Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La famille Trudeau et le Parti communiste chinois : une longue histoire d’amour qui met en danger le Canada

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Traduit de l’anglais. Article de Scott McGregor et Ina Mitchell publié le 25 octobre 2023 sur le site du National Post.

Dans un nouveau livre sur l’infiltration du Parti communiste chinois (PCC) au Canada au cours des 40 dernières années, l’expert en renseignement Scott McGregor et la chercheuse et réalisatrice Ina Mitchell révèlent comment une étrange déclaration du Premier ministre Justin Trudeau a contribué à dévoiler une guerre cachée pour les cœurs, les esprits et les votes des Canadiens, menée à travers un réseau secret d’influence du PCC au Canada reliant des ONG, des entreprises et des dons politiques à des politiciens au plus haut niveau.

En avril 2013, Justin Trudeau avait remporté haut la main la direction du parti libéral. Sept mois plus tard, lorsqu’on lui a demandé, lors d’une apparition publique, quel était le pays qu’il admirait le plus, il a répondu : « Il y a un certain niveau d’admiration que j’ai pour la Chine. Leur dictature de base leur permet de redresser leur économie en un clin d’œil ».

Cette étrange déclaration était-elle un ballon d’essai destiné à tester la tolérance du public canadien ? Ou bien Trudeau a-t-il voulu envoyer un message au PCC ?

Lorsque Trudeau a été élu premier ministre en novembre 2015, la communauté du renseignement s’inquiétait déjà de l’apparente facilité avec laquelle le PCC avait pu infiltrer le Canada. Les membres de notre équipe de recherche qui font partie des milieux de l’application de la loi et du renseignement ont commencé à poser des questions. Qui aidait le PCC à faire avancer son programme ? Et, plus important encore, quelle forme prenait ce programme ?

Le Front uni (une agence du PCC qui crée des alliances, exerce une influence et coopte des groupes et des individus pour soutenir les objectifs du PCC) opère souvent derrière des couches interconnectées d’ONG, d’associations commerciales et d’entreprises telles que des cabinets d’avocats. À première vue, ces entités constituent de véritables services, mais lorsqu’elles sont reliées entre elles, elles forment un réseau complexe qui permet au PCC de mener des opérations au Canada. Elles permettent également aux candidats favorables au PCC de se présenter aux élections et de dissimuler les dons importants utilisés pour influencer la politique – ce que l’on appelle les systèmes « cash-for-access » ou « pay-to-play ». Nous avons démêlé l’un de ces réseaux complexes pour montrer comment le PCC a pu infiltrer et influencer les plus hauts niveaux du gouvernement canadien.

En 2016, deux milliardaires chinois, Zhang Bin et Niu Gensheng, ont fait don d’un million de dollars à la Fondation Trudeau et à l’Université de Montréal. Si la majeure partie de ce don – 750 000 dollars – est allée à la faculté de droit de l’université, les 250 000 dollars restants étaient destinés à la fondation et comprenaient des fonds pour la construction d’une statue en l’honneur de Pierre Elliott Trudeau. Cette donation a fait sourciller parce qu’elle est intervenue moins de deux semaines après que Zhang et Niu ont rencontré Justin Trudeau lors d’une soirée privée de collecte de fonds libérale à 1 500 dollars le couvert. « Le fait qu’une part importante du financement aille à une statue du père du premier ministre soulève quelques inquiétudes », a déclaré Charles Burton, spécialiste de la Chine, au Globe and Mail. « Je suis sûr que, sur le plan émotionnel, M. Trudeau serait heureux de voir une statue de son père et que cela l’inciterait à se montrer bien disposé à l’égard de ceux qui l’ont arrangée ».

Zhang Bin n’est pas seulement un homme d’affaires milliardaire, il est également membre de la Conférence consultative politique du peuple chinois, un organe consultatif du PCC. L’article du Globe le qualifie également de « force de propagation de l’influence chinoise » grâce à son travail au sein de l’Association chinoise de l’industrie culturelle, un groupe qui comprend « des personnalités de haut rang de l’Armée populaire de libération, de la marine et des dirigeants du parti communiste ». Il dirige également la China Charity Alliance, qui dépend du ministère chinois des affaires civiles, selon le Globe.

