait les jeunes à donner des dollars à ces personnages sous l’éclairage d’une enseigne au néon avec le texte « It’s not gonna suck itself » [« il ne se sucera pas tout seul »]. Vu leur nombre, il serait impensable d’énumérer tous les événements de cette nature tenus aux États-Unis rien que ces 2 dernières années. À Eugene dans l’Oregon, en octobre 2022, le Old Nick’s Pub a mis sur scène une drag queen de 11 ans s’appelant « Vanellope Craving McPherson Dupont ».

Sur Wikipédia, une page dépeint le « LGBT grooming » comme une théorie du complot. Pourtant, plusieurs drag queens recherchant un contact avec des mineurs ont été inculpées d’abus sexuels impliquant des enfants, dont une des chaperonnes de Vanellope [mentionnée ci-dessous], reconnue coupable de 12 chefs d’accusations liés à la fabrication et à la distribution de pornographie juvénile. Il y a aussi William Travis Dee, qui accueillait les jeunes à la bibliothèque de Houston, condamné pour crimes sexuels envers 4 enfants âgés de 4,5,6,et 8 ans. Plus récemment, Brice Patric Ryschon Williams [connu sous le nom de scène Anastasia Diamond] ayant collaboré avec GLO Harrisburg, « un espace sécuritaire pour la jeunesse LGBTQ », a été reconnu coupable de 25 chefs d’accusations liées à la pornographie juvénile6. Même en arguant que ces cas font figure d’exception, ils légitiment la méfiance et doivent être décriés. D’ailleurs, l’objection à cette mouvance n’a pas besoin de dérives aussi extrêmes pour se justifier.

Revenons à l’attentat au Club Q, qui n’a pas tardé d’être récupéré politiquement par ceux qui dénoncent la haine à l’endroit des LGBTQ+. Dans un tweet adressé au Parti Républicain, la représentante Démocrate Alexandria Ocasio-Cortez (NY-14) a blâmé une « campagne anti-LGBT+ ». Le sénateur Démocrate de Californie Scott Weiner va dans le même sens, accusant la droite d’attiser la haine et la violence envers les personnes LGBTQ. Il ajoute que le terme « grooming » est homophobe et transphobe, qu’il équivaut à traiter quelqu’un de pédé et qu’il suggère que les personnes LGBTQ sont des pédophiles. Selon lui, d’appeler quelqu’un « groomer » équivaut à une incitation à la violence envers les personnes LGBTQ.

Évidemment, rien ne justifie cette tuerie, mais ces élus Démocrates abordent tous les deux le problème à l’envers. N’est-ce pas plutôt la propagande LGBTQ+ mur à mur qui finit par porter à conséquence? Tandis que les femmes sont célébrées le 8 mars, la fierté LGBT s’étend sur un mois tout entier. Deux mois plus tard s’amorce celui de l’histoire LGBT. Le deuxième vendredi d’avril marque le Day of Silence, pour sensibiliser la population au harcèlement dont sont victimes les LGBTQ. Le troisième jeudi d’octobre donne lieu au Spirit Day, pour sensibiliser face à l’intimidation que subissent, cette fois-ci, les jeunes LGBTQ. Il faut applaudir la formule du « Drag Queen Story Hour » au nom de l’ouverture à l’autre, et il est tabou de dénoncer les cas de « grooming » avérés qui s’y rapportent. Les personnes trans, dont il faut respecter les pronoms, sont devenues les intouchables chouchous d’un régime diversitaire imposé à la majorité. Pas étonnant que la majorité s’exaspère d’un égocentrisme LGBTQ qui pousse sans cesse le bouchon un peu plus loin, et qui se peint constamment en victime malgré l’acceptation inégalée des minorités sexuelles dans les sociétés occidentales.

Les accusations des militants LGBTQ et de leurs alliés Démocrates concernant cette fusillade vieilliront mal. Joseph Archambault et Michael Bowman, les défenseurs publics de l’État en charge du tireur Anderson Lee Aldrich, ont déposé une série de requêtes, incluant une note indiquant son identité de genre non binaire et réquisitionnant l’utilisation du pronom « iel » et la référence à « Mx. Aldrich » dans tous les dépôts officiels. Un tueur issu de la mouvance LGBTQ+, de surcroît non binaire, ça cadre bien mal avec l’angle de tir idéologique des « bien-pensants ». Ou bien on balayera cette tragédie sous le tapis, ou bien on reviendra à la charge, mais cette fois uniquement contre le 2e amendement.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Bravo Fitzgibbon! Mais encore…

On apprenait dans les derniers jours que le super-ministre Fitzgibbon veillait à préserver l’attractivité du Québec pour les investisseurs étrangers, mais l’historique du gouvernement Legault

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Ophélien Champlain