[…]

Ce que nous avions sous les yeux, c’était des points de données qui montraient de multiples connexions entre des magnats milliardaires, des personnes associées au PCC et l’homme politique le plus haut placé du Canada. Le Premier ministre ne se rend pas compte ou ne se soucie pas du fait que les personnes dont il accepte l’argent – pour le parti libéral ou sa propre fondation familiale – sont liées au parti communiste au plus haut niveau, et que certaines d’entre elles sont même des membres connus du Front uni. En tant que Premier ministre, il a pris des décisions qui suggèrent une relation trop intime avec la Chine ; le fait de s’abstenir lors du vote sur le génocide des Ouïghours en 2021 n’en est qu’un exemple évident.

Le 1er février 2023, sous les yeux du monde entier, le Premier ministre a participé à un vote historique de 322-0 en faveur du projet de loi d’initiative parlementaire du député libéral Sameer Zuberi visant à réinstaller jusqu’à 10 000 réfugiés ouïghours au Canada – une initiative lancée par le Congrès mondial ouïghour, dirigé au Canada par Mehmet Tohti. Il convient de noter que le seul député qui n’a pas voté en faveur de la résolution est le député Han Dong, qui s’est éclipsé juste avant le vote. Que pourrait-il faire d’autre pour s’attirer des faveurs ? C’est une question ouverte à tous les politiciens canadiens, mais jusqu’à présent, aucune réponse claire n’a été apportée.

Entre-temps, les Canadiens avaient une autre question urgente à l’esprit lorsque l’ensemble du conseil d’administration et le président-directeur général de la Fondation Pierre Elliott Trudeau ont démissionné, invoquant la « politisation » de l’organisation de bourses d’études. Le contrat de 200 000 dollars que Sacha a signé avec le milliardaire chinois Zhang Bin il y a plusieurs années était-il une tentative détournée d’influencer son frère, le Premier ministre Justin Trudeau ? Ou l’histoire est-elle plus complexe ? Sacha est resté sur ses positions et aurait déclaré à une commission parlementaire : « Nous perdons notre temps avec la notion d’ingérence. Je n’en ai vu aucune trace ».

Ce que le document « Operation Dragon Lord » (un rapport classifié des services de renseignement américains datant de 1999 et détaillant une opération américaine de surveillance de la menace du PCC au Canada) a fait pour le Canada, c’est de nous fournir le point d’inflexion à partir duquel le sol canadien a changé. Le moment où le parti communiste chinois a envahi le Canada, bien que silencieusement, et a lancé une guerre hybride contre l’Occident.

Les Canadiens avaient désormais le recul nécessaire pour voir les signes d’infiltration de l’establishment politique et de la société civile du Canada. Les Canadiens commençaient à prendre conscience de la situation, à poser des questions et à exiger des réponses.

[…]

Est-ce une coïncidence que la nouvelle stratégie du Front uni Est-Ouest au Canada appelle à la mise en place d’un système de communication à l’échelle nationale ? Nous savons avec certitude que l’utilisation des médias pour influencer l’information et modifier le sentiment public au Canada fait partie de la guerre hybride. Nous pouvions déjà voir des signes d’efforts visant à modifier le sentiment public dans le livre de Sacha Trudeau, « Barbarian Lost », où il écrit : « Oui, il m’arrive encore de défendre le PCC ; d’une part, je ne pense pas que la Chine aurait pu aller si loin et si vite sans l’unité et le pouvoir d’organisation qu’il lui a procurés ».

En effet, il faut rendre hommage au PCC. Grâce à des méthodes ingénieuses et à des prouesses remarquables en matière de contrôle social, le PCC a mis en place un système de large diffusion et de surveillance constante, permettant à ses citoyens et à la communauté mondiale des Chinois d’outre-mer de se sentir liés ou redevables à la mère patrie, voire les deux. Comme un parent strict qui a cultivé un air de bienveillance, le PCC instille la peur et la loyauté chez ses citoyens et maintient le contrôle sur ses communautés diasporiques dans le monde entier, tout en achetant le silence ou le soutien des politiciens dans les pays où il s’établit en tant que présence culturelle secondaire, s’efforçant toujours de devenir primaire. Le Canada n’est qu’un site parmi d’autres dans cette guerre hybride contre l’Occident. Mais c’est un site important.

[…]

Pour lire l’article dans sa forme originale

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Québec, ville d’un seul projet

Nous apprenions dans les derniers jours que la ville de Québec enregistrait une décroissance économique pour la première fois en 20 ans. En effet, selon

  • Nouvelles semblables